CDW (CDW) Transcription de l'appel des résultats du quatrième trimestre 2019

Source de l'image: The Motley Fool.

CDW (NASDAQ: CDW) Call of Earnings Q4 2019 Feb 06, 2020, 8:30 am ET

Contenu:

  • Remarques préparées
  • Questions et réponses
  • Appeler les participants
  • Remarques préparées:

    Opérateur

    Mesdames et messieurs, merci de votre présence. Bienvenue à l'appel des résultats du quatrième trimestre 2019 de CDW. [Operator instructions] Veuillez noter que la conférence d'aujourd'hui est enregistrée. [Operator instructions] Je voudrais maintenant remettre la conférence à votre conférencier aujourd'hui, Chris Leahy, président-directeur général de CDW.

    Je vous remercie. Allez-y, madame.

    Chris Leahy — Directeur Général

    Merci, Shannon. Bonjour à tous. C'est un plaisir d'être avec toi. Je suis accompagné dans la salle aujourd'hui de Collin Kebo, notre directeur financier; et Brittany Smith, notre vice-présidente, relations avec les investisseurs et planification et analyse financières.

    Je commencerai par un aperçu de la performance financière et stratégique de l'exercice et du quatrième trimestre et partagerai quelques réflexions sur 2020, puis Collin vous expliquera plus en détail les résultats, la stratégie de capital et les priorités et objectifs. Nous allons parcourir rapidement nos remarques préparées pour nous assurer que nous avons suffisamment de temps pour les questions et réponses. Mais avant de commencer, Brittany présentera la déclaration de divulgation de la sphère de sécurité de l'entreprise.

    10 actions que nous aimons mieux que CDWLorsque les génies de l'investissement David et Tom Gardner ont une astuce, il peut être avantageux d'écouter. Après tout, le bulletin d'information qu'ils gèrent depuis plus d'une décennie, Motley Fool Stock Advisor, a triplé le marché. *

    David et Tom viennent de révéler ce qu'ils croient être les dix meilleures actions que les investisseurs peuvent acheter en ce moment … et CDW n'en faisait pas partie! C'est vrai – ils pensent que ces 10 actions sont des achats encore meilleurs.

    Voir les 10 actions

    * Retours du conseiller en valeurs au 1er décembre 2019

    Brittany Smith – Vice-président, relations avec les investisseurs et planification et analyse financières

    Merci, Chris. Bonjour à tous. Notre communiqué sur les résultats du quatrième trimestre a été distribué ce matin et est disponible sur notre site Web, investisseur.cdw.com, ainsi que des diapositives supplémentaires que vous pouvez utiliser pour suivre pendant l'appel. Je voudrais vous rappeler que certains commentaires formulés dans cette présentation sont considérés comme des déclarations prospectives en vertu de la Private Securities Litigation Reform Act de 1995.

    Ces déclarations sont sujettes à des risques et à des incertitudes qui pourraient faire en sorte que les résultats réels diffèrent considérablement. Des informations supplémentaires concernant ces risques et incertitudes figurent dans le communiqué de presse et le formulaire 8-K que nous avons remis à la SEC aujourd'hui et dans les autres documents déposés par la société auprès de la SEC. CDW n'assume aucune obligation de mettre à jour les informations présentées lors de cette webémission. Notre présentation comprend également certaines mesures financières non conformes aux PCGR, notamment le bénéfice d'exploitation non conforme aux PCGR et le bénéfice par action non conforme aux PCGR.

    Toutes les mesures non conformes aux PCGR ont été rapprochées des mesures conformes aux PCGR les plus directement comparables conformément aux règles de la SEC. Vous trouverez des tableaux de rapprochement dans les diapositives de la webdiffusion d'aujourd'hui et de notre communiqué de presse et du formulaire 8-K que nous avons remis à la SEC aujourd'hui. Veuillez noter que toutes les références aux taux de croissance sont des montants en dollars. Les augmentations de nos remarques d'aujourd'hui sont par rapport à la période comparable de 2018, sauf indication contraire.

    De plus, toutes les références aux taux de croissance du matériel, des logiciels et des services représentent aujourd'hui uniquement les ventes nettes aux États-Unis et n'incluent pas les résultats de CDW Royaume-Uni ou du Canada. Il y a eu le même nombre de jours de vente au quatrième trimestre et sur l'année complète par rapport à 2018.

    Une rediffusion de cette webdiffusion sera publiée sur notre site Web plus tard dans la journée. Je tiens également à vous rappeler que cette conférence téléphonique est la propriété de CDW et ne peut être enregistrée ou rediffusée sans l'autorisation écrite spécifique de la société. Sur ce, permettez-moi de retourner l'appel à Chris.

    Chris Leahy — Directeur Général

    Merci, Brittany. 2019 a été une année à la fois d'excellentes performances financières et de progrès par rapport à notre stratégie de croissance en trois volets. Encore une fois, nous avons enregistré des résultats trimestriels records et à la fois une forte croissance des ventes et une rentabilité. Au quatrième trimestre, les ventes nettes ont augmenté de 11,3% en données publiées et en devises constantes, à 4,5 milliards de dollars.

    Le bénéfice brut a augmenté de 12,1% pour s'établir à 778 millions de dollars, le résultat d'exploitation non conforme aux PCGR a augmenté de 14,3% à 342 millions de dollars et le bénéfice net par action non conforme aux PCGR a atteint 1,57 $, en hausse de 18,4% à la fois en données publiées et en devises constantes. Pour l'année, les ventes nettes se sont élevées à 18 milliards de dollars, en hausse de près de 1,8 milliard de dollars sur douze mois, soit 11% en données publiées et 11,5% en devises constantes. Le bénéfice brut a augmenté de 12,3% pour atteindre 3 milliards de dollars. Le résultat d'exploitation non-GAAP a augmenté de 12,5% à 1,4 milliard de dollars, et le bénéfice net par action non-GAAP a augmenté de 18% à 6,10 $.

    En devises constantes, le résultat net par action non-GAAP a augmenté de 18,5%. Nos excellentes performances reflètent la puissance combinée de notre portefeuille équilibré de marchés finaux clients, de notre suite complète de solutions et de services qui répondent aux priorités des clients dans le paysage informatique et de notre succès continu dans l'exécution de notre stratégie de croissance en trois volets. Je vais vous expliquer chacun de ces éléments et comment ils ont contribué. Premièrement, l'équilibre entre nos marchés finaux clients.

    Comme vous le savez, nous avons cinq canaux de vente aux États-Unis: entreprise, petite entreprise, gouvernement, éducation et soins de santé. Chacun de ces canaux représente des entreprises importantes, générant des ventes annuelles de plus de 1,5 milliard de dollars. Cette échelle nous permet d'aligner davantage les équipes de vente sur les marchés finaux des clients verticaux, y compris le gouvernement fédéral, les gouvernements étatiques et locaux, la maternelle à la 12e année et l'enseignement supérieur.

    De plus, nous avons nos opérations au Royaume-Uni et au Canada, qui, ensemble, ont généré plus de 2 milliards de dollars de ventes nettes en 2019. Ces organisations de vente uniques nous servent bien lorsque les marchés finaux se comportent différemment les uns des autres. Parfois, cela se produit parce que les marchés sont perturbés par des problèmes macro ou externes, parfois cela se produit lorsque les comportements des clients diffèrent en raison de priorités différentes.

