Transcription de l'appel des résultats du quatrième trimestre 2020 d'Urban Outfitters Inc (URBN)

Source de l'image: The Motley Fool.

Urban Outfitters Inc (NASDAQ: URBN) Appel des résultats du T4 20203 mars 2020, 17 h 15 ET

Contenu:

  • Remarques préparées
  • Questions et réponses
  • Appeler les participants
  • Remarques préparées:

    Opérateur

    Bonjour, mesdames et messieurs, et bienvenue à l'appel des résultats du quatrième trimestre de l'exercice 2020 d'Urban Outfitters Incorporated. À l'heure actuelle, tous les participants sont en mode d'écoute uniquement. Plus tard, nous organiserons une séance de questions-réponses et des instructions suivront à ce moment-là. [Operator Instructions] Pour rappel, cette conférence téléphonique est en cours d'enregistrement.

    J'aimerais maintenant vous présenter Oona McCullough, directrice des relations avec les investisseurs. Madame McCullough, vous pouvez commencer.

    Oona McCullough – Directeur des relations investisseurs

    Bonjour et bienvenue à la conférence téléphonique URBN du quatrième trimestre de l'exercice 2020. Plus tôt cet après-midi, la Société a publié un communiqué de presse décrivant les résultats financiers et opérationnels pour les périodes de trois et 12 mois se terminant le 31 janvier 2020.

    Les discussions suivantes peuvent inclure des déclarations prospectives. Veuillez noter que les résultats réels peuvent différer sensiblement de ces déclarations. Des informations supplémentaires concernant les facteurs qui pourraient faire en sorte que les résultats réels diffèrent sensiblement des résultats projetés figurent dans les documents déposés par la Société auprès de la Securities and Exchange Commission. Pour trouver les informations à fournir et les rapprochements des mesures non conformes aux PCGR que nous utilisons lorsque nous discutons de nos résultats financiers, veuillez vous reporter à notre communiqué de presse dans la section Relations avec les investisseurs de notre site Web.

    Nous entamerons la conférence d'aujourd'hui avec Frank Conforti, notre directeur financier, qui fournira les faits saillants financiers du quatrième trimestre. Richard Hayne, notre chef de la direction, fournira ensuite plus de détails par marque et commentera nos initiatives stratégiques plus larges. Ensuite, nous nous ferons un plaisir de répondre à vos questions. Comme d'habitude, le texte de la conférence téléphonique d'aujourd'hui sera affiché sur notre site Web d'entreprise à www.urbn.com.

    Je donne maintenant la parole à Frank.

    Frank J. Conforti — Directeur financier

    Merci Oona et bonjour à tous. Avant de parler de certaines de nos réflexions pour le premier trimestre et l'exercice complet 2021, je tiens à souligner qu'aucune de nos réflexions ci-dessous n'inclut les impacts potentiels du coronavirus. À l'heure actuelle, nous surveillons la situation de près, planifions le plus grand nombre possible d'impacts prévisibles et faisons tout notre possible pour soutenir notre entreprise, nos employés et nos partenaires commerciaux qui pourraient être touchés par l'épidémie. Cela dit, alors que nous entamons le premier trimestre et l'exercice 2021, il peut être utile pour vous de considérer les éléments suivants. Nos ventes d'URBN comp ont commencé le premier trimestre en territoire positif. Sur la base de notre performance depuis le début du trimestre, nous pensons que nos ventes de produits dérivés du segment URBN Retail pourraient enregistrer des chiffres positifs faibles à moyens à un chiffre pour le premier trimestre, tandis que nous pensons que les ventes en gros pourraient rester élevées à un chiffre négatif pour le début de l'année. Nous croyons que les ventes du segment de gros pourraient commencer à retrouver une croissance positive des ventes au deuxième trimestre et atteindre une croissance positive des ventes pour l'exercice 2021.

    Nous pensons que le taux de marge brute d'URBN pour le premier trimestre pourrait se désendetter d'environ 100 points de base. La baisse du taux de profit brut pourrait être due aux segments Abonnement et Gros du trimestre, tandis que la marge bénéficiaire brute du segment Retail pourrait être plate à positive pour le trimestre.

    Parlons des différentes pièces mobiles que nous avons dans la marge bénéficiaire brute. Premièrement, l’exploitation de notre activité Nuuly, secteur des abonnements, aura un impact négatif sur notre marge bénéficiaire brute pour le trimestre et très probablement pour l’exercice. Actuellement, la marge bénéficiaire brute de Nuuly est négative, car nous continuons à tirer parti de nos investissements et à travailler pour atteindre une plus grande efficacité opérationnelle. La marge bénéficiaire brute du segment de gros, même si elle pourrait être saine et améliorée au deuxième semestre de cette année, elle pourrait avoir un impact négatif sur notre marge bénéficiaire brute du premier trimestre en raison de la hausse des marges de réduction accordées aux grands magasins et des niveaux de stocks élevés. Veuillez noter que le segment Wholesale a réalisé une très forte marge bénéficiaire d'exploitation de 21% au premier trimestre de l'année dernière. Nous pensons que le segment Wholesale pourrait se redéfinir autour d'un taux de rentabilité des adolescents en bonne santé à l'avenir. Si cela devait se produire, cela apporterait une belle amélioration par rapport à la moitié arrière de l'année dernière.

    Enfin, si la performance actuelle des ventes se poursuit, notre marge du segment Retail pourrait devenir stable à positive pour le trimestre en raison de l'amélioration des performances des produits et de la baisse des démarques globales. Sur la base de notre performance commerciale actuelle et de notre plan financier, nous pensons que le total des frais ACG pourrait augmenter d'environ 9% pour le trimestre et l'année. Dans ce scénario, la croissance des frais ACG se rapporterait principalement aux éléments suivants. Augmentation de la charge de rémunération incitative par rapport à l'année précédente. Au cours de l'exercice précédent, la Société et plusieurs marques n'ont pas atteint leur performance financière prévue, c'est pourquoi un faible taux de bonus a été payé. Augmentation des dépenses de marketing pour soutenir la croissance des ventes de notre segment Retail et de notre segment Abonnement. Comme toujours, si les plans de vente ou d'autres éléments ne se déroulent pas comme prévu, nous maintenons un certain niveau de dépenses SG&A variables que nous pouvons ajuster à la hausse ou à la baisse en fonction de la performance de notre entreprise.

