Transcription de l'appel des résultats du quatrième trimestre 2019 d'Unisys Corp (UIS)

Source de l'image: The Motley Fool.

Unisys Corp (NYSE: UIS) Call of Earnings Q4 2019 Feb 25, 2020, 5:00 p.m. ET

Contenu:

  • Remarques préparées
  • Questions et réponses
  • Appeler les participants
  • Remarques préparées:

    Opérateur

    Bienvenue à la conférence téléphonique sur les résultats du quatrième trimestre et de l'année 2019 d'Unisys Corporation. [Operator Instructions] Veuillez noter que cet événement est en cours d'enregistrement.

    J'aimerais maintenant confier la conférence à Courtney Holben, vice-présidente des relations avec les investisseurs. Allez-y.

    Courtney Holben – Vice-président, relations avec les investisseurs

    Merci, opérateur. Bonjour à tous. Voici Courtney Holben, vice-présidente des relations avec les investisseurs. Merci de nous avoir rejoint. Plus tôt dans la journée, Unisys a publié ses résultats financiers de l'exercice 2019 et du quatrième trimestre. Je suis accompagné cet après-midi pour discuter de ces résultats par Peter Altabef, notre président-directeur général; et Mike Thomson, notre directeur financier.

    Avant de commencer, je voudrais aborder quelques détails. Premièrement, la conférence téléphonique d'aujourd'hui et la session de questions-réponses sont diffusées sur le Web via le site Web Unisys Investor. Deuxièmement, vous pouvez trouver le communiqué de presse sur les résultats et les diapositives de présentation que nous utiliserons cet après-midi pour guider notre discussion, ainsi que d'autres informations relatives à notre performance du troisième trimestre sur notre site Web pour les investisseurs, que nous vous encourageons à visiter.

    Troisièmement, la présentation d'aujourd'hui, qui complète le communiqué de presse sur les résultats, comprend des mesures financières non conformes aux PCGR. Les mesures non conformes aux PCGR ont été rapprochées des mesures conformes aux PCGR connexes et nous avons fourni des rapprochements dans la présentation. Bien que appropriés selon les principes comptables généralement reconnus, les résultats de la société reflètent des charges qui, selon elle, ne sont pas représentatives de ses activités en cours et qui peuvent rendre ses résultats de rentabilité et de liquidité difficiles à comparer aux périodes précédentes, aux périodes futures prévues ou aux résultats de ses concurrents. Ces éléments comprennent la pension, l'échange de dettes, la réduction des coûts et d'autres dépenses.

    La direction estime que chacun de ces éléments peut fausser la visibilité des tendances associées à la performance continue de l'entreprise. La direction estime également que l'évaluation de la performance financière de la société peut être améliorée en utilisant une présentation supplémentaire de ses résultats qui exclut l'impact de ces éléments afin d'améliorer la cohérence et la comparabilité avec les résultats des périodes antérieures ou futures.

    Les mesures suivantes sont souvent fournies et utilisées par la direction, les analystes et les investisseurs de la société pour améliorer la comparabilité des résultats d'une année à l'autre, ainsi que pour comparer les résultats avec d'autres sociétés de notre industrie: bénéfice d'exploitation non conforme aux PCGR; bénéfice dilué par action non-GAAP; flux de trésorerie disponible et flux de trésorerie disponible ajusté; EBITDA et EBITDA ajusté; et monnaie constante. De plus, ce trimestre, nous continuerons de déclarer des revenus ajustés non conformes aux PCGR et des mesures connexes en raison de certains revenus et remboursements connexes des partenaires de la coentreprise de traitement des chèques de la société pour les dépenses de restructuration incluses dans le programme de restructuration de la société. Pour plus d'informations sur ces ajustements, veuillez consulter notre communiqué de presse et notre formulaire 10-K. De temps à autre, Unisys peut fournir des indications spécifiques concernant ses performances financières futures attendues. Ces indications ne prennent effet qu'à la date indiquée. Unisys ne mettra généralement pas à jour, ne réaffirmera pas ou ne commentera d'aucune manière les directives antérieures, sauf si Unisys le juge nécessaire, et uniquement de manière conforme au règlement FD.

    Enfin, je voudrais vous rappeler que toutes les déclarations prospectives faites lors de cette conférence téléphonique sont soumises à divers risques et incertitudes qui pourraient faire en sorte que les résultats réels diffèrent sensiblement de nos attentes. Ces facteurs sont traités plus en détail dans le communiqué de presse et dans les documents déposés par la société auprès de la SEC. Des copies de ces rapports SEC sont disponibles auprès de la SEC, ainsi que d'autres documents que j'ai mentionnés plus tôt, sur le site Web Unisys Investor.

    Et maintenant, je voudrais passer l'appel à Peter.

    Peter Altabef — Président et Directeur Général

    Merci, Courtney, et merci à tous de vous être joints à nous pour revoir nos résultats financiers de l'exercice et du quatrième trimestre. 2019 a été une année passionnante pour nous et nous avons réalisé des progrès significatifs sur un certain nombre de nos priorités clés, notamment la croissance des revenus totaux de l'entreprise et l'expansion de la rentabilité des services. Notre accent sur la sécurité et la propriété intellectuelle différenciée continue de résonner et de nous aider à remporter des contrats.

    Les revenus ajustés non-GAAP 2019 et les revenus de services ajustés non-GAAP ont tous deux augmenté en glissement annuel. En fait, le quatrième trimestre a représenté le septième trimestre consécutif pour la croissance des revenus tirés des services non conformes aux PCGR. Le bénéfice d'exploitation ajusté non-GAAP des services a également augmenté d'une année sur l'autre au quatrième trimestre et sur l'année 2019. Par conséquent, parallèlement à une baisse des investissements, nous avons constaté une amélioration significative d'une année sur l'autre de la trésorerie disponible ajustée et nous avons atteint nos fourchettes d’orientation sur les trois mesures fournies pour la quatrième année consécutive depuis que nous avons rétabli la fourniture d’orientations.

    Mike fournira plus de détails sur nos résultats financiers. Mais d'abord, j'ai pensé parler un peu de l'entreprise. Tout au long de Mike et de mon commentaire, nous ferons largement référence à des chiffres basés sur les résultats réels de 2019, qui comprennent à la fois des solutions fédérales américaines et des solutions d'entreprise. Mais nous fournirons de la couleur à certains endroits sur l'impact attendu de la transaction fédérale américaine, y compris dans nos prévisions pour 2020 qui excluront le gouvernement fédéral américain après la clôture de la transaction, nous aurons considérablement amélioré la flexibilité de la structure du capital. Cela devrait permettre aux activités pro forma de se concentrer davantage sur la stimulation de la croissance, d'améliorer la rentabilité et un flux de trésorerie disponible plus fort et une capacité accrue d'investir à la fois de manière organique et inorganique pour aider à atteindre ces objectifs.

    Mike et moi soulignerons un certain nombre d'opportunités que nous voyons à la suite de cette transaction et nous nous réjouissons également de fournir plus de détails lors de la journée des investisseurs que nous prévoyons d'accueillir le 29 avril à New York.

