Rue de la chaussure de Yangon | The Myanmar Times

29th Street regorge de plus de 40 magasins de vente en gros qui vendent des chaussures pour hommes et femmes fabriquées à la main, ainsi que des chaussures fabriquées en Chine. Il y a aussi des magasins plus petits comme Seindamauk, Yinmar et Ngwe Byine Phyu. Seindamauk, Panyoma et Yinmar étaient connus dans le passé comme les «rois du monde des pantoufles». Il fut un temps où les dames locales étaient conscientes des chaussures Seindamauk et Yinmar. Chaque chausson est fait à la main.

Ipanema, Crocs, Bonia et Charles & Keith sont entrés sur le marché local. Mais les chaussures pour femmes de marque locale Seindamauk (couteau large à diamant) résistent encore à l'épreuve du temps.

U Tin Tun, 77 ans, a démarré son entreprise de chaussures Seindamauk en 1980 sur le marché de Bogyoke après que son entreprise de vêtements a commencé à faiblir. Il a d'abord vendu différentes marques de chaussures dans son magasin du marché de Bogyoke, puis a créé sa propre marque de chaussures en utilisant de la colle et des semelles de qualité pour fabriquer des pantoufles faites à la main.

«Nos pantoufles étaient appréciées par le bouche à oreille. Si quelqu'un achetait une paire de pantoufles et estimait que c'était confortable et durait longtemps, elle sortirait et en parlerait à ses amis. L'entreprise est devenue un véritable succès », a déclaré U Myint Tun, le fils aîné d'U Tin Tun.

En 1990, les pantoufles pour femmes de Seindamauk sont devenues les plus recherchées. Le magasin du marché de Bogyoke était suffisamment petit pour répondre à la demande croissante. Ils avaient loué une vitrine au rez-de-chaussée de la 29th Street, où ils l'utilisaient comme entrepôt pour stocker des pantoufles. Il a ensuite été transformé en magasin. 29th Street est assez proche du marché de Bogyoke et les frais de location étaient raisonnables à l'époque.

à lire :  Quelle est la différence entre Business Casual et Smart Casu ...

A cette époque, il y avait environ deux magasins dans la 29 Street – Hlebain (Wheel) et Seindamauk. Depuis 2005, de nouveaux magasins de chaussures ont ouvert leurs portes dans la région et la 29th Street s'est rapidement transformée en «Shoe Street».

Seindamauk, l'entreprise familiale produisait entre 80 000 et 100 000 paires de pantoufles par mois à l'époque, toutes de styles différents, qui étaient distribuées dans d'autres villes du pays.

«Lorsque les chaussures de fabrication chinoise ont commencé à entrer sur le marché vers 2005, les jeunes clients se sont tournés vers les chaussures étrangères. Il y a encore des clients fidèles qui aiment porter Seindamauk et Yinmar, mais ce ne sont que des femmes d'âge moyen », a déclaré U Myint Tun.

À son apogée, Seindamauk était favorisé par les étudiants. Les étudiants venant d'autres villes ont acheté un certain nombre de paires lorsqu'ils sont rentrés chez eux. Aujourd'hui, ils ne peuvent rivaliser avec les marques étrangères et Seindamauk produit environ 20 000 paires par mois, en commandant des artisans locaux pour fabriquer les pantoufles souhaitées.

La rue étroite bourdonne toujours de travailleurs chargeant et déchargeant des chaussures et des pantoufles dans des fourgonnettes. Du velours au cuir, des paires de pantoufles pendent à l'avant de chaque boutique.

Des marchands chinois parlant le Myanmar sont vus visiter les magasins en négociation avec les propriétaires de magasins pour présenter leurs chaussures. Mais la boutique Seindamauk de U Myint Tun ne vend que ses produits, en préservant des chaussons faits à la main. Les chaussures importées de Chine sont fabriquées avec des machines.

à lire :  Offert de travail nounou à domicile | Créer son entreprise

Le père d'Aye Ko, propriétaire du magasin de chaussures Ngwe Byine Phyu dans la 29e rue, était cordonnier à Pathein. À l'époque, son père cousait des chaussures en cuir de peau de vache pour les vendre aux marins lorsque des navires d'outre-mer accostaient à des jetées à Pathein.

Suivant les traces de son père, Aye Ko a repris l’entreprise de son père en vendant des pantoufles. Aye Ko a participé aux soulèvements de 1988 et a été envoyé en prison. En 1990, il a été libéré de prison, placé sous surveillance constante. Il a donc quitté sa ville natale et a ouvert un magasin de chaussures sur la 29e rue en 1996. Son magasin s'appelle Ngwe Byine Phyu (Silver Egret) et depuis 24 ans, il vend des pantoufles et des chaussures en velours en provenance de Chine.

"A Yangon, la 29ème rue a son propre caractère avec des magasins de chaussures", a expliqué Aye Ko, propriétaire de Ngwe Byine Phyu. Son magasin est plus spacieux que les autres magasins de chaussures de la rue.

"Les magasins de chaussures ont commencé à se rassembler dans la rue après que le marché de Mingalar a été endommagé par un incendie il y a quelques années", a-t-il déclaré.

La boutique de Ko Lop nommée «Ayar» est dans la rue depuis seulement deux ans. «Il y a beaucoup de magasins dans la même rue, donc c'est assez compétitif. Certains nouveaux magasins n'ont pas pu survivre et environ deux magasins ont fermé il y a quelques mois », a déclaré Ko Lop.

L'entrée du magasin de chaussures Ayar présente des étagères avec différentes chaussures «made in China».

à lire :  Travail à domicile correcteur d’orthographe | Créer son entreprise

«En tant que nouveau propriétaire de magasin, je dois lutter. Si un nouveau design arrive, les autres magasins rivalisent de prix pour attirer les clients. Ce n'est pas facile pour nous, propriétaires de petits magasins », a déclaré Ko Lop.

Rue de la chaussure de Yangon | The Myanmar Times
4.9 (98%) 32 votes
 

Julien