    Notre taux d'imposition effectif annuel devrait être d'environ 27,5% pour l'année et 34% pour le premier trimestre. Le taux plus élevé au premier trimestre est principalement attribuable au calendrier. Les dépenses en immobilisations pour l'exercice sont prévues à environ 250 millions de dollars. Les dépenses et l'augmentation par rapport à l'exercice précédent sont principalement liées aux investissements dans des installations de distribution supplémentaires et agrandies. Nous terminerons notre nouvelle installation de distribution européenne au cours de l'exercice 21. Nous avons commencé ce projet au cours de l'exercice 2010. Cette nouvelle installation remplace notre installation actuelle où le bail vient à expiration et où nous étions plus que jamais à court de capacité. Nous pensons que la nouvelle installation agrandie soutiendra plus efficacement notre activité européenne en pleine croissance dans un avenir prévisible. De plus, nous commencerons la construction d'une installation de distribution supplémentaire aux États-Unis. Ce projet prendra environ deux ans pour terminer la première phase. Cette installation soutiendra la croissance et l'expansion de nos activités dans le segment de la vente au détail en Amérique du Nord, ainsi que des vitesses de traitement logistique plus efficaces, ainsi que des délais de livraison plus rapides et plus cohérents pour nos magasins et nos clients numériques.

    Enfin, nous ouvrirons environ 39 nouveaux magasins et fermerons environ neuf magasins au cours de l'exercice 2021. La croissance de notre nombre de magasins est légèrement supérieure à celle des exercices précédents en raison de l'obtention de conditions de location favorables en Amérique du Nord. À l'heure actuelle, nous négocions avec succès le pourcentage du loyer et le remboursement important du capital sur bon nombre de nos emplacements neufs et renouvelés. Pour rappel, ce qui précède ne constitue pas une prévision, mais est simplement le reflet de nos vues actuelles. La Société décline toute obligation de mettre à jour les déclarations prospectives.

    Il me fait maintenant plaisir de céder la parole à Dick Hayne, notre directeur général d'URBN.

    Richard A. Hayne — Directeur Général

    Merci Frank et bonjour à tous. Aujourd'hui, je vais parler brièvement de nos résultats du quatrième trimestre, puis commenter les tendances commerciales actuelles, l'environnement macroéconomique et les initiatives de croissance, avant de passer la parole à vos questions.

    Je vais commencer par la performance d'URBN au quatrième trimestre. Alors que la composition du segment 4% Retail du 4ème trimestre a dépassé nos prévisions, des réductions supplémentaires ont été nécessaires pour réaliser ces ventes et éliminer les stocks excédentaires. Les trois marques ont entamé le trimestre avec des niveaux de stocks élevés dans le segment Retail. Tous ont réussi à les réduire à la fin du trimestre et ont ainsi entamé la nouvelle année, avec des semaines d'approvisionnement réduites et des niveaux de stock plus propres. Cela devrait profiter à la performance du premier trimestre, mais les baisses supplémentaires au quatrième trimestre ont eu pour effet de faire baisser les marges et la rentabilité.

    De nos trois marques, Urban a connu la saison des fêtes la plus difficile, affichant une comparaison plate avec des démarques plus élevées et des marges plus faibles. Les ventes de vêtements pour femmes ont légèrement mieux performé que le total, mais ont également été largement attribuables à des démarques plus élevées. En revanche, la réaction à la gamme de vêtements de printemps pour femmes a été plus favorable en Amérique du Nord et en Europe. Et les ventes de comp Urban se sont améliorées. Nous sommes encouragés par cette tendance, même s'il est encore tôt pour faire des prévisions pour l'ensemble du trimestre.

    En passant à la marque Anthropologie, les compositions au quatrième trimestre ont augmenté de 6%, grâce à des résultats positifs dans les magasins et dans le numérique. L'exécution et la commercialisation des produits se sont améliorées à l'automne, refoulant ce client d'Anthropologie farouchement fidèle dans les magasins pendant la période des Fêtes. La marque n'a pas déçu et a fourni au client ce que je crois être une expérience de magasin la meilleure de sa catégorie. Cela a généré un trafic et des ventes positifs dans les magasins. Le calendrier promotionnel des fêtes de la marque a correspondu l'an dernier en termes de nombre d'événements, de profondeur des remises et de durée des événements. Malgré cela, les ventes générées cette année par ces promotions ont été nettement supérieures à celles de l'an dernier et ont entraîné un taux de démarque plus élevé et des marges plus faibles. Les stocks d'Anthro au quatrième trimestre ont commencé à un niveau aussi élevé mais ont été progressivement réduits au cours du trimestre et se sont retrouvés en excellente forme.

    Quant au premier trimestre, les ventes de comps à ce jour ont maintenu la tendance du quatrième trimestre. L'équipe de direction est particulièrement satisfaite de la réaction des clients au nouvel assortiment de vêtements de printemps optimistes et colorés. Encore une fois, la valeur aberrante au quatrième trimestre était la marque Free People. Composé du segment de détail de plus 9% de plan soufflé. Les ventes ont été stimulées par des vêtements à prix plein et une croissance numérique robuste. FP Movement, marque de vêtements de sport Free People, s'est démarquée. Les ventes de produits Movement ont presque doublé au cours du trimestre et le nombre de nouveaux clients a augmenté de plus de 120%.

