Liberty TripAdvisor Holdings Inc (LTRPA) Résultats du T4 2019 …

Source de l'image: The Motley Fool.

Liberty TripAdvisor Holdings Inc (NASDAQ: LTRPA) Call of Earnings Q4 2019 Feb 26, 2020, 10:00 am ET

Contenu:

  • Remarques préparées
  • Questions et réponses
  • Appeler les participants
  • Remarques préparées:

    Opérateur

    Mesdames et messieurs, merci de votre présence. Bienvenue à l'appel des résultats du quatrième trimestre 2019 de Liberty Media Corporation. [Operator Instructions]. Pour rappel, cette conférence est enregistrée le 26 février.

    J'aimerais maintenant confier la conférence à Courtnee Chun, chef de portefeuille et vice-présidente principale des relations avec les investisseurs. Allez-y.

    Courtnee Chun – Chef de portefeuille et vice-président principal, relations avec les investisseurs

    Je vous remercie. Avant de commencer, je voudrais rappeler à tous que cet appel comprend certains énoncés prospectifs au sens de la Private Securities Litigation Reform Act de 1995. Les événements ou résultats réels pourraient différer considérablement en raison d'un certain nombre de risques et d'incertitudes, notamment celles mentionnées dans notre plus récent formulaire 10-K déposé auprès de la SEC.

    Ces déclarations prospectives ne sont valables qu'à la date du présent appel, et Liberty Media et Liberty TripAdvisor déclinent expressément toute obligation ou engagement de diffuser toute mise à jour ou révision de toute déclaration prospective contenue dans le présent document afin de refléter tout changement dans Liberty Media ou Liberty. Les attentes de TripAdvisor à cet égard ou tout changement dans les événements, conditions ou circonstances sur lesquels une telle déclaration est basée.

    Lors de l'appel d'aujourd'hui, nous discuterons de certaines mesures financières non conformes aux PCGR, y compris l'OIBDA ajusté et le BAIIA ajusté. Les définitions et rapprochements requis pour Liberty Media et SiriusXM Annexes 1 et 2 se trouvent à la fin du communiqué de presse publié aujourd'hui, qui est disponible sur notre site Web.

    J'aimerais maintenant passer la parole au président-directeur général de Liberty, Greg Maffei.

    Gregory B. Maffei – Président du conseil d'administration, président et chef de la direction

    Merci, Courtnee, et bienvenue à tous lors de cet appel. Aujourd'hui, en plus de moi, nous aurons le président-directeur général de la Formule 1, Chase Carey; et le chef de la comptabilité et directeur financier de Liberty, Brian Wendling. Pendant la période de questions et réponses, nous serons également disponibles pour répondre aux questions liées à Liberty TripAdvisor.

    Ainsi, en commençant par Liberty SiriusXM, nous avons poursuivi nos rachats d'actions et acheté 55 millions de dollars supplémentaires de la période du 1er novembre au 31 janvier, y compris l'achat des actions LSXMA et LSXMK. Je ferai remarquer que c'est la première fois que nous achetons les actions A en plus de K, et nous cherchons simplement sur le marché ce qui est une valeur plus attrayante pour déterminer nos rachats.

    Si vous regardez à travers les actions SiriusXM sous-jacentes, notre prix de regard était de 5,11 $ sur cette période, un prix que nous trouvons assez attrayant pour l'action Sirius sous-jacente. Comme je l'ai déjà dit et je continuerai de le dire, nous continuons de profiter de l'escompte par rapport à la valeur liquidative. Et au 31 janvier, notre participation dans SiriusXM était de 71,6%.

    En regardant le SiriusXM sous-jacent lui-même, ils ont terminé l'année avec une performance financière record à la fois chez SiriusXM et Pandora. Il s'agissait de la dixième année consécutive d'au moins 1 million d'ajouts nets autofinancés. SiriusXM a retourné environ 2,4 milliards de dollars de capitaux au cours de l'année, et ils continuent de se concentrer sur l'innovation.

    Premièrement, avec la plate-forme de nouvelle génération de 360L, qui sera répartie entre six OEM et 13 de leurs marques sous-jacentes, nous prévoyons que 2 millions de véhicules seront en service d'ici la fin de 2020. Et l'innovation sur le front du contenu, où ils ont quadruplé le nombre de podcasts disponibles sur la plateforme l'année dernière avec une forte croissance de l'écoute mensuelle.

    Ils avaient des accords de programmation très créatifs avec Drake, Marvel, LeBron, UNINTERRUPTED et U2. Nous sommes ravis de l'intégration de Pandora. Pour rappel, l'accord a été conclu il y a un peu plus d'un an, en particulier la combinaison de notre développement et de nos ressources ad tech. 75% des ressources de développement de SiriusXM sont désormais dépensées de manière à bénéficier à la fois de la marque et des services de base. Et Pandora a aujourd'hui une contribution positive à l'EBITDA.

    Passons au groupe de Formule 1; nous avons eu de bons résultats financiers, et vous en entendrez plus sur Chase dans un instant, et l'effet de levier est déjà réduit à 5,1 fois. Comme nous en avons discuté lors de notre réunion des investisseurs en novembre, nous avons commencé à racheter l'action Liberty SiriusXM, FWON, pour nous couvrir contre certaines des expositions sous-jacentes que nous avons avec notre conversion.

    Et de la période du 1er novembre au 31 janvier, nous avons racheté 52 millions de dollars. Nous attendons avec impatience le début de la saison de Formule 1, le 15 mars à Melbourne. Live Nation n'est pas encore signalé, je vais donc différer les commentaires à ce sujet.

    Et en regardant les Braves, une croissance des revenus très solide. Troisième année consécutive de fréquentation au parc Truist, notre nouveau nom [Indecipherable] pour le stade. Nous avons ouvert la nouvelle Braves Academy à côté de notre stade d'entraînement de printemps, juste au sud de Sarasota en Floride, et nous avons organisé le premier match samedi dernier. C'était un match d'entraînement de pré-saison ou de printemps où le roi Félix avait une bonne moyenne.

    Nous avons rempli notre liste de 40 hommes. Nous avons prolongé les contrats avec Alex Anthopoulos, Brian Snitker et le personnel d'entraîneurs de Snitker, et nous sommes ravis de nos perspectives sur le terrain en 2020. Je note également que nous avons constaté une très bonne avance sur les ventes de billets.