    En 2019, les équipes ont accompli un travail remarquable en aidant les clients à répondre à leurs priorités informatiques et à atteindre leurs objectifs stratégiques, produisant des résultats exceptionnels. Je suis vraiment fier des réalisations de notre équipe. Notre augmentation des ventes à deux chiffres en 2019 a été tirée par d'excellents résultats avec une solide performance sous-jacente, ainsi que par certains facteurs supplémentaires. Les Etats Unis.

    et le Royaume-Uni ont tous deux augmenté de près de 11% en monnaie locale. Nos avantages concurrentiels ont entraîné une croissance démesurée dans un marché qui a fait notre force. Notre échelle, notre portée et nos capacités de distribution robustes ont contribué à minimiser l'impact des tarifs et des contraintes d'approvisionnement et nous ont aidés à gagner des parts de marché.

    Notre appareil en tant que solution de service pour le US Census Bureau a également contribué à notre excellente croissance des ventes nettes. Le succès du recensement dépend de la participation de tous, et c'est ce que notre solution mobile permet, confirmant les adresses en 2019 et cette année, collectant les données du recensement auprès des ménages qui ne répondent pas autrement. Le projet de recensement sera achevé fin 2020.

    Collin parlera davantage de l'impact attendu du recensement sur nos finances. Et enfin, l'acquisition de Scalar. Rappelons que Scalar a apporté des capacités de sécurité, de cloud, d'infrastructure et de transformation numérique à notre entreprise canadienne, renforçant les investissements passés dans les solutions. Ces investissements ont également porté leurs fruits l'an dernier, générant une croissance organique des bénéfices bruts à deux chiffres.

    Je suis ravi de partager que Scalar et Aptris opèrent désormais sur le marché en tant que CDW. Nous sommes une entreprise, un CDW, tirant parti de nos capacités intégrées pour offrir une expérience transparente aux clients. Bref, 2019 a été une année formidable. Passons au quatrième trimestre.

    Vous voyez également l'avantage de nos divers marchés finaux de clients. Prenons donc une plongée plus profonde. Dans l'entreprise, l'équipe a réalisé une croissance de 7% avec une croissance équilibrée des transactions et des solutions, car elle a réussi à répondre à la demande continue des clients pour les appareils clients, tout en générant des résultats de solution solides, en particulier, une croissance à deux chiffres des serveurs et du matériel de stockage d'entreprise. L'équipe des petites entreprises a enregistré une croissance de près de 8%, tirée par la force des appareils clients.

    Les deux canaux ont enregistré des taux de croissance à deux chiffres. L'activité et les achats des clients restent solides, car les entreprises et les petites entreprises continuent d'aller de l'avant avec les investissements technologiques, soulignant l'importance de la technologie pour atteindre les objectifs commerciaux. L'équipe gouvernementale a augmenté ses ventes de plus de 20%. Federal a connu un autre excellent trimestre avec des ventes en hausse de plus de 20%, grâce à une très bonne performance des appareils clients, car l'équipe a aidé les départements civils à passer à Win 10.

    L'État et l'équipe locale ont enregistré une croissance élevée des adolescents, tirée par des résultats de solutions à deux chiffres. L'équipe a continué de tirer parti des contrats élargis, aidant les clients à sécuriser leur environnement et à moderniser leur infrastructure avec une forte croissance du stockage d'entreprise et du matériel serveur. L'éducation a augmenté de 1%, avec une faible croissance à un chiffre dans les résultats supérieurs et plats de la maternelle à la 12e année. L'enseignement supérieur a continué de tirer parti de notre expertise sectorielle et de notre large portefeuille pour aider les campus à améliorer l'expérience des étudiants et des enseignants grâce à des mises à niveau des appareils clients et des outils de collaboration.

    Pour K-12, le renforcement du matériel et des ordinateurs de bureau nets a été compensé par une baisse des ordinateurs portables en raison des performances du Chromebook. L'équipe de soins de santé a réalisé d'excellentes performances, en hausse de près de 14%, avec une croissance à deux chiffres des appareils clients, ainsi que du matériel et des logiciels de stockage d'entreprise. La demande de soins de santé a continué d'être tirée par la modernisation des infrastructures et une concentration accrue sur l'expérience des patients et la mobilité clinique. Autre, qui représente notre Royaume-Uni

    et les activités canadiennes, ont augmenté de 27% en données publiées. L'équipe britannique a enregistré une excellente croissance à deux chiffres en devise locale. L'équipe a continué d'aider les clients à transformer leurs infrastructures et à gagner en efficacité, ce qui a stimulé la croissance des solutions à deux chiffres.

    La croissance canadienne a été tirée par Scalar. L'intégration est presque terminée et nous proposons des options de portefeuille élargies aux clients existants au Canada et aux clients Scalar. Comme vous pouvez le voir, nos résultats démontrent la puissance de notre portefeuille équilibré de marchés finaux clients. Nos résultats démontrent également la puissance de notre deuxième moteur de performance, l'étendue de notre portefeuille avec plus de 100 000 produits, services et solutions.

    Pour plus de 1 000 fournisseurs partenaires, nous sommes bien placés pour répondre aux besoins totaux de nos clients dans l'ensemble du spectre informatique. Pour le trimestre, les transactions aux États-Unis ont augmenté à deux chiffres, tirées par une croissance de 16% des appareils clients. NOUS.

    les solutions ont augmenté les chiffres intermédiaires. Les performances des ventes ont été équilibrées, le matériel et les logiciels américains augmentant à un chiffre élevé et les services augmentant de 15%. Jetons un regard plus profond.

    Le matériel a augmenté de 9%, alimenté par une croissance à deux chiffres des appareils clients et du matériel des centres de données. La croissance des appareils clients a été généralisée et tirée par le renouvellement continu des clients et les gains du marché. Pour le matériel de datacenter, nous avons vu les clients aller de l'avant avec des projets plus importants qui stimulaient la forte croissance. Comme nous l'avons vu précédemment, notre activité de solutions peut être irrégulière avec la variabilité, entraînée par le moment où les projets se concrétisent et également la combinaison de matériel et de logiciels dans la solution.

    Les clients continuent de se concentrer sur l'optimisation de leur infrastructure de centre de données avec des solutions économiques mais performantes. Ils exploitent des solutions sur site et hors site, ainsi que des technologies logicielles qui génèrent des gains d'efficacité. Le nombre total de logiciels a augmenté de 8%, avec une forte croissance à deux chiffres dans la gestion du stockage, les logiciels de système d'exploitation et la gestion de réseau. Nous continuons à travailler en étroite collaboration avec nos clients pour maximiser le retour sur investissement informatique, qu'il s'agisse de matériel, de logiciels ou de services, ce qui m'amène à notre catégorie de services.

    La forte croissance des services est portée par les configurations et les services professionnels. Notre activité de services a connu une année 2019 formidable avec une croissance élevée des adolescents, reflétant notre approche de mise sur le marché axée sur les services. Le cloud a également contribué aux résultats de ce trimestre avec une augmentation à deux chiffres des dépenses clients et de la marge brute. La croissance a été tirée par la productivité, la sécurité et la collaboration, ainsi que par l'infrastructure de cloud public en tant que service.

    Comme vous pouvez le constater, nous avons enregistré une excellente performance bien équilibrée au cours du trimestre. Et nous avons pu aider nos clients à travers un large éventail de besoins informatiques. Cela m'amène au dernier moteur de notre performance, l'impact des investissements que nous faisons dans notre stratégie de croissance en trois volets, des investissements réalisés pour continuer à répondre aux besoins informatiques de nos clients sur ce marché en évolution, que ce soit dans un environnement physique, un environnement virtuel ou basé sur le cloud aux États-Unis ou à l'étranger.

    Notre stratégie de croissance en trois volets consiste, premièrement, à acquérir de nouveaux clients et à capturer des parts; deuxièmement, améliorer nos capacités de solutions; et troisièmement, étendre nos capacités de services. Surtout, ces trois piliers fonctionnent en tandem, chacun est crucial pour notre capacité à évaluer, concevoir, livrer et gérer de manière rentable les solutions technologiques intégrées que nos clients veulent et dont ils ont besoin aujourd'hui et à l'avenir. Ces piliers nous aident à rester en face des priorités émergentes et continues de nos clients. Permettez-moi de partager quelques exemples de notre stratégie en action.