    En plus de solides ventes de produits dérivés, le segment de vente au détail Free People a également réalisé de meilleures marges et bénéfices. La cliente nous a montré qu'elle était très disposée à dépenser un prix régulier lorsqu'on lui proposait des produits indispensables. La dynamique des ventes créée au quatrième trimestre s'est poursuivie au premier trimestre et nous pensons que Free People pourrait être sur le point de réaliser un autre trimestre de vente au détail exceptionnel au premier trimestre. Malheureusement, la marque n'a pas produit les mêmes excellents résultats dans le canal Wholesale où après de nombreuses années de croissance solide, les revenus ont diminué de 12%. La baisse des bénéfices est attribuable à la faiblesse et aux refacturations du segment de clientèle des grands magasins en Amérique du Nord. Tous les autres segments de clientèle, magasins spécialisés, entreprises numériques et partenaires internationaux ont affiché de solides gains de revenus d'une année à l'autre. L'équipe Wholesale a réajusté les allocations aux grands magasins au cours du trimestre et la marque estime désormais que si le T1 verra très probablement des ventes plus faibles, le canal devrait retrouver une rentabilité solide. Après cela, les revenus et les bénéfices du grossiste devraient se stabiliser, puis recommencer à croître. Ce blip à court terme ne change en rien notre enthousiasme pour la chaîne ou notre engagement envers nos partenaires grossistes.

    Permettez-moi maintenant de tourner votre attention vers l'environnement macro. Le consommateur américain est en excellente forme. L'économie est forte, les emplois sont nombreux et le sentiment des consommateurs reste élevé. Elle est optimiste et prête à dépenser lorsqu'on lui propose des produits convaincants. En pensant à l'année en cours, nous voyons beaucoup de nouveautés mode dans les vêtements pour femmes, plus que suffisant pour générer des compositions agréablement positives. La mode féminine est actuellement en tête des gains de comp dans les trois marques. Le trafic est en hausse d'une année à l'autre dans les magasins et en ligne et elle ne cherche pas seulement, elle achète.

    à lire :  Tyler Andrews - Le coureur des essais masculins qui n'a pas cassé 18 M ...

    Il y a cependant une grande mise en garde à cet optimisme et c'est le virus COVID-19. Le risque pour notre entreprise est double. Le premier concerne notre chaîne d'approvisionnement. Heureusement, nous avons considérablement réduit notre pénétration de l'approvisionnement en Chine au cours des deux dernières années, passant de plus de 40% à moins de 15% pour la production de notre produit conçu en interne. Il est actuellement difficile d'obtenir des informations précises et fiables de la Chine, mais nous pensons que la plupart des usines et usines chinoises ont rouvert avec une production représentant environ 50% de leur capacité. On s'attend à ce que la production augmente régulièrement au cours des deux prochaines semaines à mesure que les travailleurs terminent la période d'incubation du virus et retournent au travail. Si cela ne se produit pas ou se produit plus lentement, nos équipes travaillent avec diligence pour trouver des sources alternatives dans d'autres régions.

    Nous sommes conscients que certains retards de livraison entre avril et mai sont probables. Cela aurait un impact sur le flux de production et pourrait augmenter les coûts d'atterrissage ainsi que nous établissons de nouvelles relations avec les usines et utilisons une expédition accélérée.

    Le deuxième risque est la perturbation des communautés où nous avons des magasins, des bureaux et des centres de distribution. Nous n'avons aucune exposition en Asie et notre bureau en Chine est petit. Cependant, il est possible que des poussées éclatent et perturbent les communautés en Europe et en Amérique du Nord. Pour le moment, nous n'avons aucun moyen de quantifier ce risque. En fin de compte, COVID-19 crée une incertitude de la chaîne d'approvisionnement et pourrait également créer une incertitude de la demande. Nous sommes conscients de ces risques et avons pris des mesures et fait des plans pour atténuer leurs effets au mieux de nos capacités. La sécurité de nos associés est évidemment notre priorité absolue.

    Permettez-moi maintenant de parler brièvement de trois initiatives de croissance passionnantes chez URBN. Le premier est Nuuly, notre entreprise de location et de revente d'abonnements. Six mois après le lancement, l'acquisition de clients est en avance sur le plan et dépasse aujourd'hui 27 000 abonnés actifs. Les commentaires restent extrêmement positifs et les opérations internes fonctionnent correctement, même dans des domaines comme la blanchisserie, où nous n'avions aucune expérience avant le lancement. Il est encore tôt et nous avons beaucoup à apprendre sur ce modèle économique, mais la réaction jusqu'à présent nous a enthousiasmés pour l'avenir. Nous partagerons des paramètres d'exploitation plus détaillés plus tard dans l'année.

    Un autre point positif est le Mouvement FP dont j'ai parlé précédemment. Movement propose des produits très différenciés et gagne des parts de marché dans l'espace de fitness et de bien-être pour femmes en pleine croissance. La marque opère actuellement sur les trois canaux de distribution, y compris une page de destination sur le site Web Free People, plus de 250 comptes de vente en gros et plus de 50 magasins de mouvement dédiés dans les magasins Free People existants.

    Cette année, la marque ouvrira trois magasins FP Movement autonomes et prévoit d'augmenter considérablement ce nombre au cours des deux prochaines années. À plus long terme, je pense que Movement a la possibilité de rivaliser avec les autres marques URBN en termes de taille des revenus et de rentabilité. Notre troisième initiative de croissance ouvre cette année 30 nouveaux magasins en Amérique du Nord. Au cours des cinq dernières années, nous avons ralenti les ouvertures de magasins nationaux car les coûts d'occupation étaient trop élevés, en particulier sur les marchés primaires. L'environnement de location a radicalement changé et est à nouveau économiquement favorable. Nous avons négocié des baux avantageux, dont beaucoup sont des loyers en pourcentage uniquement avec des contributions de construction substantielles.

    De plus, la plupart des baux sont conclus sur des marchés secondaires non redondants, qui ont tendance à être nos emplacements les plus rentables sur une base tarifaire. Un avantage supplémentaire est que l'ouverture d'un magasin dans la nouvelle zone métropolitaine génère également des ventes numériques supplémentaires.

    Enfin, l'un de nos objectifs pour l'exercice 21 est de freiner l'érosion de la marge brute de nos deux plus grandes marques. Pour ce faire, nous prévoyons d'augmenter la pénétration des produits conçus en interne. Cela signifie investir davantage dans le design et la créativité. Des produits internes plus nombreux et de meilleure qualité devraient augmenter l'IMU et réduire le taux de démarque.