    Passons à Liberty TripAdvisor. Trip a connu une année difficile, mais nous pensons qu'il est axé sur les bons domaines et continue de stimuler la croissance des revenus en dehors des enchères d'hôtels dans les domaines d'expériences et de restaurants à croissance plus rapide. Ils ont ajusté leur structure de coûts pour soutenir une forte croissance du BAIIA ajusté et des flux de trésorerie disponibles en 2020. Et ils ont remis 540 millions de dollars de capital aux actionnaires en 2019.

    Sur ce, je cède la parole à Brian pour en savoir plus sur nos résultats financiers.

    Brian J. Wendling – Premier vice-président, directeur financier et contrôleur principal

    Merci, Greg, et bonjour à tous. À la fin de l'exercice, Liberty SiriusXM Group avait attribué des liquidités, des liquidités soumises à restrictions et des placements liquides de 387 millions de dollars, à l'exclusion de 120 millions de dollars de liquidités et de liquidités soumises à restrictions détenues chez SiriusXM. La valeur des actions ordinaires de SiriusXM détenues chez Liberty SiriusXM à la clôture d'hier était de 22 milliards de dollars, et nous avons une dette d'environ 1,4 milliard de dollars contre ces avoirs. Le montant total du principal de la dette attribuée au groupe Liberty SiriusXM était de 9,3 milliards de dollars, dont 7,9 milliards de dollars de dette détenus directement au niveau de SiriusXM.

    Formula One Group avait attribué 185 millions de dollars de liquidités et de liquidités, ce qui exclut 402 millions de dollars de liquidités détenues à F1. Formula One Group a attribué des titres du marché public d'une valeur de marché d'environ 4,9 milliards de dollars à la clôture d'hier, ce qui comprend la participation intergroupes dans le groupe Braves, la participation intergroupes dans Liberty SiriusXM Group et, bien sûr, notre participation dans Live Nation.

    Le montant total du principal de la dette attribuée au Groupe Formula One était de 5,1 milliards de dollars, ce qui comprend 2,9 milliards de dollars de dette détenus à F1, laissant 2,2 milliards de dollars de dette au niveau de l'entreprise. Le ratio de dette nette totale sur engagement OIBDA de Formula One, tel que défini dans les facilités de crédit de F1, était de 5,1 fois à la fin de l'exercice par rapport à un effet de levier maximal autorisé de 8,25.

    Nous avons fixé un ratio d'endettement net total cible pour la Formule 1 de 5 à 5,5 fois le covenant bancaire OIBDA. Veuillez noter que ces ratios de levier sont pour l'entreprise de Formule Un, pas le Groupe de Formule Un. Au Groupe Braves, nous avons attribué des liquidités, des placements liquides et des liquidités soumises à restrictions de 212 millions de dollars ainsi qu'un montant de capital principal de 559 millions de dollars.

    Sur ce, je cède la parole à Chase pour parler de F1.

    Chase Carey – Directeur Général du Groupe Formula One

    Merci, Brian. 2019 a été une année de croissance pour les fans et les activités de Formule 1. Du point de vue des fans, la participation à nos courses a de nouveau dépassé les 4 millions, en hausse de 1,75%, même avec l'annulation samedi du Grand Prix du Japon en raison du typhon.

    La fréquentation moyenne par course était supérieure à 202 000. Huit Grand Prix ont dépassé la foule – plus de 200 000 personnes ont été accueillies ce week-end et cinq pistes ont accueilli plus de 100 000 spectateurs le jour de la course. L'ampleur de ces événements est vraiment inégalée dans le sport, et nous continuons d'être impressionnés par nos promoteurs et les événements de classe mondiale qu'ils orchestrent.

    Les fans étaient encore plus engagés à la maison avec une audience cumulée mondiale totale de 1,922 milliard, le plus haut depuis 2012, et une augmentation de 9% par rapport à 2018. Il s'agit de la troisième année de croissance consécutive. 19 des 21 Grands Prix ont eu un public cumulé plus élevé qu'en 2018. Sur les plateformes de médias sociaux de Formule 1, nous avons vu les abonnés augmenter considérablement à près de 33% et les pages vues sur notre plateforme numérique de base dépassant le milliard.

    Nous continuons d'élargir nos initiatives numériques, en lançant récemment F1 TV sur Roku en Amérique du Nord et en mettant F1 TV au format grand écran pour la première fois. Nous vous encourageons également à écouter notre podcast, Beyond the Grid, qui compte désormais 43 épisodes et a atteint jusqu'à 15 millions d'auditeurs en 2019.

    D'un point de vue commercial, 2019 nous a permis de commencer à récolter les fruits de notre fondation construite en 2017 et 2018. En 2019, le chiffre d'affaires a augmenté de plus de 10% et l'EBITDA de plus de 25% – l'OIBDA de plus de 20%. La Formule 1 a également été attribuée – continue d'être un distributeur automatique de billets avec un flux de trésorerie d'exploitation net 2019 supérieur à une croissance solide et une forte conversion de trésorerie.

    Nous avons terminé 2019 avec un ratio de levier d'environ 5,1 fois, près du bas de notre fourchette récemment retraitée. Nous nous attendons à ce que cet élan se poursuive jusqu'en 2020. La saison 2020 marque le 70e anniversaire des championnats du monde de Formule Un, et nous avons récemment lancé un logo spécial pour cette étape pour célébrer cette réalisation tout au long de l'année.

    Tous les leviers automobiles de cette année ont été révélés, certains de façon spectaculaire, et nous avons vu le potentiel de ces nouvelles voitures lors des tests d'hiver à Barcelone. Nous attendons avec impatience la première course à Melbourne le 15 mars. Comme annoncé précédemment, après des discussions en cours avec les autorités et notre promoteur en Chine, nous avons décidé de reporter le Grand Prix de Chine, qui devait se tenir le 19 avril en raison du coronavirus. Nous continuerons de surveiller la situation et nous travaillons à reporter la course plus tard dans la saison.

    Je sais que vous vous demandez comment une annulation potentielle de la course pourrait avoir une incidence sur nos finances. Dans l'éventualité où la course n'aurait pas lieu, nous ne recevrions pas la portion des revenus. Mais compte tenu de la notification précoce de ce report, nous travaillons dur pour atténuer les effets, qui ont un impact relativement minime sur l'OIBDA ajusté. En prévision de votre prochaine question, en général, nos offres de parrainage de diffusion ne dépendent pas du nombre de races.