    Notre segment Services a enregistré une croissance continue de ses revenus en 2019. InteliServe et CloudForte différencient nos efforts de mise sur le marché. La nature productrice de ces solutions nous permet de soumissionner des contrats avec des profils de marge plus attractifs qu'il ne serait possible autrement. Au quatrième trimestre, nous avons reçu le prix du fournisseur de services de l'année de Computable pour CloudForte pour Microsoft Azure. Et au cours du quatrième trimestre, nous avons annoncé de nouvelles fonctionnalités pour CloudForte avec Azure, notamment CloudForte Navigator et CloudForte Compliance. Ces fonctionnalités permettent aux clients d'optimiser les opérations et d'améliorer la sécurité des charges de travail fournies via la solution de service Unisys CloudForte avec Microsoft Azure et dans les environnements de cloud hybride.

    CloudForte Navigator construit, exploite et optimise en permanence des systèmes sécurisés hautement performants. CloudForte Compliance fournit une surveillance et une correction de la conformité de la sécurité en temps réel 24/7 pour les infrastructures cloud. Au cours du quatrième trimestre, Information Services Group ou ISG a reconnu la société comme un leader mondial des services numériques en milieu de travail, soulignant spécifiquement InteliServe comme une force clé. Nous prévoyons de continuer à bénéficier de CloudForte et InteliServe pro forma pour le serveur fédéral américain. Nous sommes ravis de voir la marge bénéficiaire d'exploitation des services augmenter d'une année à l'autre en 2019, l'augmentation de l'efficacité de notre moteur de prestation de services pour améliorer la rentabilité reste une priorité absolue pour nous et nous continuons de travailler pour intégrer les opérations intelligentes, l'automatisation et les technologies émergentes.

    Passage à notre segment Technologie, qui comprend les revenus de licence pour ClearPath Forward, Stealth et nos produits d'application de l'industrie. Les revenus ajustés non conformes aux PCGR ont légèrement augmenté en glissement annuel, ce qui était meilleur que prévu. Notre activité de système d'exploitation ClearPath Forward reste saine, grâce à l'innovation continue de la plate-forme telle que la modernisation du langage, la prise en charge frontale moderne et notre série de logiciels, qui a la capacité de fonctionner dans des environnements cloud privés et publics. Nous prévoyons que 2020 sera une année plus légère pour les renouvellements de ClearPath Forward en fonction du calendrier des contrats. Mais nous prévoyons que cela rebondira avec un cycle plus fort en 2021. Nous continuerons de percevoir des revenus de nos clients fédéraux américains existants qui utilisent ClearPath Forward et SAIC agira en tant que revendeur à valeur ajoutée pour cette solution.

    Passons maintenant à la sécurité, deux des solutions dont nous allons discuter, la plate-forme Software-as-a-Service TrustCheck d'Unisys et Stealth 5.0 viennent d'être présentées par CSO Online comme deux des nouveaux produits de cybersécurité les plus en vogue lors de la conférence mondiale RSA maintenant. Comme nous l'avons vu cependant, la sécurité pour Unisys ne signifie pas seulement nos solutions de sécurité autonomes. Cela signifie également intégrer plus largement la sécurité de pointe dans toutes nos offres de services. Cela a différencié nos efforts de mise sur le marché et a contribué à stimuler la croissance au cours des dernières périodes. Forrester a récemment reconnu Unisys comme un artiste performant et sa catégorie de confiance zéro basée sur les solutions et services logiciels de cybersécurité de l'entreprise, y compris Stealth.

    Hier, lors de la conférence RSA, nous avons annoncé la nouvelle plateforme Unisys TrustCheck Software-as-a-Service, qui aide les utilisateurs à évaluer rapidement et facilement l'impact financier potentiel des cyber-risques. Cette nouvelle version de TrustCheck offre un accès continu à un portail Web avec des profils de risque et des prévisions de pertes qui sont mis à jour automatiquement à mesure que les menaces, les risques et les tendances de l'industrie changent tout au long de l'année.

    Nous continuons également à faire évoluer nos offres Stealth. Hier également, lors de la conférence RSA, nous avons annoncé la sortie de Stealth 5.0, qui assure la protection des données dans les conteneurs et les environnements Kubernetes. Stealth fournit Always on Security and Resilience pour arrêter les cyberattaques sophistiquées.

    Les capacités d'isolation dynamique furtive peuvent efficacement bloquer un mauvais acteur dans les 10 secondes suivant la détection, permettant ainsi à l'entreprise de poursuivre ses opérations même en cas d'attaque. Nous élargissons notre réseau de partenariat pour Stealth dans le cadre des annonces TrustCheck of Stealth 5.0 lors de notre RSA hier, nous avons également annoncé le lancement officiel du programme de partenariat Global Channel Partner Unisys Security. Ce programme devrait élargir la portée du marché et la clientèle de nos solutions de sécurité. Les partenaires inscrits au programme auront accès à des remises, des démonstrations, des garanties, du matériel co-marqué et des campagnes de marketing personnalisables concernant Stealth et d'autres offres de sécurité Unisys, et offriront des opportunités de webinaires, de roadshows partenaires et d'événements régionaux.

    En 2019, les revenus de Stealth ont augmenté de 17% d'une année sur l'autre. Nous continuerons également à bénéficier des revenus liés à nos clients fédéraux américains actuels qui utilisent Dell comme SAIC agira en tant que revendeur à valeur ajoutée pour Stealth à sa clientèle plus large.

    Je vais maintenant donner de la couleur à nos autres secteurs. Fédéral américain. Comme nous en avons discuté, notre secteur fédéral américain a été un contributeur clé à nos solides résultats financiers avec un certain nombre de contrats récents importants qui ont contribué à une croissance des revenus ajustée non-GAAP de 26,5% en glissement annuel en 2019. Mike fournira un peu de couleur sur nos attentes concernant l'impact financier de la vente fédérale américaine.

    Notre secteur public est un secteur florissant pour Unisys et, sur une base ex-vente fédérale, représentera environ 30% de nos revenus. Le secteur public a contribué de manière significative à notre excédent en 2019, avec une croissance des revenus ajustés non-GAAP de 7% en glissement annuel pour l'année entière. Un certain nombre de contrats importants avec les gouvernements des États liés à la modernisation des infrastructures ont contribué à stimuler cette croissance. Nous pensons qu'il existe une demande pour un travail similaire avec d'autres États et en raison de la flexibilité accrue, pro forma pour la vente de US Federal, nous nous attendons à être mieux placés pour saisir ces opportunités avec certains efforts de vente déjà en cours.

    Nous avons également constaté une demande de nouvelles solutions de la part de clients d'État existants ainsi que de gouvernements étrangers. Et à titre d'exemple, un organisme gouvernemental de l'État a passé un contrat avec nous pour concevoir et créer un environnement hypercloud afin de mieux gérer la fourniture de ressources et de rationaliser la fourniture de données et de services à ses citoyens. Suite à un déploiement d'emploi réussi, Unisys s'est vu attribuer des activités supplémentaires pour migrer certaines applications métier critiques vers un nouvel environnement cloud hybride.

