Quel budget aurait pu mieux offrir aux marchés

Selon la réaction du marché, le budget 2020 a été un désastre. Permettez-moi de commencer en disant que ce n'était pas aussi mauvais que la réaction du marché. La réaction du marché a été très vive à deux égards – une baisse de l'accroissement des attentes et en partie à cause de l'aggravation de la situation du Coronavirus en provenance de Chine. Mais il y avait de très bonnes parties du budget et certains domaines qui auraient pu être abordés et j'espère qu'ils sont traités en dehors du budget car ce gouvernement a montré sa réceptivité aux commentaires et sa volonté de répondre même au-delà du budget.

Commençons par les bonnes parties en premier. Je pense que l'annonce du programme d'amnistie de l'impôt sur le revenu, où les litiges en suspens peuvent être réglés avant le 31 mars 2020, en payant le montant de l'impôt sans aucune pénalité ni intérêt en souffrance, est excellente. Compte tenu des antécédents de ce gouvernement en matière de poursuite des défaillants et d’une saine crainte de la loi édifiée ces dernières années, ce programme avec plus de 4,83 lakh de litiges en suspens est voué à être un succès.

Les efforts annoncés par le ministre des Finances pour accroître la participation aux marchés des titres à revenu fixe en augmentant les limites des FPI et en créant des ETF G-Sec sont appréciables. Il y a deux autres mesures très importantes pour inviter des capitaux étrangers – l'exonération fiscale pour les investissements des fonds souverains et des institutions étrangères spécifiées dans des projets d'infrastructure avant mars 2024 est une grande initiative compte tenu de l'initiative d'investissement dans les infrastructures de 100 roupies lakh crore à travers 6500 projets. La décision d'abolir la taxe sur la distribution de dividendes pour les investisseurs étrangers fait de l'Inde une destination attrayante à égalité avec certains des marchés mondiaux.

à lire :  Que faire chez soi | Créer son entreprise

C'est là que le bon se fond dans ce qui aurait pu être mieux. La suppression de la taxe sur la distribution de dividendes est bonne pour les investisseurs qui ont fini par supporter la taxe sur la distribution de dividendes à 15% plus la majoration et la cessation même s'ils n'étaient pas tenus de payer ce niveau d'impôt autrement.

Là où cela obtient une réponse mitigée, c'est que maintenant il n'y a rien qui s'appelle un taux concessionnel d'impôt sur les dividendes parce que le dividende sera ajouté au revenu. C’est bien d’alléger les investisseurs qui paient une taxe de distribution, mais en même temps, les gars chargés de déclarer les dividendes en cas de multitude de sociétés fermées doivent payer une taxe de près de 43% sur le dividende reçu! Avec des niveaux d'impôt sur le revenu des particuliers déjà très élevés avec une nouvelle classification comme super-riche l'année dernière, c'est une mauvaise décision.

Fonds communs de placement, FPI, INVITATION, tous les dividendes seront imposés à un taux marginal d'imposition – bon pour les investisseurs à faible taux d'imposition, car ils sont épargnés par l'impôt sur la distribution, mais augmentent considérablement les dépenses fiscales des investisseurs aisés et fortunés. Rien n'a changé dans les perspectives économiques ou commerciales pour nous d'exiger immédiatement plus; les mesures persistantes visant à alourdir le fardeau fiscal d'un seul groupe de personnes sont un frein.

Pour en revenir aux marchés, c'est la dépréciation des attentes qui a suscité cette réaction. Ce n'est pas une année normale. L'économie est à un creux cyclique, des secteurs comme l'immobilier et l'automobile, les plus grands générateurs d'emplois et deux secteurs ayant un effet d'entraînement maximal sur une multitude de secteurs auxiliaires sont en difficulté.

à lire :  Comment trouver un travail a domicile ? | Créer son entreprise

Le budget ne faisait aucune référence au scénario actuel de ces secteurs. Étant donné que le gouvernement a fait tous les bons bruits dans le processus de consultation pour ce budget et qu'il y a eu une énorme amplification par le biais des médias, fixer des attentes élevées et laisser tomber tout le monde était la partie malheureuse.

Quel budget aurait pu mieux offrir aux marchés
4.9 (98%) 32 votes
 

Julien