    En octobre dernier, un de nos clients, une entreprise de technologie médicale, comptant plus d'un million de patients, a subi une cyberattaque. L'attaquant a verrouillé les centres de données sur site et l'accès au cloud public de l'entreprise et a proliféré dans l'ensemble de son environnement informatique. Quelques mois auparavant, des membres des équipes commerciales et techniques de CDW avaient présenté à l'entreprise l'approche de CDW en matière de sécurité des informations et des réseaux. Historiquement, ce client nous avait principalement acheté des produits transactionnels, mais sans tirer pleinement parti de nos solutions et capacités de services.

    Le directeur informatique de l'entreprise a appelé CDW pour utiliser notre expertise dans cette situation critique en raison de la présentation de notre équipe. L'équipe de réponse aux incidents de sécurité de CDW a été engagée et a immédiatement aidé à évaluer à la lumière de l'attaque. Il était essentiel de maintenir la sécurité des patients et de protéger les informations sensibles. En fin de compte, dans les jours et les semaines à venir, CDW a aidé à évaluer, contenir et corriger l'attaque.

    Ensuite, nous avons conseillé et installé une technologie de sécurité pour parer aux attaques futures et reconstruire l'infrastructure du centre de données des clients afin de relancer les opérations de l'entreprise avec une sécurité renforcée. CDW a eu une réponse bien orchestrée, fournissant des connaissances et des services techniques approfondis en plus de notre suite complète de capacités de produits. Ce n'est pas un exemple unique. Dans l'environnement actuel, une cyberattaque est une question de savoir quand non.

    à lire :  Quel travail à domicile pour une maman ? | Créer son entreprise

    La sécurité est une priorité absolue pour nos clients. Nous avons investi dans cette capacité du point de vue de nos collègues et de nos fournisseurs afin de fournir les services et les solutions appropriés pour accroître la préparation et la protection de nos clients contre les attaques futures. La mise à niveau de l'infrastructure informatique pour utiliser l'Internet des objets et l'analyse des données constitue une autre priorité informatique importante que CDW aide ses clients à résoudre. Les clients poursuivent ces investissements pour accroître l'automatisation, améliorer la sécurité et l'efficacité, gérer le contrôle qualité, stimuler la croissance et augmenter les bénéfices.

    Un de nos clients manufacturiers s'est positionné à la pointe de la fabrication de pointe au cours des dernières années, en mettant à niveau son infrastructure informatique pour permettre la technologie de l'Internet des objets et en améliorant l'automatisation tout au long de ses projets. Il y a plusieurs années, le client a commencé à moderniser ses 47 usines de fabrication en Amérique du Nord. Au début du processus de modernisation du client, le directeur exécutif des TI s'est tourné vers CDW en tant que partenaire informatique stratégique de confiance, compte tenu de nos antécédents et de la réussite de projets clés en main. Pour tirer parti des données qu'il souhaitait collecter, CDW a développé et déployé des solutions pour mettre à niveau les capacités et l'infrastructure informatiques centralisées du client, ainsi que l'infrastructure réseau de chaque usine.

    Dans chaque usine, CDW a conçu et déployé un réseau sécurisé ultrarapide et à la pointe de la technologie avec redondance et large bande passante et évolutivité pour servir de base à la poussée de fabrication avancée des clients. En plus du réseau haute vitesse sécurisé et fiable créé par CDW, le client a déployé des balances, des capteurs et des robots, modernisant ses processus de fabrication et d'exploitation. Le client profite désormais des avantages de ses capacités informatiques améliorées, notamment l'automatisation des tâches, qui réduisent considérablement les coûts, en prenant des décisions commerciales plus éclairées à un rythme plus rapide en fonction des nouvelles données. Et enfin, l'amélioration de la sécurité grâce aux protocoles et protections mis en place, soutenant l'attention du client sur la sécurité.

    CDW est un partenaire à part entière pour chaque étape de cette initiative, et nous continuons à travailler sur d'autres projets pour soutenir les objectifs de nos clients. Ces exemples mettent en évidence la stratégie de croissance en trois parties de CDW, y compris dans quelle mesure CDW est bien positionné pour les tendances informatiques importantes et comment l'informatique est cruciale pour atteindre les objectifs de nos clients. CDW a fait ses preuves dans l'évolution des tendances informatiques. Ces exemples soulignent également l'importance de l'un des avantages concurrentiels de CDW, nos collègues.

    Ils obtiennent l'informatique et font de la satisfaction et du dépassement des besoins de nos clients leur priorité absolue. Nous continuons d'investir de manière réfléchie dans les collègues en contact avec la clientèle et avons terminé l'année en hausse de 223, hors Scalar et Aptris. Au fur et à mesure que nos activités de services se sont développées, la composition des collègues en contact avec la clientèle s'est transformée en un mélange de collègues générateurs de demande et de collègues de prestation de services. En outre, d'autres facteurs, tels que le recours à des tiers pour la prestation de services, ont rendu cette mesure moins significative.

    Par conséquent, à l'avenir, nous prévoyons de partager des statistiques sur nos collègues face à la clientèle périodiquement plutôt que trimestriellement. Sachez que nous continuerons d'investir prudemment dans nos collègues. Et comme toujours, ajustez nos plans d'embauche en fonction des conditions du marché. Et cela m'amène à nos attentes pour la performance financière 2020.

    En 2020, nous prévoyons actuellement une croissance du marché américain des technologies de l'information de 2,5% à 3%, ce qui est inférieur à la croissance du marché américain des technologies de l'information en 2019, reflétant une prévision de croissance du PIB inférieure à 2020. Nous nous attendons à ce que notre chiffre d'affaires croisse plus rapidement qu'aux États-Unis.

    Marché informatique, légèrement supérieur à notre fourchette de 200 à 300 bps en monnaie constante. Le projet de recensement devrait compenser partiellement la croissance modérée des appareils clients en 2020, ce qui pousse nos attentes légèrement au-dessus de notre fourchette cible. Pour 2020, nous prévoyons une croissance du bénéfice par action non conforme aux PCGR d'environ 10% en devises constantes. Nous continuerons, bien sûr, à surveiller de près l'environnement macro, y compris les caractères génériques comme les contraintes d'approvisionnement, le Royaume-Uni.

    Accord commercial avec l'UE, tarifs douaniers, coronavirus et élection présidentielle américaine. Dans l'intervalle, l'équipe continuera à faire ce qu'elle fait le mieux, à surpasser la concurrence et à tirer parti de nos avantages concurrentiels pour aider nos clients à répondre à leurs priorités informatiques et à atteindre leurs objectifs stratégiques. J'espère que vous pouvez dire de mes commentaires que les performances exceptionnelles de 2019 ont renforcé notre confiance que nous avons la bonne stratégie en place.

    Nous voulons continuer à évoluer avec le marché, continuer à capitaliser sur les tendances technologiques et continuer à investir dans des secteurs à croissance rapide de l'entreprise. Nous le faisons en exécutant un plan stratégique détaillé et rigoureux tous les trois ans et en l'exécutant. Nous avons récemment lancé le processus de planification de notre prochain cycle. De plus, nous avons récemment fait deux annonces importantes de leadership, Chris Corley nommé directeur commercial et opérationnel, et l'ajout de Sona Chawla dans le nouveau rôle de directeur de la croissance et de l'innovation.