    Notre secteur commercial a été confronté à une technologie de comparaison difficile en 2019 en raison du calendrier de renouvellement de ClearPath Forward. Cela a entraîné une baisse de 3% du chiffre d'affaires total ajusté non-GAAP pour le secteur en 2019. Les revenus des services du secteur sont toutefois restés relativement stables, en baisse de moins de 1%. Un exemple de notre valeur pour les clients commerciaux comprend une grande chaîne de restaurants à service rapide qui a sélectionné Unisys pour concevoir et construire une solution de gestion du cloud. Le client était tellement satisfait du travail d'Unisys et de la capacité à fournir une architecture cloud plus moderne qu'il a recommandé et présenté Unisys à son fournisseur, qui a ensuite signé un contrat avec nous pour notre solution CloudForte afin d'accélérer sa propre transformation numérique sécurisée.

    Les revenus ajustés non conformes aux PCGR des services financiers ont également été relativement stables d'une année à l'autre. Les revenus de notre coentreprise de traitement des chèques ont diminué d'une année à l'autre. Mais en excluant cet impact, les revenus du secteur ont augmenté de 3% d'une année sur l'autre sur une base non ajustée selon les PCGR. En ce qui concerne les revenus de cette coentreprise, nous nous attendons à ce qu'elle continue de baisser en 2020, passant de 145 millions de dollars de revenus en 2019 à 105 millions de dollars en 2020, en raison de tendances séculaires en ce qui concerne l'utilisation des chèques. Nous prévoyons de modestes baisses supplémentaires pendant la durée du contrat jusqu'en 2023. Un exemple de notre stratégie foncière et d'expansion dans les services financiers implique une grande institution financière basée aux États-Unis, qui a choisi Unisys pour évaluer les lacunes de conformité en matière de sécurité et établir des protocoles de correction. Cette initiative a conduit à un contrat pour moderniser leur environnement d'infrastructure hérité en un environnement cloud hybride.

    Dans l'ensemble, nous avons amélioré les opérations et les performances de l'entreprise, ce qui nous a permis de saisir des opportunités externes. Par exemple, alors que 2020 devrait être une année de transition pour nous, car nous prévoyons conclure la vente du secteur du gouvernement fédéral américain au cours du premier semestre, nous commencerons à rationaliser les coûts et à tirer parti des opportunités juste après la vente. Et je suis convaincu que nous avons la bonne équipe en place pour aider à exécuter avec succès et continuer à faire avancer l'entreprise. Notre structure de capital prévue offre une flexibilité accrue à la fois autour de la croissance organique via des investissements accrus dans les solutions et plus de capital à investir dans les engagements avec les clients et une croissance inorganique grâce à des investissements externes et des fusions et acquisitions.

    à lire :  Travailler chez soi marketing | Créer son entreprise

    Nous nous attendons à ce que les investissements internes incluent une concentration accrue sur l'automatisation et l'IA dans InteliServe, les conteneurs et les capacités de Kubernetes dans CloudForte, des améliorations de l'isolement dynamique et des fonctionnalités biométriques dans Stealth et des capacités de cloud accrues et des micro services pour ClearPath Forward. En dehors de solutions spécifiques, nous prévoyons également d'investir dans notre équipe commerciale, nos architectes cloud et notre réseau de partenaires de distribution dans le but d'améliorer nos efforts de mise sur le marché. Le type d'opportunités de fusions et acquisitions que nous prévoyons d'envisager fournirait une échelle dans des domaines de notre concentration actuelle ou des solutions de point de lance qui pourraient améliorer notre effort global de mise sur le marché.

    Et enfin, comme je l'ai noté précédemment, la vente de US Federal offre un certain nombre d'occasions de tirer parti de nos solutions IP avec la clientèle de SAIC.

    Mike fournira donc maintenant plus de détails sur notre performance financière pour le trimestre ainsi que sur nos attentes pour 2020. Mike?

    Mike Thomson – Premier vice-président et directeur financier

    Merci, Peter. Bonjour à tous et merci de vous joindre à nous aujourd'hui pour discuter de nos résultats financiers de l'exercice et du quatrième trimestre. Dans mes commentaires, je discuterai des résultats GAAP et non-GAAP et fournirai de la couleur à nos principaux moteurs commerciaux. Les rapprochements des PCGR avec les mesures non conformes aux PCGR se trouvent dans notre présentation des résultats. Nous avons enregistré un certain nombre de réalisations importantes en 2019, notamment la plus forte croissance annuelle des revenus ajustés non conformes aux PCGR que nous avons vue depuis 1998 et la plus forte croissance annuelle des revenus des services ajustés non conformes aux PCGR depuis 2003. Nous avons observé une poursuite de l'exercice une augmentation de la marge bénéficiaire d’exploitation non conforme aux PCGR et une amélioration significative sur douze mois des flux de trésorerie disponibles ajustés.

    Nous avons également obtenu des indications sur toutes les mesures guidées pour la quatrième année consécutive. Nos efforts de mise sur le marché continuent d'être différenciés par notre concentration sur la sécurité, nos nouvelles offres cloud et nos offres de postes de travail numériques. Par conséquent, nous avons enregistré notre deuxième année consécutive de croissance des produits tirés des services non ajustés selon les PCGR et des produits tirés des technologies non ajustés selon les PCGR. En 2019, nous avons continué de concentrer nos efforts sur la réduction de nos coûts de livraison et nous avons constaté une augmentation d'une année à l'autre des marges de services tant au niveau brut qu'au niveau opérationnel.

    En ce qui concerne les résultats spécifiques, vous pouvez voir sur la diapositive 4 que les revenus ajustés non conformes aux PCGR de 2019 ont augmenté de 6,1% d'une année sur l'autre pour atteindre 2,93 milliards de dollars ou 8,6% en devises constantes. La marge bénéficiaire d'exploitation non conforme aux PCGR a augmenté de 10 points de base en glissement annuel pour atteindre 9%. La marge d'EBITDA ajusté est de 14,4%, également en ligne avec la fourchette guidée. Le BPA non-GAAP était de 2,12 $ par action diluée, en hausse de 8,7% d'une année sur l'autre et avant les estimations consensuelles. Le quatrième trimestre a été légèrement différent cette année, étant donné que les revenus de la technologie ont été répartis plus uniformément au cours de l'année en 2019, et c'est généralement le cas. Cela a eu un certain nombre d'implications dans nos mesures rapportées, y compris des comparaisons d'une année à l'autre sur les revenus totaux et la rentabilité. Cela dit, au quatrième trimestre, nous avons vu notre septième trimestre consécutif de croissance des revenus de services ajustés non-PCGR d'une année sur l'autre et nous avons vu une augmentation de la marge au niveau brut et opérationnel dans ce segment. Nous avons fourni des informations complémentaires sur le trimestre en annexe de la présentation. Pour l'année, j'ai également noté que nous avons constaté une croissance des revenus de services ajustés non conformes aux PCGR et une augmentation de la marge aux niveaux brut et opérationnel de ce segment.

