Coronavirus: les restaurants d'Auckland ont du mal à rester ouverts …

Le populaire restaurant Mt Eden yum cha Hees Garden Seafood Restaurant a confirmé cette semaine une fermeture prévue de deux semaines en réponse à l'épidémie du nouveau virus COVID-19, qui a tué plus de 1400 personnes en Chine et trois à l'extérieur du pays depuis sa création. détecté dans la ville de Wuhan le 31 décembre. Le propriétaire John Son a déclaré que le manque de groupes de touristes chinois, combiné avec les habitants choisissant de rester à la maison par précaution, avait conduit à la décision, mais il était convaincu que le restaurant rouvrirait le 24 février. .

Royal City Dumpling & Noodle à Royal Oak est également restée silencieuse ces dernières semaines, a déclaré la propriétaire Angela, qui a préféré ne pas donner son nom de famille. "Les gens ont peur de sortir, ils veulent éviter tout contact avec d'autres personnes. Nous allons bien mais quelques restaurants d'amis de la famille ont été très calmes. Beaucoup d'entre eux prévoient de fermer car ils n'ont pas les moyens de payer les salaires . "

Les affaires sont également en baisse au restaurant de fruits de mer chinois HKD de Dominion Road, a déclaré le propriétaire Joseph Wong, qui a ajouté que les habitants restaient loin. Il a dit que son propriétaire avait réduit le loyer en réponse au ralentissement des affaires, qui a commencé vers le nouvel an chinois, fin janvier, coïncidant avec le moment où l'épidémie a atteint des niveaux particulièrement inquiétants. L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a déclaré une urgence sanitaire mondiale le 31 janvier et le 3 février, le gouvernement néo-zélandais a interdit les voyages à destination de la Chine pendant au moins 14 jours, suivant l'exemple de l'Australie et des États-Unis, malgré les L'OMS déconseille une telle interdiction. Le lendemain, il a été annoncé que le festival des lanternes d'Auckland, qui devait se tenir ce week-end, devait être annulé pour respecter les souhaits de la communauté chinoise. Jusqu'à présent, des cas de coronavirus ont été signalés dans 25 pays en dehors de la Chine continentale, mais aucun en Nouvelle-Zélande.

à lire :  affaires de dames

Steven Chang de Grand Harbour a déclaré que le restaurant populaire Viaduct yum cha avait également connu une légère baisse, mais que la clientèle régulière a continué de montrer son soutien. "Nous sommes ici depuis 20 ans maintenant et nous avons une clientèle très forte et fidèle, donc c'est très utile."

Le manque de touristes a cependant eu un impact. "Traditionnellement, janvier, février, mars et avril est notre saison touristique la plus occupée – nous avons beaucoup de touristes en provenance d'Asie, que ce soit la Chine, le Japon ou ailleurs, et cela s'est arrêté. Il s'est arrêté il y a environ deux semaines, nous je n'ai pas vu les bus pleins de touristes. Pour cette période de l'année, c'est un impact assez important pour nous. "

Chang a dit qu'il n'était pas trop inquiet, cependant, car le restaurant avait connu une baisse d'activité similaire lors de l'épidémie du virus du SRAS, un cousin de COVID-19, en 2003. "Il a fallu un certain temps aux touristes pour recommencer à voyager , mais les choses sont revenues à la normale assez rapidement et nous nous sommes rétablis après quelques mois. Nous sommes là pour le long terme, alors j'espère que nous pourrons y arriver rapidement. "

Les commentaires de ceux auxquels The Spinoff a fait écho font écho aux résultats d'une enquête menée par les membres de l'Association des restaurants de Nouvelle-Zélande, qui a révélé que les restaurants chinois de Wellington et Christchurch avaient été touchés par l'épidémie de coronavirus ainsi que ceux d'Auckland, où au moins un était en baisse de 60% par rapport à l'année dernière, rapporte Metro. La PDG de l'Association des restaurants, Marisa Bidois, aurait encouragé les convives à sortir et à soutenir leurs restaurants locaux pendant cette période, soulignant qu'il n'y a rien à craindre.

à lire :  Comment reprendre la première heure de votre journée

Des cas de racisme inspiré des coronavirus à l'encontre de personnes d'origine asiatique ont été signalés en Nouvelle-Zélande et dans le monde ces dernières semaines, certains reliant le virus à la nourriture chinoise. Mais aucun des restaurateurs auxquels The Spinoff s'est entretenu ne pensait que cela était un facteur de ralentissement de l'activité, l'attribuant plutôt aux personnes faisant preuve d'une prudence accrue et restant à la maison. En Australie, #chinesefoodweekend, un mouvement Twitter encourageant les gens à sortir et à soutenir les restaurants chinois ce week-end, gagne du terrain après que de multiples incidents de racisme et d'ignorance affectant les entreprises chinoises ont été révélés.

Le spin-off

Coronavirus: les restaurants d'Auckland ont du mal à rester ouverts …
4.9 (98%) 32 votes
 

Julien