    Chris est connue pour ses solides ventes et son leadership opérationnel, cultivant le talent, livrant pour nos clients et produisant des résultats. Sona rejoint CDW avec un palmarès de succès, façonnant les opérations de vente omnicanal, créant des entreprises de commerce électronique, développant des plateformes numériques et stimulant l'innovation. Ils travailleront avec l'excellent comité exécutif et les équipes de CDW à travers l'organisation pour améliorer nos avantages concurrentiels et continuer à générer des performances différenciées, à générer des rendements supérieurs et à servir nos parties prenantes. Je laisse maintenant la parole à Collin pour partager plus de détails sur la performance financière.

    Collin Kebo — Directeur financier

    Merci, Chris. Bonjour à tous. Comme Chris l'a indiqué, nos résultats du quatrième trimestre et de l'exercice reflètent la puissance combinée de notre portefeuille équilibré de canaux, notre large gamme de produits et l'exécution continue de notre stratégie en trois volets. Ils reflètent également des investissements réussis dans notre entreprise qui s'appuient sur notre stratégie financière à long terme pour générer des flux de trésorerie solides, générer une croissance rentable soutenue et rendre les liquidités aux actionnaires.

    En ce qui concerne notre compte de résultat au quatrième trimestre à la diapositive 8. Le chiffre d'affaires net consolidé s'est élevé à 4,5 milliards de dollars, en hausse de 11,3% sur une base de chiffre d'affaires publié et moyen quotidien. La devise a été neutre au cours du trimestre. Sur la base des ventes quotidiennes moyennes, les ventes séquentielles ont diminué de 6,1% par rapport au troisième trimestre de 2019.

    Comme prévu, la baisse séquentielle des ventes quotidiennes moyennes a été supérieure à la saisonnalité historique compte tenu de la vigueur du troisième trimestre, mais meilleure que prévu, tirée par, une, une forte croissance de l'appareil client dans quatre des cinq chaînes américaines, alors que nous continuons à tirer parti de nos avantages concurrentiels pour gagner des parts de marché et aider les clients à rafraîchir leurs appareils; et deuxièmement, une croissance annuelle de plus de 20% en monnaie locale au Royaume-Uni, où nous avons vu des projets de solutions se concrétiser. Le bénéfice brut pour le trimestre a été de 778 millions de dollars, une augmentation de 12,1%.

    La marge brute s'est établie à 17,1%, en hausse de 10 points de base par rapport à l'année dernière, en raison de la marge sur produits, partiellement contrebalancée par des revenus en baisse compensés qui n'augmentent pas aussi rapidement que les ventes nettes. En ce qui concerne les frais de vente, dépenses administratives et autres frais généraux sur la diapositive 9, nos frais de vente, dépenses administratives et autres frais généraux non conformes aux PCGR, y compris la publicité, ont augmenté de 10,4%. Cette augmentation est principalement due à la rémunération des ventes, qui évolue parallèlement à la croissance du bénéfice brut. Le nombre de collaborateurs de 9896 était en hausse par rapport à 870 collaborateurs par rapport à décembre 2018, avec environ 50% de l'augmentation par rapport à nos acquisitions de 2019 et le reste des investissements de collaborateurs organiques.

    Le bénéfice d'exploitation PCGR s'est établi à 284 millions de dollars, en hausse de 16,8%. Notre bénéfice d'exploitation non conforme aux PCGR, qui reflète mieux le rendement d'exploitation, s'est établi à 342 millions de dollars, en hausse de 14,3%. La marge d'exploitation non-GAAP était de 7,5%. Passant à la diapositive 10, les intérêts débiteurs se sont élevés à 38 millions de dollars, en hausse de 3,2%.

    L'augmentation est principalement attribuable au paiement d'un taux de l'emprunt à terme en 2019 qui a dépassé le taux plafond en 2018. Notre taux d'imposition effectif PCGR, présenté à la diapositive 11, était de 21,4% au cours du trimestre, en baisse de 150 points de base par rapport à l'année dernière. Cela s'est traduit par une charge fiscale de 50 millions de dollars au quatrième trimestre. Pour atteindre notre taux d'imposition effectif non conforme aux PCGR, nous ajustons les impôts conformément aux ajouts de revenu net non conformes aux PCGR, y compris les avantages fiscaux excédentaires associés à la rémunération fondée sur les capitaux propres, qui sont présentés à la diapositive 12.

    Pour le trimestre, notre taux d'imposition effectif non-GAAP était de 23,7%, stable par rapport au taux de l'an dernier. Notre taux d'imposition pour l'année 2019 a été favorablement affecté par un avantage des crédits d'impôt pour la recherche et le développement. Comme vous pouvez le voir sur la diapositive 13, avec des actions diluées moyennes pondérées au quatrième trimestre de 146 millions de dollars, le bénéfice net par action GAAP était de 1,27 $, en hausse de 21%. Notre bénéfice net non-GAAP s'est élevé à 229 millions de dollars au cours du trimestre, en hausse de 14,2% par rapport à l'an dernier.

    Le bénéfice net par action non conforme aux PCGR s'est établi à 1,57 $, en hausse de 18,4% par rapport à l'an dernier. Pour ce qui est des résultats annuels des diapositives 14 à 19. Les revenus se sont élevés à 18 milliards de dollars, soit une augmentation de 11% sur la base des ventes publiées et des ventes quotidiennes moyennes. En devises constantes, le chiffre d'affaires consolidé est en hausse de 11,5% par rapport à l'année précédente.

    Comme Chris l'a mentionné, 2019 a été une année formidable, reflétant une excellente exécution par rapport à la bonne stratégie et à notre portefeuille équilibré. En outre, la croissance des ventes nettes de 2019 a bénéficié de plusieurs facteurs supplémentaires, dont l'acquisition de Scalar, qui a contribué à un peu plus de 100 points de base; deuxièmement, notre appareil en tant que solution de service pour le recensement américain, qui a contribué à environ 60 points de base; et troisièmement, un volume de l'arriéré dans certaines catégories, comme la communication nette. Vous vous souviendrez que les délais se sont prolongés en 2018, puis sont revenus à des niveaux plus normaux en 2019, créant une flush positive ponctuelle.

    Collectivement, ces trois éléments ont contribué à environ 250 points de base de la croissance des ventes nettes en 2019. Bien qu'ils soient difficiles à quantifier, nous pensons que nos avantages concurrentiels d'échelle et de centres de distribution nous ont aidés à surmonter les pénuries de puces et à gagner des parts supplémentaires dans les appareils clients. La marge brute s'est établie à 3 milliards de dollars, en hausse de 12,3%. Et la marge bénéficiaire brute a été de 16,9%, en hausse d'environ 20 points de base en raison de la marge sur les produits et d'une augmentation de la combinaison de flux de revenus nets diminués, partiellement compensée par la croissance des ventes nettes sur douze mois supérieure à la croissance sur douze mois du partenaire le financement.

    Le bénéfice d'exploitation PCGR s'est établi à 1,1 milliard de dollars, en hausse de 14,8%. Notre bénéfice d'exploitation non-GAAP s'est élevé à 1,4 milliard de dollars pour l'année, en hausse de 12,5%. La marge d'exploitation non-GAAP était de 7,6%. Le bénéfice net s'est établi à 737 millions de dollars et le bénéfice net non conforme aux PCGR à 902 millions de dollars, en hausse de 13,6%.

    Le bénéfice net par action non conforme aux PCGR s'est établi à 6,10 $, en hausse de 18%. Passons au bilan de la diapositive 20. Au 31 décembre, la trésorerie et les équivalents de trésorerie s'élevaient à 154 millions de dollars et la dette nette à 3,2 milliards de dollars. Notre trésorerie et notre revolver étaient de 1,3 milliard de dollars.