    De plus, nous prévoyons d'investir davantage dans le marketing et d'augmenter légèrement l'AUR. Donc, en pensant à l'année en cours, nous pensons que le client est optimiste, le sentiment des consommateurs est fort et nos marques résonnent bien. Elle est actuellement satisfaite de notre offre mode et de nos messages marketing. Nous sommes conscients qu'il existe un risque élevé pour notre entreprise et pour l'activité économique mondiale en raison du nouveau virus, mais nous pensons que toute réaction de panique sera probablement de courte durée. Enfin, nous sommes ravis de notre croissance et de nos initiatives commerciales et des investissements que nous faisons dans nos marques nouvelles et existantes.

    En terminant, je remercie tous les leaders des marques et des services partagés, leurs équipes et nos 24 000 associés dans le monde pour leur travail acharné, leur dévouement et leur créativité. Je reconnais et remercie également nos nombreux partenaires à travers le monde. Et enfin, je remercie nos actionnaires pour leur soutien continu.

    Cela met fin à mes remarques préparées. Je vous remercie. Et maintenant pour vos questions.

    Questions et réponses:

    Opérateur

    Je vous remercie. [Operator Instructions] Votre première question vient de Kimberly Greenberger de Morgan Stanley. Allez-y. Votre ligne est ouverte.

    Kimberly Greenberger – Morgan Stanley – Analyste

    Génial. Merci beaucoup. Dick, le commentaire que vous avez fait au sujet de l'année de lancement du premier trimestre semble assez encourageant. Évidemment, cela fait quatre semaines, donc ce n'est pas deux mois. Mais il semble que vous – vous avez peut-être tourné le coin à la division urbaine. L'élan Free People reste et Anthropologie a évidemment connu un très bon quatrième trimestre. Je me demande si vous pourriez peut-être nous aider à comprendre si vous pensez que les nouvelles tendances sont durables. Si vous pensez qu'il y a une réelle amélioration notable des produits et de l'exécution ou s'il peut y avoir quelque chose d'autre à l'origine de l'amélioration que nous avons constatée jusqu'à présent. Merci beaucoup.

    Richard A. Hayne — Directeur Général

    D'accord, Kimberly, permettez-moi de m'attaquer à cela. Avant de répondre à votre question, je veux juste rappeler aux gens une fois de plus que lorsque nous répondons à ces questions, cela est basé sur nos activités actuelles et cela n'a pas – inclure tout impact potentiel du nouveau coronavirus. Donc, en réponse à votre question, Kimberly, nous sommes très enthousiastes à propos de la plupart des catégories que nous traitons ici au premier trimestre. En particulier, je pense que les vêtements pour femmes semblent très bien fonctionner dans les trois marques et fonctionnent bien.

    Actuellement, les ventes sont en territoire positif à un chiffre élevé. Et quand je dis que je veux que vous vous souveniez que nous sommes sur un calendrier mensuel, pas quatre-cinq-quatre. Et cela inclut donc une journée supplémentaire en février. Mais même lorsque nous ajustons les compositions pour éliminer la distorsion de cette année bissextile, la ligne de tendance actuelle de la vente de compositions est en territoire positif à un chiffre.

    Maintenant, Free People, comme vous pouvez l'imaginer, comme vous l'avez appelé, a connu un quatrième trimestre incroyable et continue de publier les meilleures comps. Mais les trois marques sont bien positives. Nous en sommes donc heureux.

    Le mois de février est notre mois le plus facile sur une base de comparaison, mais nous sommes satisfaits de ces tendances et nous pensons que chaque marque est susceptible d'être positive au premier trimestre et collectivement, nous prévoyons que les compositions du segment de détail se situent entre le bas unique et le milieu -un chiffre positif.

    Opérateur

    Votre prochaine question vient de Lorraine Hutchinson de Bank of America. Allez-y. Votre ligne est ouverte.

    Lorraine Hutchinson – Bank of America Merrill Lynch – Analyste

    Je vous remercie. J'ai été surpris par les prévisions de croissance de 9% des frais de vente, dépenses administratives et autres frais généraux pour le trimestre et l'année. Frank, pouvez-vous simplement parler de certains de ces seaux? Et puis, y a-t-il également des domaines de réduction des dépenses qui pourraient compenser une partie de cette croissance? Je vous remercie.

    Frank J. Conforti — Directeur financier

    Salut Lorraine. Bien sûr, heureux. Je suppose que, tout d'abord, je garderais à l'esprit que les 9% ne sont en fait pas si éloignés des opportunités de croissance des ventes que nous avons pour l'année à venir. Je pense que si nous devions atteindre une composition moyenne du segment de détail à un chiffre pour l'année, en plus de la croissance potentielle non liée aux nouvelles boutiques, de la croissance du segment de gros et de la croissance du segment des abonnements, notre taux de croissance annuel des ventes pourrait être moyen à élevé. chiffres. Je voudrais donc simplement garder à l'esprit que ce n'est pas si loin de notre opportunité de vente. Et évidemment, tous ces taux de croissance dépendent de beaucoup de choses, y compris notre exécution et l'environnement macro à l'heure actuelle.

    Cela dit, les principaux moteurs de l'augmentation sont d'abord, les dépenses de marketing et cela est motivé par – excusez-moi, cela est en partie dû à notre segment de vente au détail, car nous continuons à utiliser le marketing pour différencier notre marque, atténuer la nôtre produit de marque et cette initiative ainsi que stimuler les ventes numériques ainsi que le marketing pour soutenir notre activité d'abonnement, qui ne fonctionnait que depuis six mois l'année dernière. Il a donc un impact extérieur sur les frais de vente, dépenses administratives et autres frais généraux cette année, car il sera pleinement opérationnel pendant 12 mois.

    Vient ensuite la rémunération incitative. Comme je suis sûr que vous le savez et – ou que vous l'avez supposé, nous n'avons pas atteint notre objectif financier global l'année dernière. Par conséquent, ce fut une année de versement de rémunération incitative faible pour nous. Le plan actuel suppose que nous atteindrons nos objectifs et rétablirons cette rémunération incitative qui contribue au taux de croissance par rapport à l'an dernier.