    Les revenus tirés des services ajustés non conformes aux PCGR ont augmenté de 6,7% en glissement annuel. La marge bénéficiaire brute des services ajustés non conformes aux PCGR a augmenté de 40 points de base en glissement annuel à 16%, et la marge bénéficiaire d'exploitation des services ajustée non conforme aux PCGR a augmenté de 120 points de base en glissement annuel à 3,6%. Les revenus tirés des services non ajustés selon les PCGR du quatrième trimestre ont augmenté de 1,9% d'une année sur l'autre. La marge de croissance des services ajustée non-GAAP a augmenté de 110 points de base en glissement annuel au quatrième trimestre à 15,2% et la marge bénéficiaire d'exploitation ajustée non-GAAP des services au cours du trimestre a augmenté de 140 points de base en glissement annuel à 2,5%.

    En 2020, nous restons concentrés sur la poursuite de l'expansion des marges à plus long terme, y compris par le recours à une main-d'œuvre tierce là où l'efficacité, la mise en œuvre de l'automatisation, l'existant – la fin des opérations dans les pays où il existe des obstacles structurels à la rentabilité et la meilleure la main d'oeuvre. Au cours du quatrième trimestre, nous avons pris des mesures de restructuration. Nous avions discuté de ces appels tout au long de l'année de notre intention de le faire et la taille et la portée de ces actions étaient conformes aux restructurations que nous avions annoncées au quatrième trimestre de l'année dernière et également conformes à ce que nous avions prévu. Les dépenses de restructuration totales pour le quatrième trimestre de 2019 se sont élevées à 23 millions de dollars. Les frais de restructuration engagés en 2019 n'étaient pas liés à la vente de notre entreprise fédérale américaine.

    Selon nos estimations actuelles, nous prévoyons retirer environ 60 millions de dollars d'économies sur les taux d'exploitation après la clôture de cette transaction. De ce montant, environ 35 millions de dollars sont liés aux frais de vente, dépenses administratives et autres frais généraux et devraient être réalisés en grande partie peu de temps après la clôture. De 25 à 30 millions de dollars devraient être prévus en 2020 avec un avantage d'environ 10 millions de dollars pour les frais de souscription associés aux frais de restructuration à engager au cours du cours. de 2020. Nous prévoyons que la majeure partie du montant restant sera liée à la marge brute et réalisée au cours de 2021 avec une prise en charge supplémentaire d'environ 10 à 20 millions de dollars au quatrième trimestre de 2020.

    Enfin, en ce qui concerne la restructuration – en ce qui concerne la restructuration, nous nous attendons à des frais de restructuration hors trésorerie liés aux radiations de conversion de devises associées aux travaux hérités que nous effectuons dans la région EMEA d'environ 35 millions à 40 millions de dollars au premier trimestre 2020. Le carnet de commandes des services a terminé le trimestre à 4,3 milliards de dollars, contre 4,8 milliards de dollars pour la période de l'exercice précédent. Nous avons constamment noté que les niveaux de croissance du carnet de commandes absolu n'étaient pas nécessairement durables, attendus ou nécessaires pour atteindre nos objectifs à court terme. Le niveau du carnet de commandes des services est substantiellement aligné sur nos attentes, à l'exception de deux grands contrats totalisant environ 200 millions de dollars qui étaient prévus en 2019 mais ont plutôt été signés au premier trimestre de 2020. Nous considérons toujours cela comme un niveau solide qui prend en charge notre support des prévisions de croissance des revenus à moyen terme, qui se situent toujours entre 2% et 4%. Sur les 4,3 milliards de dollars du carnet de commandes total des services aux entreprises, nous prévoyons qu'environ 570 millions de dollars seront convertis en revenus de services au premier trimestre de 2020, soit 400 millions de dollars sur une base pro forma.

    En ce qui concerne la technologie, nous nous attendions à ce que les revenus de ce segment soient relativement constants d'une année à l'autre avec des revenus de technologie ajustés non conformes aux PCGR en 2018 et nous avons fini légèrement mieux que ces attentes avec une croissance d'une année sur l'autre et non conformes aux PCGR un chiffre d'affaires technologique ajusté de 2,7% sur l'année. À l'horizon 2020, nous nous attendons à ce que notre division technologique du premier semestre et du deuxième semestre revienne à une structure plus traditionnelle où les revenus sont plus pondérés au second semestre.

    Plus précisément, nous nous attendons à ce que la répartition du pourcentage des revenus soit d'environ 46% et 54% entre le premier semestre et le deuxième semestre. Nous ne nous attendions pas à ce que cela modifie pro forma important la transaction fédérale américaine. Dans l'ensemble, compte tenu d'un renouvellement plus léger prévu pour ClearPath Forward en 2020, nous nous attendons à ce que les revenus de la technologie baissent en pourcentage à un chiffre élevé d'une année à l'autre. Cela dit, 2021 a un calendrier de renouvellement plus important et nous prévoyons de compenser cette baisse prévue en 2020.

    Je passe maintenant à la diapositive 6, qui fournit plus de détails sur le BAIIA et les flux de trésorerie. Pour l'ensemble de l'exercice, l'amélioration de la marge bénéficiaire d'exploitation non conforme aux PCGR et la baisse des investissements se sont traduites par une amélioration significative des flux de trésorerie d'une année à l'autre. Les flux de trésorerie liés à l'exploitation ont augmenté de 50 millions de dollars en glissement annuel pour s'établir à 123,9 millions de dollars par rapport à 73,9 millions de dollars en 2018. Les flux de trésorerie disponibles pour l'année se sont améliorés de 79,5 millions de dollars en glissement annuel pour atteindre 35,9 millions de dollars par rapport à une utilisation de 115,4 millions de dollars en 2018. Les flux de trésorerie ajustés pour l'année entière ont augmenté de 65 millions de dollars en glissement annuel pour atteindre 127 millions de dollars, contre 62 millions de dollars en 2018.

    Les investissements ont baissé d'une année sur l'autre à 160 millions de dollars par rapport à nos prévisions de 180 millions de dollars et de 189 millions de dollars en 2018. Le montant pour l'année entière était toujours dans notre fourchette cible de 5,5% à 6,5% des revenus, bien que plus faible que prévu en raison de quelques bons de commande retardés par rapport au quatrième trimestre. Pro forma pour la vente du Fédéral américain, nous nous attendons à ce que le capex en pourcentage des revenus soit un peu plus élevé qu'il ne l'a été ces dernières années, le Fédéral américain étant une entreprise relativement peu capitalistique. À l'avenir, nous nous attendons à ce que la fourchette se situe entre 6,5% et 8%.