    Comme le montre la diapositive 21, nous avons maintenu de solides mesures de fonds de roulement sur trois mois au cours du trimestre. Notre cycle moyen de conversion de trésorerie sur trois mois était de 18 jours, en baisse d'un jour par rapport au quatrième trimestre de l'an dernier. Le flux de trésorerie disponible pour l'année entière s'est élevé à 789 millions de dollars, ce qui représente 4,4% des ventes nettes et légèrement au-dessus de la limite supérieure de notre règle de base des flux de trésorerie disponibles de 3,75% à 4,25% des ventes nettes. L'augmentation de 37 millions de dollars sur douze mois des flux de trésorerie disponibles reflète principalement une augmentation des bénéfices en espèces, partiellement compensée par une augmentation des stocks.

    Les dépenses en immobilisations de 2019 ont totalisé 236 millions de dollars ou 1,3% des ventes nettes. Ce niveau supérieur reflète le CAPEX pour la phase 2020 de l'appareil de recensement en tant qu'offre de service, dont je parlerai plus en détail à un moment. Comme prévu, nous avons restitué plus de 100% des flux de trésorerie disponibles aux actionnaires en 2019. Nous avons déployé 840 millions de dollars de liquidités aux actionnaires, dont 183 millions de dollars de dividendes et 657 millions de dollars de rachats d'actions à un prix moyen d'environ 108 $ par action.

    Passons aux priorités de répartition du capital à la diapositive 22. Nos priorités restent les mêmes qu'au trimestre précédent et continuent de refléter notre intention de générer de la valeur pour les actionnaires grâce à des remboursements de capital et à des investissements stratégiques. Par ordre de priorité, premièrement, augmentez les dividendes chaque année. Pour guider ces augmentations, nous viserons le dividende annualisé du quatrième trimestre à environ 25% du bénéfice net non conforme aux PCGR et augmenterons en fonction des bénéfices futurs.

    Deuxièmement, assurez-vous que nous avons la bonne structure de capital en place avec un ratio de levier net ciblé de l'ordre de 2,5 à 3 fois. Nous avons terminé le trimestre à 2,2 fois, légèrement en dessous du bas de cette fourchette. Notre troisième priorité d'allocation de capital est de compléter la croissance organique par des acquisitions stratégiques. Nos acquisitions de Scalar et Aptris en sont de bons exemples.

    Et quatrièmement, restituer l'excédent de trésorerie après dividendes et fusions et acquisitions aux actionnaires par le biais de rachats d'actions. À la fin de décembre, il nous restait 679 millions de dollars sur notre autorisation actuelle de rachat d'actions. Compte tenu de l'effet de levier actuel, nous prévoyons de restituer à nouveau plus de 100% des flux de trésorerie disponibles aux actionnaires en 2020. Nos priorités en matière d'allocation de capital soutiennent nos objectifs pour 2020, que vous verrez sur la diapositive 23.

    Avant de passer en revue nos objectifs annuels, permettez-moi d'abord de faire quelques commentaires sur l'appareil en tant que solution de service pour le United States Census Bureau. Comme vous nous l'avez entendu discuter, le déploiement se déroule en deux phases – la phase de prospection d'adresses, qui s'est achevée en 2019 et a contribué à environ 60 points de base à la croissance de 2019, dont la majorité a été reconnue au troisième trimestre. Dans la phase 2020 ou la phase de collecte du recensement, des centaines de milliers de smartphones et tablettes sont déployés sur le terrain pour effectuer le recensement. Nous prévoyons actuellement que la phase 2020 contribuera à environ 110 points de base de croissance supplémentaire des ventes nettes en 2020.

    Pour rappel, CDW est le bailleur du dispositif Census en tant qu'offre de service. Par conséquent, nous comptabiliserons les revenus de location sur la période d'utilisation des appareils sur le terrain. L'amortissement des dépenses d'investissement, dont la majeure partie a été dépensée au quatrième trimestre de 2019, sera égalé aux revenus de location. Comme Chris l'a mentionné, le projet de recensement sera terminé à la fin de cette année.

    à lire :  Microsoft annonce le programme Xbox Bounty offrant jusqu'à 20 000 $ ...

    Pour résumer, le recensement montre vraiment comment CDW aide les clients à atteindre leurs objectifs en tirant parti des capacités différenciées de CDW, des solutions intégrées de plusieurs fournisseurs partenaires, des services professionnels et de configuration, des capacités de logistique et de distribution, le tout livré en tant que service. En ce qui concerne nos objectifs pour 2020, nous prévoyons une croissance du marché informatique américain de 2,5% à 3%. Cette modeste décélération, par rapport à 2019, reflète des prévisions de PIB plus faibles, de solides comparaisons d'appareils clients et un dépassement des dates de fin de support.

    Nous prévoyons une croissance des ventes nettes de CDW légèrement supérieure à l'extrémité supérieure de la fourchette de 200 à 300 points de base de la croissance de notre marché informatique américain. La contribution supplémentaire du recensement nous aide à chevaucher la forte surperformance de 2019, y compris certains des facteurs supplémentaires que j'ai mentionnés précédemment. La devise devrait être neutre, en supposant des taux de change de 1,28 $ pour la livre sterling et de 0,75 $ pour le dollar canadien.

    Nous prévoyons que la marge d'exploitation non conforme aux PCGR se situera dans la fourchette de 7% et que la croissance du bénéfice par action non conforme aux PCGR sera d'environ 10% à la fois en données publiées et en devises constantes. N'oubliez pas que nous nous tenons responsables de la réalisation des objectifs financiers sur une base annuelle en devises constantes. La diapositive 24 fournit des réflexions de modélisation supplémentaires pour l'année 2020. Nous prévoyons que les ventes nettes du premier semestre seront conformes à notre norme historique de 48% à 49% des ventes nettes pour l'année.

    Gardez à l'esprit que le rythme normal de nos activités est que les ventes nettes du premier trimestre soient généralement le montant le plus bas et séquentiellement inférieures à notre quatrième trimestre. Au cours des cinq dernières années, sur une base de ventes quotidiennes moyennes, la baisse séquentielle du T4 au T1 a diminué en moyenne d'environ 7%. Nous prévoyons que le déclin séquentiel du premier trimestre de cette année sera généralement conforme à la saisonnalité historique. En descendant le P&L, la marge d'exploitation non-GAAP devrait se situer dans la fourchette de 7%.

    La dépréciation et l'amortissement annuels totaux devraient se situer entre 390 et 400 millions de dollars. Cela comprend environ 160 millions de dollars d'amortissement pour les actifs incorporels liés à l'acquisition et environ 145 millions de dollars de coût des biens vendus amortis. La dotation aux amortissements et les frais de vente, dépenses administratives et autres frais généraux, excluant l'amortissement des actifs incorporels liés aux acquisitions, devraient se chiffrer à environ 90 millions de dollars. La rémunération en actions devrait être supérieure de plusieurs millions de dollars à celle de 2019.

    Les intérêts débiteurs devraient se situer entre 156 et 158 ​​millions de dollars, la baisse d'une année sur l'autre étant attribuable à la baisse attendue des taux d'intérêt à court terme. Notre taux d'imposition effectif non conforme aux PCGR pour 2020 devrait se situer entre 25,5% et 26,5%. We expect share repurchases to drive non-GAAP earnings-per-share growth, 200 to 300 basis points faster than non-GAAP net income growth. Currency is expected to be neutral for the full year to non-GAAP earnings-per-share growth.

    We expect constant-currency non-GAAP earnings-per-share growth in the first half of the year to be higher than our full-year constant-currency target as we have one additional selling day and more incremental contribution from the Census project. In the fourth quarter, we will have one fewer selling day, and the contribution from the Census winds down. One selling day difference impacts quarterly profit growth by approximately 200 basis points. Additional modeling thoughts on the components of cash flow can be found on Slide 25.