    Nous sommes ravis d'accueillir deux nouvelles courses au calendrier 2020. Le Grand Prix du Vietnam aura lieu le 5 avril à Hanoi. Et pour anticiper une autre question, nous prévoyons de poursuivre la course. J'ai parlé à nos partenaires vietnamiens hier et j'ai l'intention de m'arrêter à Hanoi le 5 avril sur mon chemin – en fait le 16 mars sur le chemin du retour à Londres depuis l'Australie, et tous les systèmes sont en marche.

    Nous sommes également ravis de notre deuxième course du Grand Prix des Pays-Bas à Zandvoort le 3 mai. Comme nous l'avons déjà mentionné – comme nous l'avons annoncé – mentionné précédemment, de nouveaux emplacements dynamiques comme ceux-ci apportent une merveilleuse énergie fraîche à la Formule Un, et nous sommes impatients d'accueillir de nouveaux fans au Vietnam, tout en engageant l'armée orange en Hollande.

    En parrainage, nous avons annoncé 188BET comme sponsor officiel de la F1 en Asie. Cela fait partie de notre accord précédemment annoncé avec le Groupe interrégional du sport. Cela verra cet effet bookmaker en vedette exclusivement sur le marché de la diffusion asiatique jusqu'en 2024. Nous prévoyons d'annoncer de nouveaux ajouts passionnants à notre gamme de sponsors dans les prochaines semaines avant le lancement de notre saison en Australie.

    La composition des pilotes pour la saison 2020 a la promesse de superbes courses et de dramatiques histoires. Lewis Hamilton poursuivra un septième championnat du monde, qui égalerait le record établi par Michael Schumacher. Son coéquipier, Valtteri Bottas, suivi d'une solide performance en 2019, offrira une compétition passionnante.

    à lire :  Les entreprises vont commencer avec 20K au Kenya »Kanjwa

    La bataille de Ferrari entre Vettel et Leclerc continuerait de donner du drame, la nouvelle équipe ayant adopté une politique de course à pied. Qui peut oublier leur collision mettant fin à la course au Brésil? Red Bull, propulsé par Honda, espère défier la Mercedes et la Ferrari, encore plus cette saison, avec Max Verstappen, l'une des étoiles montantes de la Formule Un, en tête.

    McClaren cherche à s'appuyer sur ses progrès de l'année dernière avec le duo passionnant de Lando Norris et Carlos Sainz au volant. Chez Renault, Esteban Ocon fera son retour sur la grille, aura sans doute quelque chose à prouver. Et puis le seul pilote à être de l'année, nous souhaitons la bienvenue à Nicholas Latifi dans l'équipe Williams. Nous avons un mélange unique et passionnant de pilotes vétérans des championnats du monde qui affronteront l'un des groupes de jeunes pilotes les plus talentueux de ce sport depuis une génération.

    Si nous regardons maintenant le drame et la narration, il y a une partie convaincante d'une série Netflix, Drive to Survive, nous attendons avec impatience la saison 2, qui débutera le 28 février. Les fans réclament la saison 2 et ce n'est pas décevant, surtout avec l'ajout de Ferrari et Mercedes. La série a contribué à attirer de nouveaux fans et à bâtir notre base sur des marchés sous-pénétrés, en particulier en Amérique du Nord, et nous sommes satisfaits de notre relation avec Netflix.

    Dans d'autres domaines de sensibilisation des nouveaux fans, la nouvelle série F1 Esports Pro Series 2019, a enregistré sa plus grande audience de 5,8 millions. Cela représente une augmentation de 76% d'une année sur l'autre et une démonstration claire de la façon dont nous atteignons un public nouveau, plus jeune et plus axé sur le numérique. 79% des téléspectateurs qui y ont participé avaient moins de 34 ans. Cela a été suivi par notre premier Championnat F1 Esports China qui s'est tenu à Shanghai. La qualification s'est déroulée dans six grandes villes et a attiré plus de 6 millions de téléspectateurs pour la finale.

    Cette année, nous accueillerons trois festivals de fans: Johannesburg en mars, Londres en mai et New York en octobre. Ce sera une célébration supplémentaire de notre 70e anniversaire et exposera la Formule 1 à de nouveaux publics. Nous sommes ravis que la série W rejoigne le calendrier 2020 lors de nos courses à Austin et à Mexico, poursuivant nos efforts pour promouvoir la diversité et l'inclusion dans le sport automobile.

    En dehors de la piste, nous avons été ravis de partager notre ambitieux plan de développement durable pour avoir une empreinte carbone nette nulle d'ici 2030. Tout au long de notre histoire, la Formule 1 a été à la pointe de l'innovation technologique, et bon nombre de nos innovations ont été adoptées par les voitures de route et d'autres industries. Notre unité de puissance hybride F1 actuelle est le moteur le plus efficace au monde, fournissant plus de puissance, utilisant moins de carburant que toute autre voiture. Ce moteur présente une opportunité d'être zéro carbone net grâce à des carburants durables avancés et des systèmes de récupération d'énergie.

    Plus d'un milliard des 1,1 milliard de véhicules dans le monde sont propulsés par un moteur à combustion interne, l'impact peut donc être énorme. L'électrification du transport routier est une solution partielle qui nécessite encore la génération de l'énergie pour alimenter la voiture, fabriquer la batterie puis l'éliminer.

    D'ici 2025, nous veillerons également à ce que tous nos événements soient durables. Cela passera par l'utilisation de matériaux durables, l'élimination des plastiques à usage unique et toujours réutilisés, recyclés ou compostés tout en offrant à nos fans de plus grandes options pour atteindre la course.

    Au niveau de l'entreprise, nous passerons à une logistique et des voyages ultra-efficaces et à des bureaux, des installations et des usines 100% renouvelables. Ces plans sont le résultat de plus d'un an de travail entre la FIA, des experts en développement durable, des équipes et des promoteurs, et nous visons à donner l'exemple de la durabilité dans le monde du sport.

    Bien que la saison 2020 n'ait pas commencé, nous travaillons déjà – à la recherche de 2021 et au-delà. À cette fin, nous avons été ravis des progrès réalisés au cours des dernières semaines à Miami, alors que nous nous rapprochons de la finalisation de cet éventuel pôle de tente sur les calendriers futurs. Nous sommes ravis de nous associer aux Miami Dolphins pour organiser un événement de classe mondiale dans la région et notre deuxième course aux États-Unis.