    En 2020, pro forma pour la vente de US Federal, nous visons environ 175 millions de dollars de CapEx. Nous continuerons également de rechercher des opportunités de financement par des tiers des investissements qui étaient économiquement avantageux pour aider à atténuer tout impact sur la trésorerie. L'utilisation du fonds de roulement devrait se situer entre 30 et 40 millions de dollars en 2020, pro forma pour la transaction fédérale américaine. En ce qui concerne les autres éléments qui ont une incidence sur les flux de trésorerie, nous nous attendons à ce que les impôts au comptant nets en 2020 se situent entre 30 et 40 millions de dollars. Nous ne nous attendions pas à une modification de cette hypothèse à la suite de la vente de l'entreprise fédérale américaine.

    De plus, les intérêts en espèces seront considérablement réduits à environ 30 millions de dollars pour 2020, car nous prendrons nos billets garantis de premier rang dans le cadre de la transaction. Pro forma, la seule dette en cours sera notre solde de 84 millions de dollars d'obligations convertibles. Cela ne tient pas compte d'une éventuelle augmentation de capital que nous pourrions poursuivre après la clôture.

    Veuillez passer à la diapositive 7 pour une discussion sur la pension. Dans la moitié supérieure de cette diapositive, vous pouvez voir une mise à jour des contributions en espèces requises à la fin de l'année 2019. Comme nous l'avons vu, les contributions en espèces sont plus sensibles au rendement des actifs qu'aux taux d'intérêt à court terme. Par conséquent, et comme nous l'avons souligné au cours des derniers trimestres, une baisse des taux toutes choses égales par ailleurs a en fait un effet bénéfique sur les cotisations à court terme. Ce fut le cas en 2019, car le rendement de la portion à revenu fixe de notre portefeuille a profité de cette baisse des taux, ce qui a atténué la baisse du taux d'actualisation.

    À la fin de l'année 2019, le total des contributions en espèces requises attendues jusqu'en 2025 a diminué d'environ 100 millions de dollars par rapport aux attentes pour la même période qu'à la fin de l'année 2018, comme nous l'avons montré dans nos précédentes présentations des résultats. Dans la moitié inférieure de cette diapositive, vous pouvez voir les contributions pro forma après la vente fédérale américaine. Nous prévoyons préfinancer les cotisations requises aux régimes de retraite admissibles aux États-Unis pour 2020, 2021 et 2022. Par conséquent, aucune cotisation supplémentaire ne devra être prélevée sur les flux de trésorerie d'exploitation pour ces périodes. Les plans internationaux ne seront pas affectés par le produit de la transaction et les contributions requises pour ces plans devraient rester constantes par rapport à ce qui est indiqué dans la présentation, même sur une base pro forma.

    Les chiffres pro forma présentés sur la diapositive 7 reflètent des contributions plus faibles au cours des dernières années ainsi que le résultat d'une base d'actifs plus élevée après la clôture. Nous continuerons d'avoir des charges de retraite au cours des prochaines années malgré le préfinancement des cotisations et nous prévoyons que ce montant sera d'environ 90 millions de dollars dans le monde pour 2020.

    En passant à la diapositive 8, vous pouvez voir qu'à la fin de l'année 2019, notre déficit de financement sous-financé était pratiquement inchangé d'une année sur l'autre à la fin de 2019 à 1,75 milliard de dollars contre 1,74 milliard à la fin de 2018.

    Si vous passez à la diapositive 9, les taux d'actualisation utilisés dans le calcul de ce plan américain ont diminué d'environ 100 points de base au cours de l'année. Donc, ne représente qu'un élément du calcul, et étant donné que nous avons vu le rendement des actifs dans le plan américain de 18% par rapport à notre rendement prévu de 6,8%, nous avons pu compenser l'impact négatif de la baisse des taux. Pro forma pour la transaction fédérale américaine, nous prévoyons que le déficit de la comptabilité des retraites passera de 1,75 milliard à 1,15 milliard de dollars. Nous sommes heureux que les conditions du marché se soient traduites par une amélioration de nos contributions en espèces acquises et que pro forma pour la transaction fédérale américaine, nous prévoyons une amélioration encore plus significative. Cela dit, nous continuerons à évaluer les options pour une gestion plus proactive de ces obligations, y compris des alternatives potentielles sur le marché des capitaux et l'élimination des passifs de retraite par le biais d'offres forfaitaires et à notre annuitisation d'une partie des obligations de retraite.

    à lire :  C'est le secret des petites entreprises les plus performantes

    Passant à la diapositive 10, nous avons toujours 1,6 milliard de dollars d'actifs d'impôts différés bruts dans le monde, soit environ 1,3 milliard de dollars aux États-Unis. Les actifs d'impôts différés américains, principalement les régimes de retraite et les reports prospectifs de NOL, devraient être disponibles pour compenser tout revenu imposable fédéral résultant de la vente annoncée de nos activités fédérales américaines. Pour rappel, la société a également récemment mis en place un plan de protection des actifs fiscaux visant à réduire la probabilité d'un changement de propriétaire involontaire aux fins de l'impôt sur le revenu fédéral, ce qui pourrait autrement limiter considérablement l'utilisation de certains actifs d'impôts différés américains.

    Dans l'ensemble, nous sommes très satisfaits de nos résultats de l'année. Pour rappel, nous avons augmenté nos prévisions de revenus ajustés non conformes aux PCGR à deux reprises au cours de l'année et nous nous sommes retrouvés avec une croissance bien supérieure à ce qui était prévu dans notre fourchette de prévisions initiale. Nous avons toujours déclaré que nos attentes à moyen terme pour une croissance des revenus de l'ordre de 2% à 4%. Compte tenu de cette croissance, cette année a été nettement supérieure à celle-ci et, parallèlement aux changements prévus liés à la vente fédérale américaine, nous prévoyons que 2020 sera une légère année de réinitialisation. Pour rappel, en raison de la vente de notre activité fédérale américaine, les règles comptables nous obligent à présenter l'activité fédérale comme activité abandonnée pour l'année 2020.

    Pour notre compte de résultat, cela signifie que nous allons supprimer l'activité fédérale de toutes les lignes et déclarer le résultat dans une seule ligne appelée activités abandonnées. De plus, nous devons refondre les périodes des années précédentes. Étant donné que les indications que nous fournissons excluent le gouvernement fédéral américain de ses chiffres, nous prévoyons que la transaction se terminera dans les délais. Mais si, pour une raison quelconque, ce n'est pas le cas, nous fournirons des directives révisées reflétant l'ensemble des activités à ce moment-là.

    En ce qui concerne la croissance des revenus ajustés non-GAAP, nous nous attendons à une fourchette de 2% à 2% positive en 2020, ce qui implique des revenus totaux de 2,16 milliards de dollars à 2,25 milliards de dollars pro forma pour la vente. Comme Peter l'a fait remarquer, nous prévoyons que ces revenus – nous prévoyons que les revenus de notre coentreprise de traitement des chèques diminueront d'environ 40 millions de dollars sur douze mois, ce qui se reflète dans ces fourchettes. La fourchette indicative pour la marge bénéficiaire d'exploitation non conforme aux PCGR est de 7,7% à 8,7%, pro forma pour la vente du gouvernement fédéral américain, qui, comme nous l'avons vu, est un profil de marge pleinement mature par rapport au profil de marge en expansion de l'activité Solutions d'entreprise.