    Our free cash flow rule of thumb remains unchanged at 3.75% to 4.25% of net sales. We expect capital expenditures to be roughly 0.7% of net sales, slightly above the normal half a point of sales, primarily reflecting gross capital investments related to our downtown Chicago office move. To be clear, this slight increase does not change our free cash flow rule of thumb. We expect the cash tax rate to be in the range of 25.25% to 26.25% of pre-tax income, adjusted for amortization of acquisition-related intangibles.

    We expect to deliver a cash conversion cycle within the annual target range of high teens to low 20s. That concludes the financial summary. With that, I'll ask Shannon to open it up for questions. [Operator instructions] Thank you.Operator[Operator instructions] Our first question comes from Matt Cabral with Credit Suisse.

    Votre ligne est ouverte.

    Matt Cabral — Credit Suisse — Analyst

    Je vous remercie. Just starting off on the downtick in the wider IT spending environment that you talked about. Just wondering if you could touch on just what you're hearing in terms of customer budget plans heading into 2020 and what's driving your expectation for a return to a more normalized two to three points of share gain this year?

    Chris Leahy — Chief Executive Officer

    Bonjour, Matt. This is Chris. Customers have returned the corner in 2019. Customers were clear that IT continues to be a priority.

    So we saw some good momentum, and they're buying and in our business. They're continuing to hire, they're continuing to focus on investing in IT. So that felt good coming out of the year. The downtick is based on what we see in front of us.

    We've got GDP forecasts that have come down. We've got uncertainties out there. I tick through those wildcards in our prepared remarks. And so when we take a look at what's out there, that's how we think about it.

    We also, frankly, from an IT growth perspective, take a look at a wide variety of data, both internal data that are proprietary as well as external factors and try to land on a solid expectation for the upcoming year. In terms of our premium, you know us, we're always going to be focused on outgrowing the market by that 200 to 300 basis points. But we're confident this year in guiding slightly above that 300 because we feel good that the Census work that we're doing will contribute and will offset some of the client moderating growth that we expect to see.

    Matt Cabral — Credit Suisse — Analyst

    Je l'ai. And then on that point about client growth monitoring, yes, PC is definitely top of mind, given crosscurrents around Win 7 and the CPU shortages. Can you just talk a little bit more about what you've baked into your current plans for PCs in 2020? And just how we should think about the cadence of that through the year?

    Chris Leahy — Chief Executive Officer

    Well, as we anticipated last year, we expected client device to grow but at a moderated rate because we've got a couple of years of strong, strong growth from Refresh. The end of service that's already happened now in January and our expectation was that we see some growth in the first half of the year because based on past experience, when there's the end of service, you still get some flow through into the quarter or a little bit beyond. There are more wildcards out there. Right now, you look at coronavirus, for example, and it's too early to tell how that's going to impact.

    But that could impact the supply chain and add to some delays. We are still looking at Intel shortages. Of course, we leverage our competitive advantages to take inventory, but there are a couple more factors now that we weren't looking at 6 months ago, that makes it more difficult to understand where those client purchases will be taking place throughout the course of the year.

    Matt Cabral — Credit Suisse — Analyst

    Je vous remercie.

    Questions & Answers:

    Opérateur

    Je vous remercie. Our next question comes from Amit Daryanani with Evercore. Votre ligne est ouverte.

    Amit Daryanani — Evercore ISI — Analyst

    Thanks a lot. Two questions from me as well. I guess, maybe to start with the 2020 guide, Chris. Could you just help clarify? You're basically saying it's IT spend at 2.5% to 3%, plus share gains of 200 to 300 basis points, and then plus $200 million of revenues from Census Bureau.

    Is that the right way to think about your 2020 guide? And then just on the Census Bureau contribution, is it going to be fairly linear through calendar '20 or is it going to be more H1 heavy, given the way that's going to ramp up?

    Chris Leahy — Chief Executive Officer

    Yes, Amit. Let me back up and get that right. So we're looking at two components. 2.5% to 3% is what we expect the U.S.

    IT market rate of growth to be. And we're saying that our typical target of premium above that 200 to 300 basis points. You should expect us to come in slightly higher than that 300 basis points as a premium over. It is not a premium plus additional bps.

    Cela a-t-il du sens?

    Amit Daryanani — Evercore ISI — Analyst

    That makes perfect sense.

    Chris Leahy — Chief Executive Officer

    D'ACCORD. And in terms of the sequencing, I'll let Collin give you the details.

    Collin Kebo — Directeur financier

    Oui. Amit, we would expect more contribution from the Census in, let's say, the first half or first three quarters of the year. As I said in my prepared comments, we expect it to wind down by the time we get to the fourth quarter.

    Amit Daryanani — Evercore ISI — Analyst

    Je l'ai. And then, I guess, just calling as a follow-up, your net leverage target, at least based on the math we're doing, will be well under 2x by the end of the year. As you know, there are no deals done, you maintain the buyback dividends that we've talked about. If that's really the case, are you comfortable with leverage going under two times? Or should we start thinking about 2020 being a year where perhaps buybacks will be more larger to get you back in the 2.5 to 3 times target range?

    Collin Kebo — Directeur financier

    Yes, Amit. So we ended the year at 2.2 times. In my prepared comments, I did say that we again intend to return more than 100% of free cash flow to shareholders. Obviously, we're mindful that we're sub the 2.5 to 3 times target.

    Opérateur

    Je vous remercie. Our next question comes from Adam Tindle with Raymond James. Votre ligne est ouverte.

    Adam Tindle — Raymond James — Analyst

    D'ACCORD. Thanks and good morning. Chris, I just want to revisit the goal to expand the capabilities that you talked about on the slides. I think the leverage math would suggest that you have about $2 billion in liquidity to still stay within your leverage target, and probably even more if you want to temporarily sit above it as you have in the past.

    I know you've done some smaller tuck-ins, but just first question would be wondering if you would consider something more elephant-sized to borrow above the term? And what would be the key items you look for in that potential asset?

    Chris Leahy — Chief Executive Officer

    Yeah, and thanks for the question. Elephant size, I don't know how big that means. But I would say this, look, you know that we are actively looking for potential companies that can supplement our solutions and services capabilities. And we're looking at different kinds of organizations, small tuck-ins, frankly, can be more simple to do and very easy to gain traction quickly.

    Larger organizations, we need to think about a lot of factors, including the ease of integration and the way that we can operationally bring onboard a large organization. Do you know the filters that we look at, is it a strategic fit for our customers? That's first and foremost. Is it going to create more relevance to our customers? We don't get that. Through that filter, we don't get even further than that.

    Operational alignment is the second one, and then obviously, cultural fit and financial return. I will tell you on cultural fit when I think about Kelway several years ago, and Scalar and Aptris, the cultural fit in those firms have been really terrific. And I think that's been a very large portion of why we've been successful. The teams have done a great job integrating and becoming CDW, one company, and going to market as a seamless team to our customers, who have really appreciated that and that actually speeds the ability to leverage our solutions capabilities across all of the organization.

    In terms of a larger company, if we find one that makes sense and ticks through all those levers, we absolutely would take a look.

    Adam Tindle — Raymond James — Analyst

    D'ACCORD. C'est utile. And just as a quick follow-up, Collin, thanks for all the model commentary. I just wanted to ask, you talked about Q1 revenue, expecting to be down about 7% sequentially per day.

    I think that's maybe a little over 5% sequentially, as reported. The question is, historically, EPS, it's a little bit imperfect, but I think generally, down somewhere around two times that revenue decline on a sequential basis. Correct me if I'm off here, but given your investment plans and timing, would this normal seasonality that you're talking about on revenue also apply to EPS in Q1, whereas reported would be down maybe just over 10% sequentially?

    Collin Kebo — Directeur financier

    Adam, I don't normally think of sequential EPS quarter to quarter. What I did say, though, in my prepared comments is that we do expect the first half of the year EPS to be stronger than the full year. Some of that is due to Census timing and some of that is due to the extra day we have in the first quarter.