    Suite à la ratification de nouveaux règlements pour la saison 2021, nous progressons sur un nouvel accord Concorde, qui comprendra une nouvelle structure de gouvernance et de fonds de prix. Ces discussions sont à un stade avancé avec les équipes et renforceront le modèle économique et favoriseront la croissance du sport.

    Financièrement, nous nous attendons également à ce que 2020 soit une autre année de forte croissance générale pour la Formule Un, chacune de nos trois principales catégories de revenus, la promotion de la course, les médias et le parrainage, contribuant à la croissance. Nous nous attendons également à une croissance dans d'autres segments importants de notre activité comme l'hôtellerie et nous sommes ravis de voir des segments d'activité comme les licences et la publicité numérique qui n'existaient pas il y a quelques années devenir de nouveaux domaines de croissance passionnants.

    Nous prévoyons en outre que notre plate-forme OTT continuera d'être une source de croissance alors que nous la stabilisons au cours du deuxième semestre de l'année dernière et nous commençons maintenant à lancer de nouvelles fonctionnalités comme notre couverture récemment étendue de tests hivernaux.

    Du côté des coûts, alors que nous continuons à ajouter de nouvelles initiatives pour impliquer et exciter les fans, notre organisation est clairement plus mature aujourd'hui, ce qui nous permettra de limiter les augmentations de coûts. La croissance dans certains domaines comme l'hôtellerie ou le fret a des augmentations de coûts qui sont liées à la croissance des revenus, tandis que des domaines émergents comme la plate-forme OTT sont encore dans une phase d'investissement, mais les bases de nos activités commerciales et sportives sont largement en place.

    En raison de la nature contractuelle de nos activités, bon nombre des principaux moteurs de nos résultats 2020 sont largement en place. En fait, une grande partie de nos efforts actuels se concentrent sur des initiatives qui auront un impact sur 2021 et au-delà dans des domaines tels que les médias et la promotion des races.

    Nous sommes ravis de l'engagement d'un éventail de tiers dans ces domaines, car beaucoup réagissent à l'énergie renouvelée et à l'excitation autour du sport. Cette activité renforce encore notre conviction que la Formule 1 est particulièrement bien placée pour une croissance dynamique au cours des prochaines années.

    Enfin, je voudrais remercier Sean Bratches pour sa contribution à la Formule 1 au cours des trois dernières années. Il a contribué à transformer le côté commercial de l'entreprise, faisant de la Formule 1 un sport axé sur les fans avec une popularité croissante et nous a mis en place pour un succès continu. Il a été un solide leader de l'organisation et, personnellement, un excellent partenaire.

    Je cède maintenant la parole à Greg.

    Gregory B. Maffei – Président du conseil d'administration, président et chef de la direction

    Merci, Chase. Permettez-moi de faire écho aux commentaires de Chase à propos de Sean, mon ami, et merci pour tout votre bon travail. Merci également à Chase et Brian, comme je l'ai dit, pour leurs commentaires ici. Dans l'ensemble, une excellente année pour Liberty Media. Nous avons fixé la date de notre réunion d'investisseurs à New York. Veuillez tenir le jeudi 19 novembre. Nous apprécions votre intérêt continu pour Liberty Media et nous nous réjouissons à l'idée de vous parler lors de la prochaine conférence téléphonique, sinon avant.

    Et avec cela, opérateur, je voudrais ouvrir la ligne pour les questions.

    Questions et réponses:

    Opérateur

    Je vous remercie. [Operator Instructions] Nous prendrons notre première question de Benjamin Swinburne de Morgan Stanley. Allez-y.

    Benjamin Swinburne – Morgan Stanley – Analyste

    Merci, bonjour. Chase, pourriez-vous – Je sais que la situation du virus est assez fluide et difficile à déterminer exactement où cela va se terminer. Mais quelles sont les choses qui entrent en ligne de compte dans la décision d'aller de l'avant avec les courses ou non? Et quel est le niveau de confiance autour de certaines des courses en Asie que vous avez souligné que vous allez continuer – vous prévoyez de vous asseoir ici aujourd'hui? Vous essayez juste d'avoir une idée de la nature des résultats lorsque nous pensons au moins au début de la saison?

    Et puis je me demandais, l'une des choses que nous espérions tous, je pense que vous aussi, sur le nouvel accord Concorde est une plus grande parité des équipes, à long terme. Et je me demande si vous pourriez nous dire aujourd'hui, étant donné où vous en êtes dans le processus de négociation de ces nouveaux accords. Pensez-vous que vous allez y parvenir? Et si les sports devaient voir une plus grande parité à l'approche de 2021 et au-delà?

    Chase Carey – Directeur Général du Groupe Formula One

    Je suppose d'abord sur le coronavirus. Je veux dire, je pense, comme vous l'avez dit dès le départ, ce qui est probablement l'état évident. C'est fluide. Il est donc difficile d'avoir vraiment [Indecipherable], où cela se joue. Évidemment, un pays comme l'Italie n'était pas vraiment sur l'écran radar il y a quelques jours et c'est maintenant le cas.

    Oui, je pense que nous – dans l'ensemble, en tant que processus, ce que nous faisons, c'est que nous sommes activement impliqués dans tous les événements à venir, je suppose, en particulier les plus récents pour obtenir une perspective des pays. J'ai dit que j'avais eu une conversation hier avec notre partenaire de Hanoi. Et leur mise à jour était – je pense qu'ils ont dit qu'il y avait environ 15 cas, et en fait, tous se sont rétablis.

    Donc ils ne le font pas – donc les cas qu'ils avaient, ils ont récupéré. Nous continuons d'en parler aux autres. Nous sommes évidemment – et nous sommes à Londres par nos propres canaux en contact avec des experts qui ont des idées à ce sujet. Je pense surtout que ce que nous devons faire est de continuer à – en plus de la question pour essayer d'obtenir les bons conseils, pour essayer de planifier. Je veux dire, une partie de la logistique parce que la planification des voyages fusionne.

    Je veux dire que Bahreïn vient d'ajouter un certain nombre de villes qui ont des restrictions de voyage si vous venez de ces villes. Je pense donc qu'une partie de ce que nous pouvons planifier est de nous assurer que nous avons la flexibilité et les options en place pour – soit des problèmes logistiques pour se rendre aux courses et en revenir. À part la Chine, nous – je suppose, encore une fois, avec un accent particulier sur les courses du début de l'année, elles se déroulent toutes.