    Sur la base de la réalisation des économies de coûts de taux d'exécution restantes associées à la vente de US Federal, nous prévoyons qu'il y aura environ 75 à 100 points de base de marge bénéficiaire d'exploitation non conforme aux PCGR en 2021. Nous prévoyons que la marge d'EBITDA ajusté sera de la fourchette de 15% à 16,5% en 2020 pro forma pour la vente d'entreprise fédérale américaine. Bien que nous ne fournissions pas d'objectifs trimestriels, je voudrais noter que nous nous attendons à ce que le premier trimestre soit inférieur d'une année à l'autre, en raison du calendrier des renouvellements technologiques et de la baisse de notre coentreprise de traitement des chèques.

    De plus, comme je l'ai noté, deux accords importants qui devaient être signés au deuxième semestre de 2019 ont été signés au premier trimestre de 2020. Cela a non seulement eu un impact sur le carnet de commandes de 2019, mais retarde également légèrement la constatation des revenus anticipée. Bien qu'il ne s'agisse pas d'une orientation formelle, si vous appliquez le commentaire que j'ai fourni sur les flux de trésorerie liés aux éléments de nos fourchettes d'orientation ci-dessus, cela implique environ 40 millions à 105 millions de dollars de flux de trésorerie disponibles ajustés pour 2020 sur une base pro forma, à l'exclusion de toute augmentation de capital que nous peut poursuivre après la fermeture.

    We're currently not reflecting any material negative impact from the coronavirus outbreak in any of our financial expectations. And we do not anticipate a material negative impact on results during 2020. We employ approximately 430 associates in China and at this time we have no reported cases of infection among Unisys employees. We have implemented our business continuity planning procedures to address limitations on associate's abilities to get into Unisys offices.

    Let's discuss our revenue from clients in China and the overall travel and transportation industry. In 2019, we are in less than 5% of our total revenue from clients in China and in our global travel and transportation business on a combined basis, and we expect a similar amount in 2020. The work we do for these clients is typically not passenger volume related, and we have not seen any material impact or revenue to date. However it is a rapidly evolving situation that may over time have implications that are not currently anticipated. Where there will be undoubtedly complexities related to our 2020 expectation and results in our strong execution in 2019 help enable opportunities for us, put us on a solid footing from an operational perspective that will allow us to continue to embrace change in the organization that we believe will ultimately benefit all of our stakeholders.

    We look forward to providing more detail on the impact of the sale of our US Federal business, the company's strategy going forward and our expected financial performance at the Investor Day we intend to host on April 29th in New York.

    With that, I'll turn the call back over to Peter.

    Peter Altabef — Chairman and Chief Executive Officer

    Mike, that's very helpful and thanks very much. With that, operator, we'll open up the call to questions.

    Questions et réponses:

    Opérateur

    We will now begin the question-and-answer session. [Operator Instructions] Our first question comes from Jon Tanwanteng with CJS Securities. Allez-y.

    Jon Tanwanteng — CJS Securities — Analyst

    Good afternoon, gentlemen. Thank you for taking my question. My first one is on the outlook. I was wondering what assumption for growth in services are you making for 2020, and what's the operating margin improvement associated with that on an organic basis?

    Peter Altabef — Chairman and Chief Executive Officer

    Ouais. I mean, Jon, we're looking for some positive growth in both of those metrics for 2020 and increased growth in 2021.

    Jon Tanwanteng — CJS Securities — Analyst

    D'accord. In terms of percentages, can we think the low single digits like you've been targeting?

    Peter Altabef — Chairman and Chief Executive Officer

    Ouais. Look, I mean, we've said our mid-term range for that growth is always between 2% and 4% as we indicated in the opening remarks, our expectations are 2020 will be a slight reset. But clearly we've given that range of negative 2 to positive 2 and we like to continue that momentum.

    Jon Tanwanteng — CJS Securities — Analyst

    D'accord. Great. And then, on the technology side, you mentioned a single-digit decline in year-over-year on renewals, and that makes sense. What is the operating margin hit associated with that kind of decline? And maybe just a further one on technology in general, what is the expected revenue from SAIC obviously included in the guidance?

    Peter Altabef — Chairman and Chief Executive Officer

    Oui. So I don't know that we're ready to give specific numbers in regards to the SAIC portion of that. As you know John, the operating profit associated with our clear path forward business are pretty strong margins. And so somewhere between let's call it 60% and 80% impact of the decline is what we would expect to see flow through of the technology business for the slowdown in 2020, but just as a reminder, our renewal schedule in 2021 picks all of that backup.

    Jon Tanwanteng — CJS Securities — Analyst

    D'accord. Great. Just to be clear, you have put the — I guess, the royalty or license from SAIC into your outlook?

    Peter Altabef — Chairman and Chief Executive Officer

    Bien sûr. Oui. But we don't know what else there's still right. There's $7 billion company.

    Jon Tanwanteng — CJS Securities — Analyst

    Sûr.

    Peter Altabef — Chairman and Chief Executive Officer

    All we've included in our outlook is the amount that we know that we already have in the book of business that we sold to them. So we're hoping as a channel partner that that's going to expand.

    Jon Tanwanteng — CJS Securities — Analyst

    Compris. That's helpful. Je vous remercie. And then just one more question on cash flow and the color you gave was helpful too. Two things I wanted to ask. How much capex was pushed out from this year? And two, kind of what exceptional cash items do you expect either from restructuring or from the sales of outside business anything?

    Mike Thomson — Senior Vice President and Chief Financial Officer

    Ouais. So the push out was about $15 million John into 2020. And as far as the cash outlook, I mean outside of what we we've already talked in regards to the restructuring, right, and those two components, we don't have anything additional that we would add from a cash outlook perspective.

    Jon Tanwanteng — CJS Securities — Analyst

    D'accord.

    Peter Altabef — Chairman and Chief Executive Officer

    So just to put a point on that we're calling for about $30 million of restructuring charges related to [Indecipherable]. Just keep in mind that that $60 million of kind of run rate saved that we get for that $30 million output.

    Jon Tanwanteng — CJS Securities — Analyst

    Undersrtood. Je vous remercie. I'll get back in queue.

    Peter Altabef — Chairman and Chief Executive Officer

    Jon, thanks very much for the question.

    Opérateur

    Excuse me. The next question is from Rod Bourgeois with DeepDive Equity Research. Allez-y.

    Rod Bourgeois — DeepDive Equity Research — Analyst

    Hey, there. Hey. So, since you've announced the sale of the Federal business, I wanted to see if you could give us an update on the response you're getting from customers, from clients and from partners in the market such as your channel partners. Clearly this is a big change. There is a lot more flexibility on the balance sheet going forward. I know there was excitement about that, but can you give us an update on the response that you're getting from those key stakeholders?