    Enfin, veuillez garder à l'esprit que nous avons toujours un certain montant de frais de vente et d'administration qui est variable et peut être ajusté à mesure que les ventes dépassent nos plans ou peut être ajusté à la baisse si les ventes n'atteignent pas nos plans.

    Opérateur

    Votre prochaine question vient d'Adrienne Yih de Barclays. Allez-y. Votre ligne est ouverte.

    Adrienne Yih – Barclays – Analyste

    Oui, bon après-midi. Dick, je me demandais si vous pouviez parler d'une sorte de pénétration de marque chez Urban Outfitters alors que nous entrons cette année? Pensez-vous que l'exercice 19 a manqué d'une tendance de marque et que nous assistons maintenant à une refonte? Et puis, dans la même veine, y a-t-il eu des enseignements d'Anthro et de Free People que vous avez pris et ensuite remis à Urban Outfitters? Et, Frank, je suis désolé si je l'ai raté, quels ont été la pénétration du eCom et le taux de croissance au cours du trimestre? Je vous remercie.

    Richard A. Hayne — Directeur Général

    Adrienne, les deux grandes marques Urban et Anthro avaient pour objectif cette année d'augmenter la pénétration de leur propre marque. C'est en grande partie – ou actuellement, c'est environ 50%, 55% au début du premier trimestre et nous travaillons très dur pour que cela atteigne quelque part entre 60% et 65% de pénétration de la marque propre. Et l'une des choses qui est nécessaire pour ce faire est d'embaucher des talents créatifs supplémentaires, y compris des concepteurs, pour concevoir et aider à produire ce produit. Nous sommes donc enthousiasmés par ce concept et qui correspond à toute la notion d'aider à faire baisser cette tendance ou à supprimer la tendance à une augmentation des marges brutes. Je pense donc que nous espérons y parvenir et nous sommes en bonne voie au premier trimestre et nous travaillerons dur toute l'année.

    Trish, voulez-vous ajouter quelque chose à cela?

    Trish Donnelly – Directeur Général, Urban Outfitters Group

    Sûr. Ouais. Comme Dick l'a mentionné, l'une de nos plus grandes initiatives de produits cette année est de se concentrer vraiment sur nos marques propriétaires internes. Et Meg et moi croyons que compte tenu du talent que nous avons dans les domaines du design et des marchands, nous savons que nous avons la possibilité d'augmenter, comme Dick l'a expliqué de façon assez spectaculaire et assez significative cette année.

    à lire :  IR35 en 2020 - Ce que les propriétaires d'entreprise doivent savoir - Bytestart

    Et la pénétration que nous examinons est en fait similaire à celle d'il y a environ deux ans lorsque nous dirigions l'une de nos entreprises féminines les plus prospères. Et comme vous le savez, certaines de nos marques propriétaires incluent le denim BDG, Ketron [Phonetic] Out From Under, Kimchi Blue et en fait notre propre label Urban Outfitters. Et nos recettes ce printemps sont déformées en marque propre au détriment de certaines marques du marché et nationales. Et comme nous ne voyons que quelques semaines, la réponse des clients à cette étiquette propriétaire est toujours aussi bonne. Elle répond. Et bien sûr, la marque propre comporte l'avantage de marge et l'avantage IMU. La marque ne l'était pas – elle n'a jamais eu autant d'impact sur l'entreprise des femmes que peut-être certaines des autres. Donc, le désir d'augmenter sa propre marque n'est pas nécessairement parce que la marque chez les femmes était toujours négative. C'est juste que nous avons vraiment cru au produit et au talent et nous voyons que c'est là que le client réagit également.

    Opérateur

    Votre prochaine question vient de Paul Lejuez de Citi Research. Allez-y. Votre ligne est ouverte.

    Paul Lejuez – Citi Research – Analyste

    Merci les gars. Dick, curieux de connaître les magasins autonomes du mouvement Free People.Où prévoyez-vous de localiser ces magasins, centre commercial contre centre commercial, nombre de références que vous prévoyez d'exécuter dans cette entreprise par rapport à ce que vous avez aujourd'hui, en tête- rapport des fonds. Je suis curieux de savoir tout ce que vous pourriez partager sur ce à quoi cela pourrait ressembler et peut-être un peu plus derrière la décision de devenir autonome plutôt que dans la boîte. Merci.

    Richard A. Hayne — Directeur Général

    D'accord, Paul. Je vais demander à Sheila de prendre cela parce que Sheila en est responsable.

    Sheila Harrington – Président, Free People Brand

    Salut. Donc, du point de vue de l'emplacement, nous avons deux emplacements prévus dans la région métropolitaine de Los Angeles et un dans un centre commercial, un dans un centre de style de vie et notre troisième emplacement que nous avons prévu est au Colorado et dans la rue. Tous ces emplacements, nous avons beaucoup d'informations sur notre client Free People. Nous nous sentons donc très confiants en entrant sur ces marchés.

    Pour ce qui est de la raison pour laquelle autonome, j'ai l'impression qu'au cours des dernières années, nous avons perfectionné l'offre de produits et nous sommes confiants dans la productivité au sein de l'espace Free People actuel au point qu'il a besoin de plus d'espace et de sa propre opportunité de marque et un magasin indépendant.

    Frank J. Conforti — Directeur financier

    Paul, je peux même – c'est Frank, je peux aussi ajouter. Je pense que Sheila l'a fait et la marque a fait un excellent travail pour tester le concept Movement au sein de la marque dans la mesure où même au cours des deux dernières années, ils l'ont fait – ils ont testé des magasins qui sont en quelque sorte avec des entrées adjacentes alors que vous aviez un entrée dédiée pour FP Movement et une entrée dédiée pour Free People collection. Et là où ils ont vu une partie de cet espace dédié, des fenêtres, des associés de magasin portant les vêtements et formés pour parler aux vêtements, ils ont en fait vu des ventes par pied carré et une productivité accrues. Je pense donc que nous sommes très enthousiastes à l'idée de l'opportunité dans les magasins autonomes et de la façon dont ils peuvent se débrouiller seuls.