    Alors certainement, nous nous dirigeons vers un – nous nous dirigeons vers Melbourne, vers Bahreïn, vers Hanoi. Bien que, pour dire l'évidence, nous devons voir ce qui évolue dans les prochains jours. Et nous travaillons activement pour voir s'il existe des moyens d'atténuer le report de la Chine. Donc, je ne le fais pas – donc je pense que pour le moment et en gros, nous sommes en contact avec des sortes d'experts dans le pays, nos propres experts, essayant de rester au courant des problèmes de logistique pour se rendre et se rendre à longue distance endroits et sentir que nous avons une aussi bonne poignée que possible.

    En ce qui concerne l'accord Concorde, je suppose, la pratique générale – encore une fois, je ne veux pas aller trop loin dans les choses. Je veux dire que nous, je pense, préférons la pratique générale à la comédie une fois que les choses sont faites. Je suppose, ce que je dirais bien que je pense que nous pensons que nous atteignons les objectifs que nous nous sommes fixés pour nous rendre plus en meilleure santé. Je pense qu'une répartition équitable des fonds est l'une des pierres angulaires que nous avons identifiées comme étant importantes pour un sport plus sain.

    Je pense donc que ce n'est pas – toutes les choses que nous faisons, que nous lancerons en 2021 et au-delà, encore une fois, je pense que c'est une étape importante. Ils ne sont pas en place – Ce n'est pas en quelque sorte déclarer la victoire et la maison. Tout est fini. Mais je pense que nous prenons des mesures importantes pour atteindre les objectifs que nous avons fixés pour l'entreprise afin de la rendre plus saine – un meilleur sport et une meilleure entreprise pour tout le monde.

    Et cela concerne le traitement des coûts, des revenus, de la distribution et des autres. Je pense donc que nous croyons que nous sommes sur la voie de – et certainement d'atteindre directionnellement les objectifs que nous nous étions fixés au début du processus.

    Benjamin Swinburne – Morgan Stanley – Analyste

    Merci beaucoup.

    Chase Carey – Directeur Général du Groupe Formula One

    Sûr.

    Opérateur

    Notre prochaine question est posée par David Karnovsky de J.P.Morgan.

    David Karnovsky – J.P.Morgan – Analyste

    Bonjour merci. Juste pour Chase. En France, il semble que vous ayez baissé le prix du produit F1 TV et introduit également l'option mensuelle. Vous vous demandez simplement si vous pouvez élaborer sur la stratégie là-bas et comment cela a pu jouer dans votre récent renouvellement de diffusion?

    à lire :  Espace de travail à domicile | Créer son entreprise

    Et puis pour Brian, serait-il possible d'obtenir le nombre de flux de trésorerie disponibles d'exploitation pour la Formule 1 en 2019? Merci.

    Chase Carey – Directeur Général du Groupe Formula One

    Oui. Je suppose que ce que je dirais sur F1 TV, c'est que lorsque nous avons lancé F1 TV, il y a différents problèmes dans différents pays en fonction des accords en place. Et il est clair que nous devons travailler avec nos partenaires télévisuels traditionnels pour naviguer et nous avons donc eu – nous avons eu différents problèmes à différents endroits. Je veux dire, le Royaume-Uni à titre d'exemple, il n'est toujours pas disponible en raison de l'accord que nous avons, dans des endroits comme l'Allemagne et les États-Unis, il est plus largement disponible. En France, nous avons distribué sur une base conforme aux accords que nous avons conclus avec nos partenaires locaux. Je pense que ce que nous avons fait en France, c'est essayer de le déplacer là-bas. Et si vous regardez à travers, il y a probablement un marché et il n'y a pas de prix unique, car il varie évidemment en raison d'une variété de problèmes dans un pays, mais il y a généralement une gamme de prix que nous avons ciblée pour cela, et je pense La France apporte – La France est probablement au-dessus du haut de gamme de ce que nous aurions – nous pensons que ce serait le prix approprié à ce moment pour F1 TV. Et je pense que cela l'amène davantage dans ce que nous pensons être réglé, où nous aimerions que le prix du marché soit. Mais je pense que la tarification fait partie de la façon dont nous naviguons dans la distribution par rapport aux partenariats de télévision existants.

    Brian J. Wendling – Premier vice-président, directeur financier et contrôleur principal

    Oui. Et sur le flux de trésorerie disponible pour la Formule Un, comme vous pouvez le voir dans le communiqué, 482 millions de dollars d'OIBDA ajusté pour la Formule Un pour l'année, une très bonne conversion de trésorerie cette année avec quelques mouvements de fonds de roulement positifs. Donc, un peu plus de 500 millions de dollars de liquidités d'exploitation gratuites.

    David Karnovsky – J.P.Morgan – Analyste

    D'accord. Je vous remercie.

    Opérateur

    Notre prochaine question vient de Bryan Kraft de la Deutsche Bank. Allez-y.

    Bryan Kraft – Deutsche Bank – Analyste

    Salut bonne matinée. Vous vouliez voir si vous pouviez quantifier pour nous l'impact de l'annulation du Grand Prix du Japon, et quelles lignes de revenus cela a eu un impact, afin que nous puissions en tenir compte dans les prévisions en 2020? Et puis séparément, je voulais vous demander s'il y avait – ou peut-être lié, y avait-il un moteur particulier pour la tendance stable d'une année à l'autre dans la publicité et le parrainage au quatrième trimestre, par rapport à la croissance beaucoup plus forte en année pleine? C'était le Japon? Je veux dire, y a-t-il une lecture de cela dans les perspectives de croissance pour 2020 dans la publicité et le parrainage? Je vous remercie.

    Chase Carey – Directeur Général du Groupe Formula One

    Donc la première question, vous avez dit sur le Japon. Quelle était la question sur le Japon, car je ne suis pas sûr de l'avoir suivie?

    Bryan Kraft – Deutsche Bank – Analyste

    Au Japon, l'impact du typhon sur le Grand Prix. Y a-t-il eu un impact financier que vous pourriez appeler?