    Peter Altabef — Chairman and Chief Executive Officer

    Ouais. Ron, let me start and then Mike can give you some specific responses in particular from the investor group. So I'll start with the client group and in the marketplace. I think from a client standpoint, the response has been really uniformly positive. So I think everyone understands the transaction for what it is. We had as a company made really significant progress on two of our three challenges. The first challenge obviously has been a revenue growth. The company had not grown since 2003. We turned around last 9year and then we expanded the revenue growth this year. The second was on profitability. So that which allows us to reinvest profits into the company and solutions.

    We've gone from 6.2% adjusted operating profit in 2015 to 9% this year. But the third element that we had not been able to, let's say, do on our own was really to strike a substantial blow against the underfunded pension — the underfunded pension situation. And what this does by giving us a $1.2 billion purchase price all of which will go effectively to reducing debt and pension is really move us from a company that had some challenges on a capital structure to a company that is frankly now advantaged on a capital structure. It puts us back into kind of the normal kind of pack in our industry and actually better than normal in terms of our ability to put money into investments in terms of our ability to do select M&A and in terms of us-our ability to really increased R&D where we think we need to do that.

    So, I would tell you from a client standpoint, we've always been a pretty transparent company. I would say very transparent that has stood us in good stead now. They knew the challenges we had on the underfunded pension and they also know what this transaction does to relieve those challenges. So I would say a pretty big deal and our clients get it. Droite.

    Mike Thomson — Senior Vice President and Chief Financial Officer

    Ouais. And maybe one thing I'll add on the client side before hitting the other piece. I think there were deals we weren't even invited to because of our overall balance sheet and to Peter's point putting us in a sense of normalcy or actually better than normalcy when you talk about our net leverage ratio being beneath industry standards that actually gives us a leg up to compete on some other bids that we didn't have an opportunity. Clearly from the other two parties, whether it's the investor side and buy sell side on that and/or credit rating agencies that we've dealt with, all of has been overwhelmingly positive as you can imagine taking down our kind of net debt from $1.8 billion to roughly $800 million certainly delevers our balance sheet, we're two turns down from a net leverage perspective.

    We have good line of sight to improve the cash flow as early as 2021, and we've given you the number for 2020. So I think from the overall strength of the balance sheet and all of the things that Peter mentioned puts us in a really strong light, and it doesn't even talk to our ability from the pension side of the coin to really start going after the removal of some of that liability as opposed to just being able to make those contributions in advance.

    Rod Bourgeois — DeepDive Equity Research — Analyst

    Great. And then, any thoughts on how the customers, I mean, excuse me, your actual employees are reacting, is there excitement among the troops?

    Peter Altabef — Chairman and Chief Executive Officer

    Ouais. So, Rod, this is one of those where I believe there is excitement in really both groups. So obviously we wanted to make sure that with respect to the US federal team that they were going to a place where they could their careers could thrive. Clearly that is the case at SAIC. As Mike mentioned, SAIC has a larger footprint in the federal government than Unisys did. And they're obviously paying a premium team, because they know the ability of that team and the ability to leverage that team inside their larger base.

    à lire :  Comment démarrer une entreprise aux États-Unis, enregistrer un c ...

    So, from a standpoint of the team going to SAIC, I think they understand the opportunities that they have. With respect to the team here, while no one is happy to see their colleagues from Federal leave because they were great bunch of folks, I think everybody also understands the financial flexibility that that has given the remaining associates. And those remaining associates are almost 20,000 of the 22,000. And I think, for all the reasons I mentioned around the ability to invest more or on the ability put more into our deals or on being invited to more deals about doing more R&D, about doing select acquisitions, this company has not done any acquisitions for 15 years, which is not to say that we're going to go whole hog on acquisitions, but there is a place for those in accelerating growth where you as a company has strategically aligned. So it really gives us a lot more opportunities.

    And with respect to capital structure, Mike alluded to it, we have so many more opportunities to lower our overall cost of capital. Now that we're above or we will be above 80% underfunded on the pension, we have opportunities that we did not have before to further decrease that pension obligation. So, there really is a host of things we can do and I think the team here gets it.

    Rod Bourgeois — DeepDive Equity Research — Analyst

    D'accord. Great. And then, one final question here. You gave us good color on your technology revenues. I understand the issue there with the renewal cycle. If we hone in on the services revenue outlook, can you just talk to if there's upside to your plan on services, what are the primary sources of potential upside? And then, what are the risks that you have to navigate this year amid the transition? And I guess what I ultimately am trying to see into is, do you feel like you're in a better position for growth in 2021 in services after you've had some time to get the sale out of the way in some of these new investments in place. So just a little more color on the services revenue outlook sources of upside and potential risk?

    Peter Altabef — Chairman and Chief Executive Officer

    So let me start with that, and then let Mike get a little more into detail on that. Obviously when you look at our overall guidance and you see negative 2 to positive 2, you're looking at a zero or a slight positive year in terms of overall revenue. To get underneath that right and then when you start splitting between services and technology, the first thing you see is a slight decrease in technology which would imply an increase in services. That's number one.

    Secondly, as I indicated in my comments and Mike indicated, you have 2% of services revenue, actually a little more than that, going away through the iPSL check joint venture. Remember, we only own 51% of that that is not a profit making venture in the first place, but we consolidate all of that revenue. So just to get even on services revenue let alone positive which we expect to be, you are already building in a 2% services revenue growth right there. So that's all in terms of what we've already built into the model on services.

    Now in terms of upside on services, both in 2020 and beyond, one of the things I talked about in my comments was Stealth's ability to do dynamic isolation and what we call always on. So, this is the idea — this is the capability that we have now gone public with to dramatically reduce the amount of time once identified a bad player can roam around the system before we basically entomb it. And we believe we can do that within 10 seconds of identifying a bad player with Stealth capabilities, OK.

    I have to tell you that's an enormous potential upside for this company. But we have to dramatically expand our distribution channel to get that market share on this capability. So Eric Hutto, who is you know is the President of Enterprise Solutions has really been personally leading an effort to expand that partner channel for us so that it is not just our direct sales team selling Stealth and selling the dynamic isolation, but lining up a whole host of partners to do that. How quickly that capability gets accepted and appreciated in the marketplace, I think is a significant unrealized potential upside in the model.

    Rod Bourgeois — DeepDive Equity Research — Analyst

    Great. Thank you guys very much.

    Peter Altabef — Chairman and Chief Executive Officer

    Thanks, Rod.

    Opérateur

    The next question is from Joe Vafi with Canaccord Genuity. Allez-y.

    Pallav Saini — Canaccord Genuity — Analyst

    Salut. This is Pallav Saini on for Joe. Thanks for taking our questions. My first question is on renewals in the Services segment. How are renewals affecting growth and margins there? Are there a lot of contracts coming up for renewals that aren't being renewed due to low pricing? And is that a headwind to top line and at the same time if they aren't being renewed, is this a tailwind to services margins going forward? Any any color here will be helpful.