    Adam Tindle — Raymond James — Analyst

    D'ACCORD. C'est utile. Thank you.OperatorThank you. Our next question comes from Ruplu Bhattacharya with Bank of America.

    Votre ligne est ouverte.

    Ruplu Bhattacharya — Bank of America Merrill Lynch — Analyst

    Hi, and thanks for taking my questions. Congrats on the quarter and on the guide. Collin, the guide for full-year operating margin at mid-sevens. I mean, that's actually pretty strong.

    I mean, your margins have been better than many of your competitors. Just wondering, I mean, we assumed you're going to see a mixed shift between client devices versus more of cloud solutions and netted down items. So can you talk about what are some of the things that can drive that a little bit higher than mid-7s? What do you need to see to get the operating margin a little bit higher?

    Collin Kebo — Directeur financier

    Thanks for the question, Ruplu. Oui. There are a lot of things that impact our operating margins, starting at the gross margin. There's the mix of items that we sell, which you're referencing, there are commoditization headwinds, end market mix.

    So there are a whole series of mixes that move in and out. As we mix into solutions, that does put upward pressure on our gross margin, but we do have a higher cost to serve associated with solutions. So the flow-through to the operating margin might not be as great or I think the operating margin might be closer in line to the transactional side of the business. I think the big wild card here is how strong hardware is as we go forward.

    This narrative that our margins are going to float up over time has been out there for several years. I think a lot of that, we've had an assumption that hardware growth was going to slow down and not be as robust. And clearly, we've been through a pretty heavy cycle here of three years, where that hasn't been the case. And you haven't seen as much upward movement on the operating margin, as you might expect, notwithstanding all the success we've had in cloud and solutions and netted down items.

    So I think if we were to go through an extended period of time, multiple quarters or years where we saw that play out, I think we would revisit at that point in time. At our Analyst Day a few years ago, we took our margin target up a little bit as a result of that trend. But again, I think we'd want to see more sustainability of the strength of the netted down items, relative to where hardware is.

    Ruplu Bhattacharya — Bank of America Merrill Lynch — Analyst

    à lire :  Idées de travail a domicile | Créer son entreprise

    Oui. That makes sense. For my follow-up, I just wanted to touch on the education end market. You've seen some strong growth in the higher ed segment, but maybe a little bit slower on the K-12.

    So any thoughts on how that segment trends in 2020?

    Chris Leahy — Chief Executive Officer

    Oui. It's Chris. On education, we're just under a little pressure right now. We've seen ASPs declining a bit.

    Also, the Chromebook space has been the one that has been most constrained when it came to supplying opportunities and supply availability this past year. And availability simply if it was out there, we could get it. So we do expect to continue to see into 2020 those same pressures on the business. The other thing that's happened is Google's extension of its auto-update expiration, which is simply the equivalent of an end of service, they've extended it a year.

    So that alleviated what I'll call the urgency of customers to refresh and upgrade. But that will be an opportunity when the year expires next year. But look, K-12, we still consider being a growth area for us. And the teams are really focused on specific solutions that they can bundle and bring to those customers that have to do with things like modern classrooms that are more collaborative and learning environments that are modular, etc.

    So we feel good about K-12 in the long term.

    Ruplu Bhattacharya — Bank of America Merrill Lynch — Analyst

    D'ACCORD. Thanks for all the details.

    Opérateur

    Je vous remercie. Our next question comes from Matt Sheerin with Stifel. Votre ligne est ouverte.

    Matt Sheerin — Stifel Financial Corp. — Analyst

    Oui. Merci et bonjour. A question regarding the strength that you saw in the U.K. I think you said that was up 20% year on year.

    Is that related at all to the Brexit transition? And post that close, are you seeing any impact either positively or negatively?

    Chris Leahy — Chief Executive Officer

    Matt, yes. Thanks for the question. La réponse est non. We haven't seen a lot of change over the last couple of years in client behavior as a result of Brexit and the uncertainty surrounding that.

    We've tried to comment on that regularly with you. I think that's just great execution and performance by the team and a number of solution projects coming to fruition. We also have as you recall, a Netherlands entity, and so customers are comfortable using that in their regular course of business. When I look at the U.K.

    business, the nice thing is the balance that we've seen in growth, in both their U.K. local business as well as the referral business, meaning U.S. to U.K. business.

    And also collectively, U.K. and U.S. customers doing business outside of those regions, so call it widely international. All of that is on a good growth trajectory, and we're really excited to see that because that reflects the power of the thesis going into the combination, and it's working.

    Matt Sheerin — Stifel Financial Corp. — Analyst

    D'ACCORD. Then relative to the expectations on hardware, we certainly get the headwinds that you're going to see in terms of the PC Refresh cycle. But looking at the solution side of the enterprise-class hardware, networking storage, servers, you had some strength. You talked about networking for some of those reasons.

    But what should we be expecting there in terms of your outlook for the enterprise-class products?

    Chris Leahy — Chief Executive Officer

    Oui. I think of it this way. As I said, customers are still prioritizing IT investments. And they have different priorities, sometimes it's client, sometimes it's the datacenter, depending on where they're focused in their business and what they're trying to accomplish.

    Looking forward, we expect to see the benefit of that investment. And the key thing is that when it comes to these solutions, projects, they are lumpy. And I keep saying we're going to find another word, but that really is the best word. I mean, if you think about 2019, we had some lumpiness throughout the quarters and we just saw a number of deals come to fruition, and you saw a nice, healthy Q4.

    You got to expect that going forward just because of the timing and also the mix, which is a big part of that. Whether it's hardware, software, services, the more software component, the more muted the top line. So again, customers are focused on using technology to drive strategic outcomes in their business, and they're focused on securely running their "utility IT", and we've got the full portfolio to help them do that.

    Matt Sheerin — Stifel Financial Corp. — Analyst

    D'ACCORD. Je vous remercie.

    Opérateur

    Je vous remercie. Our next question comes from Shannon Cross with Cross Research. Votre ligne est ouverte.

    Shannon Cross — Cross Asset Research — Analyst

    Thank you very much for taking my question. I just have one. Chris, can you talk a bit about what drove you to put a chief growth and innovation officer in place? How you're sort of thinking about that position? So work with others within your executive team at this point? I'm just kind of curious as to what created that role.

    Chris Leahy — Chief Executive Officer

    Oui. No. Sure. Thanks very much for the question.

    Well, I'll start with a simple reason. When we think about forward-looking, we're really focused on scaling sustainable growth. So this is about focus for growth. And in particular, when we think about our customers, our partners and products and the channels and platforms that we use to sell, and the technology and digital capabilities that underpin those, the connective tissue between them is becoming more and more important.

    So this rule is really intended to help align and focus our efforts and investments around driving the connectivity there. When you take a step back, CDW has historically delivered meaningful profitable growth, and we've done that through continual innovation and continual investment, disciplined investment and focus on investing where the growth is. So when I think about growth and innovation and bringing that team together, it's just another natural step in the way that we think about growth in the future.

    Shannon Cross — Cross Asset Research — Analyst

    D'ACCORD. Je vous remercie.

    Opérateur

    Je vous remercie. Our next question comes from Katy Huberty with Morgan Stanley. Votre ligne est ouverte.

    Katy Huberty — Morgan Stanley — Analyst

    Je vous remercie. Bonjour. Just thinking through seasonality for the year. In the first half, you have the bulk of the benefit of Census, the spillover of some of the Win 10 refreshes and the extra selling day.

    So just what are the offsets to those tailwinds that land you at more normal seasonality in the first quarter and first half versus maybe a little bit better seasonality given those factors?

    Collin Kebo — Directeur financier

    Can you repeat the question, Katy?