    Chase Carey – Directeur Général du Groupe Formula One

    Il n'y a pas eu d'impact financier sur la Formule 1. Il y a eu un impact financier – probablement financier pour le promoteur local en raison de la vente de billets. Mais nous n'avons pas eu d'impact financier significatif. Il y a eu un impact sur la fréquentation. Donc, comme je l'ai dit, si vous regardez les chiffres de fréquentation, clairement, ils ont eu un impact. Mais nous sommes sur la bonne voie pour une assez bonne croissance de la fréquentation au Japon et vous pouvez [Indecipherable] cela n'avait pas d'importance pour nous. Cela ne s'est pas produit. Mais l'impact financier a été limité en raison du typhon. Et l'autre impact dont vous avez parlé?

    Bryan Kraft – Deutsche Bank – Analyste

    Oui, l'autre – merci pour cela. Et l'autre question était, je pense, dans votre communiqué, vous avez appelé à une baisse des revenus de publicité et de parrainage au quatrième trimestre d'une année sur l'autre?

    Chase Carey – Directeur Général du Groupe Formula One

    Oui. Je ne sais pas vraiment s'il y a quelque chose de particulièrement important. Je veux dire, nous pouvons avoir des sponsors locaux et des partenaires locaux, donc il n'y a rien à grande échelle, une sorte de partenaire mondial. Je voudrais donc – en fait, je suppose, donc je ne sais pas vraiment, mais il y aurait probablement plus d'écarts au sein du niveau de partenariat local ou des niveaux de partenariat ponctuels qui peuvent se produire de course à course ou lorsque vous obtenir – c'est pourquoi parfois la comparaison est sur les quarts, où les courses tombent. Je ne sais pas quelle course est tombée – aurait pu tomber de chaque côté, disons, d'un quart et comme pour les frais de promotion ou le parrainage, si vous avez des offres de promotion importantes, lorsque vous descendez aux trimestres, ils peuvent basculer juste sur calendrier des courses et des choses comme ça.

    Bryan Kraft – Deutsche Bank – Analyste

    Génial. Merci, Chase.

    Opérateur

    Notre prochaine question vient de Vijay Jayant d'Evercore. Allez-y.

    Vijay Jayant – Evercore – Analyste

    Merci. Un pour Chase. Évidemment, vous parlez potentiellement d'une nouvelle course aux États-Unis en 2021, vous pouvez également parler peut-être d'une course en Arabie saoudite. Pouvez-vous nous aider à comprendre, à quelle vitesse pouvez-vous accélérer ces courses à partir de 22 cette année? Pouvez-vous ajouter deux courses dans la nouvelle saison ou ce sera comme une course à la fois? Juste pour comprendre en quelque sorte les futures promotions de course. Et puis probablement pour Greg, mais lorsque vous avez commencé à acheter de la Formule Un, vous avez commencé à acheter des actions Liberty Sirius, ce trimestre que nous avons vu, pouvez-vous nous aider à comprendre comment pensez-vous de la quantité d'actions Liberty Sirius à acheter, et aussi de la quantité pourriez-vous potentiellement acheter la Formule 1, donnée maintenant à votre extrémité inférieure de votre levier cible? Je vous remercie.

    Chase Carey – Directeur Général du Groupe Formula One

    Oui. Je pense qu'en général – comme nous l'avons dit, je pense que nous pensons que nous pouvons augmenter – dans une base limitée, augmenter le nombre de courses. Je pense que nous avons essayé de – je pense que notre objectif serait de le faire de manière disciplinée, disciplinée. De toute évidence, les équipes – nous reconnaissons qu'il y a des problèmes logistiques et organisationnels pour les équipes pour s'adapter à cela. Nous – directionnellement, ils savent où nous allons, mais je pense que nous voulons – en toute équité envers eux et pour en faire un processus gérable, essayer de le faire de manière disciplinée. Je ne nous verrais donc pas tout d'un coup, ajoutant deux courses en un an. Je pense donc que c'est probablement plus de monter à un niveau. Et encore une fois, nous ne progressons que si nous avons des courses qui, selon nous, apportent vraiment quelque chose – apportant une autre dimension au sport, en quelque sorte bénéfique pour les fans et pour l'entreprise. Mais je m'attendrais à ce que nous soyons – je pense que notre objectif serait de le faire de manière disciplinée.

    Gregory B. Maffei – Président du conseil d'administration, président et chef de la direction

    Donc, Vijay, je pense que ce que nous – lors de la Journée des investisseurs, nous avons parlé du fait que nous avions 3 milliards de dollars de flux de trésorerie disponibles, d'actifs monétisables et de capacité de levier sur la période de quatre ans, de 2020 à 2023. Et je pense que cela nous donne amplement possibilité de racheter LSXM. Le montant que nous rachèterons réellement est quelque peu lié à l'endroit où se négocie le LSXMA et au montant de notre responsabilité potentielle. Mais je ne peux pas – si vous regardez le total, il est probable que ce soit moins d'un tiers de cela au cours de la période. Nous verrons donc d'où cela sortira. Pour ce faire, nous disposons de suffisamment de flux de trésorerie disponibles, dont nous avons besoin sur LSXMA et tout ce qui concerne la flexibilité, le désendettement, le rachat d'actions, d'autres formes de retour sur capital.

    Vijay Jayant – Evercore – Analyste

    Je l'ai. Je vous remercie.

    Opérateur

    Notre prochaine question vient de John Tinker de Gabelli. Allez-y.

    John Tinker – Gabelli and Company – Analyste

    Salut. Revenons au rythme plus gentil du baseball, si je peux. Je comprends que les équipes peuvent désormais vendre les droits de diffusion en continu que la MLB leur a donnés – leur rendre. So what — where do you stand on those rights, particularly vis-a-vis your TV deal? And just, secondly, thyssenkrupp's going through some changes. Does that have any impact on the timing of opening the new elevator building by the, I think, summer of 2021?

    Gregory B. Maffei — Chairman of the Board, President & Chief Executive Officer

    So John, thanks. On the first point, I don't think the thyssenkrupp financial issues will impact the timing or construction cycle at all. We're in very good shape on that and this is the jewel and the thyssenkrupp crown in terms of its business. So we feel very secure about whatever happens at thyssenkrupp that we're in good shape with them financially, etc.

    On the streaming rights, it's complicated because the contracts are with the RSN provider. Say if they're not utilized in a certain way, they go back to — they go to them. So I would say, we do not have any current plans or current large revenue streams we're going to explore where we go with that, and we'll see what happens to that RSN provider, and what their capabilities are over the next couple years.

    John Tinker — Gabelli and Company — Analyst

    Merci.

    Opérateur

    We'll take our next question from Bryan Goldberg from Bank of America Merrill Lynch. Allez-y.