    Opérateur

    Votre prochaine question vient de Kate Fitzsimmons de RBC Capital Markets. Allez-y. Votre ligne est ouverte.

    Kate Fitzsimmons – RBC Capital – Analyste

    Oui. Salut. Merci beaucoup d'avoir répondu à ma question. Je suppose que je veux creuser un peu plus dans les options de vente et prendre une marge brute à plus long terme. Croyez-vous toujours à un retour à l'expansion de la marge brute au fil du temps, peut-être à mesure que les stocks de gros se normaliseront et que Nuuly augmentera? Et où voyez-vous les opportunités de recapture de la marque?

    Et puis deuxièmement, dans vos commentaires préparés, il semble que vous êtes – vous avez parlé des efforts pour normaliser les dépenses logistiques à plus long terme et y faire évoluer l'échelle. Juste toutes les initiatives que nous devrions considérer comme sur le pont [Phonetic] en 2020 ce serait utile? Je vous remercie.

    Frank J. Conforti — Directeur financier

    Salut kate. Voici Frank. La réponse est oui. Nous pensons qu'il y a certainement une bonne quantité de récupération de marge brute que nous pouvons réaliser dans les années à venir et même ici, juste au cours du dernier semestre. Permettez-moi de vous parler un peu du point de vue du segment. Je commencerais par le segment Wholesale alors que nous pensons que cela pourrait mettre la pression au premier trimestre, je pense qu'il est important de noter que le segment Wholesale était en hausse par rapport à 21% de résultat opérationnel au T1. Donc, un nombre vraiment fort. Ce chiffre devient beaucoup plus facile du point de vue de la comparaison alors que nous entrons dans la seconde moitié de l'année prochaine et nous pensons que la vente en gros se réinitialisera dans une perspective de bénéfice d'exploitation très saine au milieu de l'adolescence, aidant à récupérer une partie de l'érosion de la marge qui s'est produite relativement à ce segment.

    En ce qui concerne le segment Retail, nous pensons que le segment Retail pourrait être plat à légèrement positif au premier trimestre, car vous commencez à voir les activités de prix reg de la marque vraiment commencer à accélérer plus spécifiquement pour les marques Urban et Anthropologie, puis commencer à reprendre le taux de démarque. À plus long terme, je pense qu'Anthropologie a en fait la plus grande opportunité de taux de démarque hors reprise, parmi toutes les marques. Et c'est encore à quelques centaines de points de base de leur meilleur historique et même de leurs moyennes historiques lorsque la marque résonne vraiment bien. La bonne nouvelle est que je pense que nous avons vu la ligne supérieure s'améliorer et que nous avons vu les vêtements pour femmes s'améliorer. Nous pensons donc qu'il est possible pour eux de continuer à récupérer le taux de démarque cette année et même dans les années à venir, ce qui aura un impact favorable sur URBN.

    En ce qui concerne la logistique, il y a beaucoup de pièces en mouvement ici. De toute évidence, le type de traitement logistique plus coûteux étant numérique et par abonnement par rapport à la seule distribution en vrac dans les magasins, l'augmentation de la pénétration exerce une pression sur l'ensemble de la ligne logistique de l'entreprise. Cela se poursuivra au cours des deux prochaines années, alors que ces canaux continuent d'augmenter du point de vue de la pénétration. Ce qui ne va pas continuer, c'est ce que je dirais – ou excusez-moi, nous avons la possibilité de ne pas continuer, c'est le désendettement lié à nos AUR et AOV inférieurs et cela devient un peu compliqué. Mais comme vous pensez aux marques dans le dernier semestre de cette année, ayant un AUR inférieur, donc des ventes plus faibles, malgré le nombre d'unités qui devaient être traitées dans le centre de distribution, vous désendettez cette dépense. Et dans la mesure où nous pouvons réduire notre taux de démarque et réduire notre dépendance à l'égard des promotions, ce qui crée une opportunité de récupérer une partie de ce désendettement et de la logistique.

    Et enfin, qui est une sorte d'initiative à plus long terme que nous travaillons ici en Amérique du Nord et un peu plus à court terme d'Europe est les centres de distribution. Nous investissons dans des centres de distribution plus hautement automatisés qui seront moins dépendants de la main-d'œuvre et nous pensons que cela peut créer une logistique plus efficace et des vitesses de traitement plus rapides à l'avenir.

    Donc, je sais qu'il y a beaucoup de pièces en mouvement là-bas. Comme nous avons une poignée de segments dans notre entreprise, c'est compliqué. Mais il existe une opportunité à travers la ligne logistique.

    Opérateur

    Votre prochaine question vient de Simeon Siegel de BMO Marchés des capitaux. Allez-y. Votre ligne est ouverte.

    Simeon Siegel – BMO Marchés des capitaux – Analyste

    Merci. Bonne après midi les gars. Frank, juste pour faire un suivi rapide à ce sujet. Pouvez-vous quantifier la part du désendettement logistique liée à l'AUR? Et puis, lorsque vous pensez aux dépenses de bureau à domicile en Europe, comment – je suppose que cela est de nature ponctuelle lorsque vous pensez à cette transition? Merci.

    Frank J. Conforti — Directeur financier

    Sûr. Je penserais à la logistique en quelque sorte comme un tiers, un troisième, un troisième. Donc, un tiers est dû à la pénétration, un tiers à cela est dû à AUR et un tiers à des salaires tout simplement plus élevés également. Donc, si vous pensez aux vacances et au type de marché du chômage auquel nous sommes confrontés en ce moment, au pays et à l'étranger, vous avez également une inflation des salaires. Et c'est vraiment un troisième pour ces trois choses. Ce que je dirais, c'est que les AUR sont récupérables et que les salaires plus élevés dans la mesure où nous devenons moins dépendants et plus automatisés et plus efficaces avec la nouvelle installation, sont également une opportunité récupérable à plus long terme.