    Katy Huberty — Morgan Stanley — Analyst

    Oui. Just thinking through some of the tailwinds in the first half and the first quarter. You have the bulk of the Census impact in the first half of the year, and hopefully get some spillover effect of PC refreshes, at least in the first quarter and then you have the extra selling day. So I'm just curious why you wouldn't see maybe a little bit better than normal seasonality in 1Q and the first half because of those factors.

    Are there some offsets that you're thinking through?

    Collin Kebo — Directeur financier

    No. I would say no real offsets. We do have some pretty meaningful overlaps in the back half of the prior year. So I think that's also informing us.

    Katy Huberty — Morgan Stanley — Analyst

    D'ACCORD. And then just as a follow-up, have you gone back and looked at just spending trends and customer behavior around elections in terms of any expectation around how that might impact spending this year?

    Chris Leahy — Chief Executive Officer

    Yes, Katy. This is Chris. If you go back to the 2012 and 2016 elections, what we did see is, we did see a deceleration in IT spend, IT growth. So that's why we call out, as a wildcard, the U.S.

    election this year, because the uncertainty leading into it could cause some deceleration. That came in those two years in the back half of the year.

    Katy Huberty — Morgan Stanley — Analyst

    D'ACCORD. Je vous remercie.

    Opérateur

    Je vous remercie. Our next question comes from Paul Coster with JP Morgan. Votre ligne est ouverte.

    Paul Coster — J.P. Morgan — Analyst

    Oui. Merci d'avoir pris ma question. Chris, you've been pretty specific about the three-part investment strategy and investing in the future generically. But where do we see this in terms of the dollar spend? Is it in CAPEX? Is it in the operating expenses? What kinds of people are you recruiting? How are you reallocating resources to capitalize on these opportunities internally? And could you even argue that you're underearning a little bit because of the investments? That OPEX is a bit higher than it might be otherwise?

    Chris Leahy — Chief Executive Officer

    Oui. Thanks for the question. I think you see it up and down in various line items in the P&L. So for example, we're investing in people, investing in technologists, solution architects, delivery engineers.

    We're also investing in technology and digital capabilities to enable our sales organization and to enable our coworkers to deliver to our customers, to create an experience for our customer that becomes more seamless and useful to the sales process. So we're investing in a number of different areas as we always do at CDW. In terms of the impact on our profitability, look, I don't think you'd see anything different. But outperforming the market allows us to deliver on our commitments to shareholders, but also reinvest in the business, and that's very important for the future growth of the organization.

    When I think about scaling for sustainable growth, it's not just about performing for today, but it's also about laying the foundation for growth against our growth model in the future, and that's where we're investing today and tomorrow.

    Collin Kebo — Directeur financier

    Paul, I would just add. The investment is both in the OPEX and the CAPEX line. The majority of our normal CAPEX goes against our IT infrastructure. And then in your question, are we underearning? I guess, the flip of that is, are we overinvesting? And I would say, no.

    We feel like we have the right balance between investment back into the business that allows us to continue to create differentiation in the marketplace that enables the sustainable outperformance versus the market. So could we pull back on investment in the short term? Oui. Absolument. Would the margin float up? Oui.

    But I think that 200 to 300-basis-point premium that we've consistently been able to deliver, over time, you would see that they'll get chipped away. So we think we have the right balance between investing in the business and growth in margin.

    Paul Coster — J.P. Morgan — Analyst

    Thank you very much.

    Opérateur

    Je vous remercie. Our next question comes from Keith Housum with Northcoast Research. Votre ligne est ouverte.

    Keith Housum — Northcoast Research — Analyst

    Bon matin tout le monde. Can you help me understand back last year and the past few years spending in the Win 10 refresh cycle? Was that generally done within companies or the customers' general budgets or were they special, I guess, onetime expenditures that either won't repeat? Or do you expect to be reprioritized going forward?

    Chris Leahy — Chief Executive Officer

    Yes, Keith. My sense having talked with customers and feedback from our sales organization is we didn't hear a lot of chatter about onetime increases in budgets to refresh client. It's really the natural process of their IT investment cycles.

    Collin Kebo — Directeur financier

    Yes, Keith. Again, just as we think about how we manage our own business. Our CIO sure didn't get incremental budget to get us upgraded to Win 10. I think part of what a customer goes through every year is determining what their priorities are and addressing those priorities within the context of their budget.

    Keith Housum — Northcoast Research — Analyst

    D'accord. C'est utile. And then changing gears, I guess, slightly, as my follow-up. I can respect, it's completely early with the coronavirus.

    But can you help us understand, like, in terms of the supply chain and inventory in the channel, how long could the coronavirus go on or how bad does that get before it actually impacts anybody? Is there enough inventory in the channel that can withstand quarantine for some factories for several weeks?

    Chris Leahy — Chief Executive Officer

    Oui. No. I wish I had an answer to that, Keith. I just don't.

    It's too early in the process right now. And what I can say is we're working very closely with our OEMs right now to get a better understanding, but we don't have visibility to that. I think our vendors are still trying to figure that out. And it's always going to depend on how long it lasts, what alternatives they have, but we'll just do the best that we can to ensure that we take care of our customers and if the extensive inventory is available, we'll leverage competitive advantages and take that.

    It's just hard to know at this point in time. I don't want to project out into the future.

    Keith Housum — Northcoast Research — Analyst

    D'ACCORD. I appreciate that. Je vous remercie.

    Opérateur

    Je vous remercie. And I'm currently showing no further questions at this time. I'd like to turn the call back over to Chris Leahy for closing remarks.

    Chris Leahy — Chief Executive Officer

    Thank you, Shannon. I'd like to recognize the hard work of our almost 10,000 coworkers around the globe and their ongoing dedication to serving our customers. They are the reason we had such exceptional performance in 2019 and why we will continue to outperform the IT market going forward. Thank you to our customers for the privilege and opportunity to help you achieve your goals.

    And thank you for your time today and continued interest in CDW. Collin and I look forward to talking to you next quarter. Take care.

    Opérateur

    [Operator signoff]

    Duration: 61 minutes

    Appeler les participants:

    Chris Leahy — Chief Executive Officer

    Brittany Smith — Vice President, Investor Relations, and Financial Planning and Analysis

    Collin Kebo — Directeur financier

    Matt Cabral — Credit Suisse — Analyst

    Amit Daryanani — Evercore ISI — Analyst

    Adam Tindle — Raymond James — Analyst

    Ruplu Bhattacharya — Bank of America Merrill Lynch — Analyst

    Matt Sheerin — Stifel Financial Corp. — Analyst

    Shannon Cross — Cross Asset Research — Analyst

    Katy Huberty — Morgan Stanley — Analyst

    Paul Coster — J.P. Morgan — Analyst

    Keith Housum — Northcoast Research — Analyst

    More CDW analysis

    Tous les relevés d'appel des gains

    This article is a transcript of this conference call produced for The Motley Fool. While we strive for our Foolish Best, there may be errors, omissions, or inaccuracies in this transcript. As with all our articles, The Motley Fool does not assume any responsibility for your use of this content, and we strongly encourage you to do your own research, including listening to the call yourself and reading the company's SEC filings. Please see our Terms and Conditions for additional details, including our Obligatory Capitalized Disclaimers of Liability.

    Motley Fool Transcribing has no position in any of the stocks mentioned. Le Motley Fool n'a aucune position dans aucun des titres mentionnés. Le Motley Fool a une politique de divulgation.

    Les vues et opinions exprimées ici sont les vues et opinions de l'auteur et ne reflètent pas nécessairement celles de Nasdaq, Inc.

    CDW (CDW) Transcription de l'appel des résultats du quatrième trimestre 2019
    4.9 (98%) 32 votes
     

    Julien