    Bryan Goldberg — Bank of America Merrill Lynch — Analyst

    Merci. I had a couple of questions on F1. First, on your comments about your direct-to-consumer growth plans in 2020. Just curious, I think you characterized this year as another year of like investment phase. And I'm just curious. When we talk about investment, are we talking more about programming around the events themselves or the acquisition of non-live programming? Or is this more a function of rising subscriber acquisition costs?

    And then my second question is, Chase, I think you talked about in 2020 your expectation for all three of your revenue categories to be up, in 2020. And I guess, as the calendar stands today, you should have a higher event count, which is an obvious driver of growth. But outside of that, how should we think about the same-store growth potential across race promotion, broadcasting and sponsorship? Is this a year that's going to be dictated more by rate escalators and existing contracts? Or are there significant contractual renewal opportunities and/or greater sponsorship sell-through opportunities? Merci.

    Chase Carey — Chief Executive Officer of Formula One Group

    So I guess, on the OTT investment, I mean, we're not investing significantly. I guess, probably more, I'd say, it's early stage growth. So it's probably a bit of all of those things, abating content, that — marginal in the context of our overall business, abating marketing, as you push it out, particularly into those still. We're early stage in some markets. We're obviously relaunching the price point in France. And as I said, we only really stabilize the platform in the second half of last year. So it's not — the investment side is probably more saying almost — maybe a better phrase would have been early stage growth. But given its scale at this point, we are more focused on the growth of that subscriber base and the growth of that business than on — as it being a significant profit contributor in the short term.

    I think as we said all along, I think there are certain areas that the opportunity inherent in it, whether it's the U.S. and China or OTT are clearly sort of payoffs down the road, not 12 months. So it's not an investment in terms of large resources for us, but it is probably investing and growing an early stage business that we think to be increasingly important as we go forward over the years. I think in terms of revenue, it is — we do expect revenue from each area. There's some places — for media it's not a bigger year in media. It's sort of 2021.

    We did have some renewals, but the renewals work slower, so it is a combination of some new deals and just some year-to-year increases. I think on the sponsorship side, again, we do expect — as I said, we are looking forward to adding some sponsors in the short term. So we think there's opportunity to continue to — and we certainly have the room and the capacity, and we expect to be able to take some steps to getting sponsorships to where we think it ultimately should be.

    So again, it's probably a bit of a mix of incremental growth and some new deals. And I think on the promoter side, the opportunity is probably — we've got two new races. We've talked about them. So clearly, there are two new races as well as what would be the incremental growth. So we have Vietnam and Amsterdam coming in, replacing Germany. That clearly is a positive for us. And then we've got the ordinary course that exists beyond it. So there's a mixed bag of incremental growth and it varies by each of those big segments. The other areas like hospitality and licensing and some of the other things we talked about are probably again more ongoing growth. They're not event driven. They are in the three big categories. It is a bit of a mix.

    à lire :  Travailler de chez soi via internet | Créer son entreprise

    Bryan Goldberg — Bank of America Merrill Lynch — Analyst

    Merci. Actually, if I could, just a quick follow-up. On your efforts in Miami, I think you got a favorable vote from the Miami-Dade County Commission, I think, last week. But now there's — I think there's some sort of legal challenge to that. And I was just wondering how should we think about next steps from here in Miami before that event can really be solidified on the calendar?

    Chase Carey — Chief Executive Officer of Formula One Group

    Oui. Again, positive steps the last couple weeks. We're actively engaged with them. I think we've got meetings over the next week or two to continue to nail things down. And we feel good about where we are with that race, obviously, for 2021. I think, first and foremost, we want to make sure it's a great race, a race that will live up to what that — the potential of what that race is, which is a real tentpole race for us, not just in the U.S., but around the world, a race that will capture the world's imagination. So we want to make sure we do the race. And we're still focusing on trying to get things in place for 2021.

    Obviously, time continues. Time gets shorter. But we are actively working on it and engaged with it and I think making good headway. I think we feel that these are complicated. So nothing new. We've been there — through this before. So the steps and processes we go through to ultimately finalize a race always have degrees of complications to them. But I think we feel good about the path we're on, and we feel good about the opportunity to make the race in Miami a reality in short term.

    Bryan Goldberg — Bank of America Merrill Lynch — Analyst

    Merci beaucoup.

    Opérateur

    We'll take our next question from Zack Silver from B. Riley FBR, Inc. Please go ahead.

    Zack Silver — B. Riley FBR, Inc — Analyst

    D'accord! Super. Thanks for taking the question. The first one for Chase on F1. Just — I think you provided us an update on the sponsorship pipeline back in November. Just wondering if you could give us an update whether that has changed, gotten more healthy or perhaps dissipated with sponsorship?

    Chase Carey — Chief Executive Officer of Formula One Group

    No. I guess, I don't think it's a dramatically different story. Again, I think we are excited about the level of interest, the breadth of interest, the engagement in the sport. Certainly, we are actively pursuing many conversations. I guess, as we've said, sponsorships is probably — over the three years we've been involved has been an area that has probably had a few more headwinds than we thought, I think, whether it was telling to degree to which that was in the pipeline there. So building the story, building — providing an understanding, building the capabilities to create the more tailored offerings that I think you really need to be competitive in that world today.

    So I think we've made a headway. And I think we are excited about the degree. We are certainly — I think the last three months, two months, since the season ended in this period, we've probably been more active than ever in the breadth and breadth number and variety of conversations we're in. And we look forward to closing a few in the short term.

    Zack Silver — B. Riley FBR, Inc — Analyst

    Je l'ai. Je vous remercie. And then one for Greg, to follow-up on the Braves. Obviously, maybe not for the Braves, just given the length of time between your last deal and this renewal in 2027. But for most teams a good chunk of revenues are coming from the broadcast deals. We've seen healthy growth in the value of the sports rights. But given some of the headwinds that's in the pay TV ecosystem and distributor — some distributor drops, maybe that makes these rights uneconomical for some of the traditional RSN players. So more curious just to get your sort of high-level thoughts on how you think that evolves over the next couple of years.

    Gregory B. Maffei — Chairman of the Board, President & Chief Executive Officer

    I think it's a good question. If you were — the team on the West Coast that had a relatively small territory and had gotten a massive RSN contract, you think about what would happen at the end of that renewal. It's an open question whether you're going to see incremental value or decline. We have a good contract, not an amazing one. It was a very low one than when we bought it from Time Warner. It's been renegotiated with the longest in existence of the time. It's still along the longest that's ever been written.