    Opérateur

    Your next question comes from Janet Kloppenburg of JJK Research. Allez-y. Your line is open.

    Janet Kloppenburg — JJK Research — Analyst

    Thanks so much. Congratulations on the progress. Two quick questions. On Urban, I know you're feeling encouraged on the revenue outlook right now. I'm wondering what you're thinking about in terms of improved margins in the first quarter at Urban Outfitters and if you think that can be worked out in this period or if it will take longer. And secondly, I was interested in Frank's comment about the top line growing close to the rate of the SG&A, 9% rate that the guidance provided. Of course, I understand mid single digit comps might be embedded there. But perhaps you could talk about the impacts from expansion year-over-year and the Nuuly impacts. Thanks so much.

    Trish Donnelly — Chief Executive Officer, Urban Outfitters Group

    Hi, Janet. It's Trish. I'll take the first part of your questions.

    Janet Kloppenburg — JJK Research — Analyst

    Hi, Trish.

    Trish Donnelly — Chief Executive Officer, Urban Outfitters Group

    Hi. So, yeah, we are very encouraged by reg price, and that's really the secret. That's really what we're looking to drive for Q1 and for the spring season as Anthro and Free People have done such an incredible job there. So, yeah, I do expect us to work it out over the first half of the year when you do the like-for-like comparison on [Indecipherable].

    Frank J. Conforti — Chief Financial Officer

    And Janet as it relates to the top line opportunity, you're correct, embedded in that opportunity would be mid-single digit Retail segment comp and then you've got also contribution from non-comp sales. So as we opened new stores last year and are planning to open incremental new stores this year, you've got contribution of the non-comp in the Retail segment. Additionally, we do believe that there is the opportunity for the Wholesale segment to return to growth rate in the second quarter and going forward for the remainder of the year.

    So you've got contribution from the Wholesale segment as well. And then we believe right now there is the opportunity for Nuuly to contribute a point of comp to the top line for the Company this year as well, which gets you into that very, very high mid, if not low single, low end of the high single digit range for URBN for the year.

    Operator

    Your next question comes from Ike Boruchow of Wells Fargo. Allez-y. Your line is open.

    Ike Boruchow — Wells Fargo — Analyst

    Hey. Good afternoon, everyone. Frank, two for you. Just looking at the Nuuly business, the operating losses, I guess they accelerated through the year. At what point do those losses start to stabilize? And then what's — should we expect a larger loss for the fiscal year than the $20 million from last fiscal year? And then just on the wholesale commentary you gave, it sounds like Q2 starts to see some inflection and profitability. Just can you talk about the visibility you have on that commentary around gross margins getting better and growth returning I don't know if it's order book or what you can talk to, but just trying to understand that a little bit better?

    à lire :  Doublez votre argent en moins d'un an - Invest

    Frank J. Conforti — Chief Financial Officer

    Yeah, Ike. This is Frank. As it relates to Nuuly, we think their losses should be fairly ratable each quarter this year and in the ballpark of approximately $9 million or so per quarter and that would then equate to the annual number. But fairly ratable each quarter around that $9 million or so from a loss perspective. And you have to remember as well that this is something that where we believe in for our future and as a long-term growth opportunity for our future. We are building into some of the investments that we need to support this business and support the customer experience. And right now the customer feedback has been overwhelmingly positive and we're happy with the subscribers that we've been able to capture and the top line that we are starting to see and starting to project going forward.

    As it relates to Wholesale, we believe we're starting to see the improvement now in the margin. So if you were to sort of look at the sequential from Q3, Q4 and now into the first quarter, we believe we have the opportunity in the first quarter to show improvement from where we ended the back half of last year and then continue to show the improvement over the second and going forward quarters — the remainder of the year.

    Obviously, the comparison gets much easier as you get into the back half of the year. Like I said, we're up against 21% operating profit in the first quarter. So we could be down on a year-over-year basis, but if you were to look at it from a sequential basis, we do believe that we're starting to show improvement in the first quarter versus where we finished in the fourth quarter.

    Operator

    Your next question comes from Marni Shapiro of The Retail Tracker. Allez-y. Your line is open.

    Marni Shapiro — The Retail Tracker — Analyst

    Hey guys. Congrats on the improvement and the much happier looking stores. Can you talk a little bit about Europe? It seems like there was a little inconsistency in the brands there. And I'm curious if the brands are being impacted by local business. It looks like Urban sort of turned the corner and some of the others didn't do as well. Can you just dive into that a little bit, what you're seeing there?

    Richard A. Hayne — Chief Executive Officer

    Sure, Marni. This is Dick. Now that the Brexit uncertainty is history, the European business that we see is rebounding pretty nicely. The Urban brand in Europe is enjoying a very strong season with most product categories putting up excellent comps and that is being led by both the women's and men's apparel which we're very happy about, obviously, because that's where a lot of the margin is. The Anthropologie and Free People brands are also producing positive comps. So we're happy about that as well.

    Now if you'll recall, late last year we opened our new and expanded offices in London and as Frank mentioned, we completed our work on our new distribution and fulfillment center. That should be coming online later this year. It's partially online, it's not fully operational. These investments will accommodate almost three times our current sales volume. So as the brands add more stores and they look to grow their digital business, which is really doing extremely well right now in Europe, we will be able to satisfy their needs. So we're very bullish about Europe right now and are 100% in in terms of supporting their growth.

    Operator

    Your next question comes from Mark Altschwager of Robert W. Baird. Allez-y. Your line is open.

    Mark R. Altschwager — Robert W. Baird & Co. — Analyst

    Good afternoon. Thank you for taking the question. So you've outlined a lot of pieces of the model today. We have a 9% SG&A growth, expect revenue near that level, outlined some GM pressure in the near term, probably a bit tougher to tell what that will look like in the fall season, but obviously some easier comparisons. So I'm wondering if you can just kind of step back — I mean and talk about how you're thinking about the earnings growth algorithm over the next two years as we put all that together.

    And then also I know the business does generate a good amount of cash, capex stepped up a little bit here in the near term but you've been opportunistic with buybacks historically. How does that work into the EPS growth algorithm as well? Merci.