    Peter Altabef — Chairman and Chief Executive Officer

    Ouais. So, Pallav, thanks very much for the question, and please give Joe my best. What I would say to that is, we have been selective. So, it was very important for us to basically throw down the gauntlet and say, hey, we're growing revenues, which we did for the first time in 2018, which we expanded in 2019. One of the things though that we have done even while we have grown revenues is to be more selective around renewals. So there are absolutely situations in 2018 and in 2019 where we basically took the tack that we weren't going to tell our existing client we weren't going to renew with them, but we were going to tell an existing client what it was going to take to renew because some of those contracts were not as profitable as they need to be for us. Some of those clients reacted to that by saying, I get it, I'm on board, I want to renew. Other clients said, I just can't pay you that increased freight. And that's OK with us. So we really have been trying to balance a desire to increase revenue with a desire to make sure the mix of our clients goes more and more to the positive. And you're seeing our profitability increase as a result. Mike?

    Mike Thomson — Senior Vice President and Chief Financial Officer

    Ouais. Look, I would say, we've given you some backlog statistics. We have a very healthy pipeline. To Peter's point, I think we've been a lot more selective about the deals that we're pursuing, which is helping our win rates in those pipelines. And the margin profile of those contracts are better, right. So, I think for all of those reasons that Peter alluded to, we feel pretty good about the profit side of the equation, and we're not going to fall back into perhaps what this company had done prior to this management team in '15 and earlier, it was just chasing top line growth. We want profitable top line growth. We've got, again, a blue chip client base. Frankly we've seen folks that thought they could go out somewhere else and do it cheaper and have come back to a subsequent to going out into the marketplace. So, we know we've got quality product and we know we've got a quality delivery team, and we've got the secure methodologies to support those infrastructures and so we think that's a real strength of ours.

    Pallav Saini — Canaccord Genuity — Analyst

    Great. Thanks. Thanks for the color. And secondly, on the revenue guidance for 2020, what needs to happen for you to hit the high end of the range and what would push it toward the lower end? Any new additional color there will be helpful.

    Peter Altabef — Chairman and Chief Executive Officer

    Well, I gave a partial answer to that already, which is, we are expecting substantial growth in our Stealth revenue for this year, but it could be higher. So that would be one. Secondly, the two new solutions that we outlined around CloudForte and InteliServe are getting much more visibility much faster. And so, the question will be, how quickly does that increase the visibility drive revenue. We have assumed good revenue growth in both InteliServe and CloudForte in the existing plan, but it can be higher in both cases.

    On the flip side, what could drive it lower? You could — we mentioned the coronavirus, we mentioned China travel and transportation; that represents combined the global travel and transportation and China combined represent about 5% of our revenues. But I think we still are living in a world of uncertainty as to the health of that industry on a global basis as well as what will happen internally for our clients in China. So I think that's probably the most significant potential downside that I would see right now.

    Opérateur

    The next question is from Ishfaque Faruk with Sidoti & Company. Allez-y.

    Ishfaque Faruk — Sidoti & Company — Analyst

    Salut. Good afternoon, guys. A few questions for me. First of all, Peter, you briefly touched on this in your last answer, and that is the Technology segment. It seems like it's still being mostly driven by ClearPath Forward, and you mentioned that Stealth is growing pretty well. Do you see a future where you break up Stealth as a separate line items because that's a question I often get from a lot of different investors?

    Peter Altabef — Chairman and Chief Executive Officer

    We don't see that in the near-term because as I said, it is still growing, it grew 17% last year. I would tell you that we expect that growth to substantially increase as a percent of revenue this year. And — but I think it's — this is still a $2.3 billion to $2.4 billion organization after Federal, and I think we want to wait until that number becomes more material. That said, it continues to be a driver not only of its own but as an element of some really important larger sales. So, it's important to outsize just its revenue.

    With respect to the technology revenue in general, you're exactly right. The majority of that revenue continues to be ClearPath Forward. But I'd say, it continues not as a criticism. I mean, with all that we have done with that platform in terms of modernizing it, in terms of creating public and private cloud capabilities, in terms of modern language, all of the things I talked about, which are — we are continuing. We've actually been at now for a couple of years. And that's in part why you're seeing the health of that platform. Those clients understand not only is it honestly the most secure platform in the planet, according to the NIST, but one that they can really have confidence in going forward. So, we're not apologetic at all for our ClearPath Forward revenue. We're very proud of it.

    Mike Thomson — Senior Vice President and Chief Financial Officer

    And Ishfaque, it's Mike. I just would add to Peter's comment in regards to, there are services revenue that's tied to that ClearPath base as well, right. There's maintenance revenue up in there. There's apps development work. So, it's not just a license revenue that that brings in when you talk about ClearPath Forward.

    Ishfaque Faruk — Sidoti & Company — Analyst

    Ouais. And Peter, if I could just have a follow-up related to that, and that is that you briefly mentioned InteliServe and CloudForte. Are those the two leading industry applications that you have right now or would you call out any leader in that category maybe?

    Peter Altabef — Chairman and Chief Executive Officer

    So, yes, I would say that respect to the platforms that are going to make up the majority of our growth going forward, we would call out CloudForte and InteliServe, and I know you are already familiar with what those are, as well as stuff. We continue to have other platforms that are interesting and that we have a lot of expectations for, so Elevate in financial services for instance, LineSight in border protection, but LineSight is an extraordinary platform, but at the end of the day, the number of clients it's ever going to get is fairly limited. There just aren't that many governments that are going to appreciate a solution like that, whereas both InteliServe and CloudForte span both government, financial services and commercial, and they really are applicable throughout our client base. So we think they're just more scaled there.

    Opérateur

    This concludes our question-and-answer session. I would like to turn the conference back over to management for any closing remarks.

    Peter Altabef — Chairman and Chief Executive Officer

    I want to thank everybody again for joining the call. This really has been a very special year for this company, being able to hit all of our guided metrics, being able to hit the kind of growth that we have had, the kind of operating profit that we have had, are really all records in my tenure here and going back ways beyond my tenure. So, we're very proud of the success we have had. We're very proud of the US Federal team, and we think that the transaction with SAIC is going to enable Unisys to really hit the next level of its capabilities. So there's a lot of enthusiasm here for what's next. There's a lot of energy here. I hope you felt that during the call, and we look forward to an ongoing dialogue with all of you. As I mentioned, as then Mike mentioned, we do plan and we have currently penciled in April 29th in New York as our Investor Day, and so we look forward to seeing everyone there.

    Opérateur

    [Operator Closing Remarks]

    Duration: 61 minutes

    Call participants:

    Courtney Holben — Vice President, Investor Relations

    Peter Altabef — Chairman and Chief Executive Officer

    Mike Thomson — Senior Vice President and Chief Financial Officer

    Jon Tanwanteng — CJS Securities — Analyst

    Rod Bourgeois — DeepDive Equity Research — Analyst

    Pallav Saini — Canaccord Genuity — Analyst

    Ishfaque Faruk — Sidoti & Company — Analyst

    More UIS analysis

    All earnings call transcripts

    Transcription de l'appel des résultats du quatrième trimestre 2019 d'Unisys Corp (UIS)
    4.9 (98%) 32 votes
     

    Julien