    And because of that, when it's relatively low, even at adjusted value, against the size of our territory, which is 12 million broadband households, the largest territory of any baseball team and this popularity of the Braves, I feel pretty good. You're right to point out those headwinds. And as you may recall, we spend a lot of time looking at the RSN to know the risks of the RSN business very well. And you can see the carnage that is Sinclair at the moment. So all balanced. But when you look at the factors that are favor the Braves, if you look at our territory, you look at our contract, I'm not worried compared to where a lot of teams are.

    Zack Silver — B. Riley FBR, Inc — Analyst

    That makes sense. Thanks, Greg.

    Gregory B. Maffei — Chairman of the Board, President & Chief Executive Officer

    Je vous remercie.

    Opérateur

    The next question comes from Jason Bazinet from Citi. Allez-y.

    Jason Bazinet — Citigroup — Analyst

    I had a question for Mr. Maffei. Other than opportunistically working on the LSXMA discount with the liquidity that you alluded to, what are the other broad options that you think are at your disposal? Like if you're going to come up with an exhaustive list of options, what would be the three or four options that you have?

    Gregory B. Maffei — Chairman of the Board, President & Chief Executive Officer

    I'm not really sure. I could come up with an infinite number of options on what to do, but most of them are not financially attractive because it trades at a discount. I think the right thing to do is to go out of your way to capture the discount. There are several ways we could do that. We have sufficient liquidity between FWON and needs between FWON on the hedging side and LSXM's capabilities on inside, both with the dividend and the financial power we've raised to take advantage of that side. We think this is the optimal way. There are ways which we could accelerate that and perhaps raise more capital, find some holders, split the difference with, do things like that. But we believe attacking it systematically with our available resources, which are sufficient, is the right way.

    Jason Bazinet — Citigroup — Analyst

    Do you see M&A is one way to sort of close it?

    Gregory B. Maffei — Chairman of the Board, President & Chief Executive Officer

    I'm not sure what you mean by M&A. I don't want to use the stock because that — issuing the stock at a discount seems like a fool's errand to me. And I'm not sure what M&A do. I want someone else to buy into it because they're getting the benefit of that discount. I'm not really sure how that plays to our shareholders benefits, which is my goal.

    Jason Bazinet — Citigroup — Analyst

    Well, I would say, use your liquidity to buy something that's cash generative to give you more firepower to shrink the discount.

    Gregory B. Maffei — Chairman of the Board, President & Chief Executive Officer

    So why not just go directly and use my cash to buy the discount itself. Why pay a premium…

    Jason Bazinet — Citigroup — Analyst

    Well, because the market will look through the quantum of liquidity that you have, which is very different than having an asset that generates cash flow year in and year out.

    Gregory B. Maffei — Chairman of the Board, President & Chief Executive Officer

    I disagree because I'd have to utilize my cash flow to do that. And I assume the combination of what capital we have and where we think we might get with SiriusXM as a more attractive option.

    Jason Bazinet — Citigroup — Analyst

    Understood. Je vous remercie.

    Opérateur

    Our next question comes from Matthew Harrigan from Benchmark. Allez-y.

    Matthew Harrigan — Benchmark — Analyst

    Je vous remercie. You have a very hardened out balance sheet. But if you go back to 2008, 2009, there are a number of media companies that were pretty lax. It created a lot of opportunities, some dislocations. If we do get a bad economic downturn off the coronavirus and the level of debt within the global economy right now, do you think you're going really good deal prospects across the board as you did 12 years ago? Or do you think that other people are — been more responsible talking to you as — as easy as it was 2008, 2009? I know that's a hugely broad question. I apologize, but I wanted to ask because John always have interesting thoughts on the macro and the deal environment.

    Gregory B. Maffei — Chairman of the Board, President & Chief Executive Officer

    I think you look and say, to the degree we have strong franchises, which I believe we do, we will suffer less in that kind of a downturn than many other kind of businesses, which are maybe equally strong, but are not viewed as strong, don't have other pieces in place like a management team or something. So that could create opportunity. It also means that we may have to have nerve at a time when having nerve isn't readily apparent or you may be fearful. What's the Buffet line about be bold when others are fearful. And that's not always easy.

    So look, I'm certainly not wishing for a recession. I would note, as we have noted before, it's hard to buy things unless you either have synergies today or a particular story, both of which are hard in a market where things are rising, put aside corona. And so that may create opportunities. But speculating beyond that, Matthew, is hard just — will we find the things in this space as we like? Will they be willing to sell? Oftentimes, which you have real problem is, is even if it's trading at a discount, people don't want to move. It takes a while for the sellers to want to — to come to that realization. They look at the high watermark before and it takes a while to break. So we — that could create opportunity, but it's no assurance.

    Matthew Harrigan — Benchmark — Analyst

    Je vous remercie.

    Gregory B. Maffei — Chairman of the Board, President & Chief Executive Officer

    Je vous remercie. I think, operator, that was our last question for this call. Thank you again to all who joined and all who participated. Hope to speak to you again next quarter, if not before, and thank you for your interest in Liberty Media.

    Opérateur

    [Operator Closing Remarks].

    Duration: 51 minutes

    Appeler les participants:

    Courtnee Chun — Chief Portfolio Officer & Senior Vice President, Investor Relations

    Gregory B. Maffei — Chairman of the Board, President & Chief Executive Officer

    Brian J. Wendling — Senior Vice President, Principal Financial Officer & Controller

    Chase Carey — Chief Executive Officer of Formula One Group

    Benjamin Swinburne — Morgan Stanley — Analyst

    David Karnovsky — J.P. Morgan — Analyst

    Bryan Kraft — Deutsche Bank — Analyst

    Vijay Jayant — Evercore — Analyst

    John Tinker — Gabelli and Company — Analyst

    Bryan Goldberg — Bank of America Merrill Lynch — Analyst

    Zack Silver — B. Riley FBR, Inc — Analyst

    Jason Bazinet — Citigroup — Analyst

    Matthew Harrigan — Benchmark — Analyst

    More LTRPA analysis

    Tous les relevés d'appel des gains

    Liberty TripAdvisor Holdings Inc (LTRPA) Résultats du T4 2019 …
    4.9 (98%) 32 votes
     

    Julien