    Frank J. Conforti — Chief Financial Officer

    Hi, Mark. First, let me try to [Phonetic] just jump in on the buyback and capital allocation. So I think we remain committed to returning our surplus cash to our shareholders through stock repurchases. I would say with that being said, our first priorities are always supporting our business and our growth-based initiatives and right now our business needs and distribution center projects will be the focus of our primary spend in the upcoming year.

    I will say, as a reminder, in the last three years, we have repurchased just shy of 20 million shares and deployed almost $500 million in capital for share repurchases.

    Operator

    Your next question comes from Janine Strichter of Jefferies. Allez-y. Your line is open.

    Janine Strichter — Jefferies & Co. — Analyst

    Hi. Good afternoon, everyone. Thanks for taking my question. First question just on AUR. Dick, I think you mentioned the opportunity to gradually migrate AUR higher. Is that something you see more as a function of just reversing some of the markdowns you've had this year? Is there a plan to actually move up ticket?

    And then also curious on the comments on Anthro, the advertising promotions being flat year-over-year, but more sales on those days. Do you think that's kind of an industrywide phenomenon or is there anything specific to answer there? And anything you can do to migrate some of those sales back to full price? Je vous remercie.

    Richard A. Hayne — Chief Executive Officer

    Janine, this is Dick and I will ask Hillary to talk about the Anthropologie specific question. As to AUR, we think that both of the larger brands have an opportunity to raise AUR first and foremost by reducing their markdowns but secondarily, we think that there is opportunity for both brands as we do more internal design to raise AUR. And when I say gently, I mean gently. We're not trying to make any quantum leap here in AUR, but a couple of percentage points up in AUR really makes a significant difference in terms of leveraging the logistics and delivery expenses as well as the gross margin.

    So I think that we are putting a lot of effort in design, we're putting a lot of effort into our own brands, we are spending more money in marketing and all of those are designed to reduce markdowns and increase the AUR.

    So, Hillary, will you take the second part?

    Hillary Super — Global President, Anthropologie Group

    Sûr. Hi. So I'll speak first to the potential about reducing markdowns and I would say, yes, absolutely we have the potential to reduce markdowns, particularly in the first three quarters of the year. We're already seeing it as we enter the spring season, early days of course. But we're seeing markdown rates coming in lower and really nice full price sales. So we know the potential is there.

    As it relates specifically to the period between Black Friday and Christmas, this year, as you know, we had a condensed calendar and so each of those promotional days that we are up against just counted more. And I imagine that was the case throughout the industry, but I can't say for sure. And I do think that we will continue to see that sort of pressure in those six weeks of the year. But overall, on an annual basis, yes, we will be able to improve.

    Operator

    Your last question comes from Susan Anderson of B. Riley FBR. Allez-y. Your line is open.

    Susan Anderson — B. Riley FBR, Inc. — Analyst

    Hi. Thanks for taking my question. I guess when we click on the private label front, do you guys expect to be, I guess, that 60% for the back half of the year? Is this a number where we should think about gradually getting there toward the end of the year? And then I guess, maybe if you could talk a little bit on the branded side of things. Are you seeing any new brands that you can mix into the mix? And in terms of the brands that you had in the store over the past year or so, are you seeing any new styles or are you seeing them resonate any better with the consumer now and spring time? Merci.

    Richard A. Hayne — Chief Executive Officer

    Are you talking about a specific brand — of our brand [Speech Overlap]?

    Susan Anderson — B. Riley FBR, Inc. — Analyst

    Just in general, I guess, maybe some of the retro brands and more of the sport type brands.

    Richard A. Hayne — Chief Executive Officer

    Well, the first part of your question I'll answer which is, yes, we think we can get up into the 60%s and I think we're actually close to that right now as we speak. So I think we will have a very good shot of hitting our goal of 65% penetration this year. So we're very excited about that. We think it's the right thing to do and the customer is telling us that she thinks it's the right thing to do as well.

    Do you want to talk all about brands, Trish?

    Trish Donnelly — Chief Executive Officer, Urban Outfitters Group

    Sûr. And then from a branded perspective, yes, there are some athletic brands that are less important currently than they were this time last year. However, there are some other athletic brands that we carry that are actually more important. So it's not really a blanket — there's no real blanket answer to that question. And in terms of newness, we are always looking for new and emerging and exciting and — since it's a very competitive world out there I'm a little reluctant to divulge what's [Phonetic] working. But it's always been part of the mix at Urban as you know and part of our DNA and we have a talented team who is always looking for the new mix.

    Richard A. Hayne — Chief Executive Officer

    Merci beaucoup à tous. It's been a pleasure and I hope to see you or talk to you in three months.

    Operator

    [Operator Closing Remarks]

    Duration: 47 minutes

    Call participants:

    Oona McCullough — Director of Investor Relations

    Frank J. Conforti — Chief Financial Officer

    Richard A. Hayne — Chief Executive Officer

    Trish Donnelly — Chief Executive Officer, Urban Outfitters Group

    Sheila Harrington — President, Free People Brand

    Hillary Super — Global President, Anthropologie Group

    Kimberly Greenberger — Morgan Stanley — Analyst

    Lorraine Hutchinson — Bank of America Merrill Lynch — Analyst

    Adrienne Yih — Barclays — Analyst

    Paul Lejuez — Citi Research — Analyst

    Kate Fitzsimmons — RBC Capital — Analyst

    Simeon Siegel — BMO Capital Markets — Analyst

    Janet Kloppenburg — JJK Research — Analyst

    Ike Boruchow — Wells Fargo — Analyst

    Marni Shapiro — The Retail Tracker — Analyst

    Mark R. Altschwager — Robert W. Baird & Co. — Analyst

    Janine Strichter — Jefferies & Co. — Analyst

    Susan Anderson — B. Riley FBR, Inc. — Analyst

    More URBN analysis

    All earnings call transcripts

    Transcription de l'appel des résultats du quatrième trimestre 2020 d'Urban Outfitters Inc (URBN)
    4.9 (98%) 32 votes
     

    Julien