# Budget2020: Le ministre des Finances de l'AS Tito Mboweni parle entièrement …

Discours sur le budget 2020

Tito Titus Mboweni Ministre des finances

26 février 20

Madame la Présidente

Monsieur le Président

Monsieur le vice-président

Collègues du Cabinet

Gouverneur de la South African Reserve Bank

Honorables membres

Membres des Comités exécutifs des finances

Compagnons sud-africains

bonne après-midi

J'ai l'honneur de présenter le premier budget de la sixième administration.

Aujourd'hui je dépose:

  • Le projet de loi sur le partage du revenu
  • Le projet de loi de crédits
  • La révision du budget 2020
  • Les estimations des dépenses nationales pour 2020
  • Les propositions fiscales 2020
  • Madame la Présidente,

    L'Aloe Ferox survit et prospère lorsque les temps sont durs. Il préfère en fait moins d'eau. Il gagne même quand il semble que les chances soient contre.

    Monsieur le Président, dans votre discours sur l'état de la nation il y a deux semaines, vous nous avez rappelé que notre capacité à gagner n'est pas diminuée. Nous avons en nous d'être les meilleurs au monde. Félicitations à Miss Univers Zozibini Tunzi, aux Springboks et aux Proteas, qui ont gagné pendant que nous préparions ce budget.

    Notre économie a déjà gagné et gagnera de nouveau.

    Avant la démocratie, notre croissance était piétonne. En effet, entre 1990 et 1992, l'économie s'est contractée pendant trois années consécutives.

    Au cours des quinze années qui ont suivi la démocratie, la croissance économique a été en moyenne de 3,6% par an. Le ratio de la dette brute au PIB est passé de 46% à 26%.

    Au cours des cinq années allant de 2003 à 2008, la croissance a été en moyenne d'environ 5% et l'Afrique du Sud a été parmi les principales économies à la croissance la plus rapide. Le taux de chômage s'est amélioré de 5 points de pourcentage.

    Aujourd'hui, même après une décennie de faibles performances économiques, l'Afrique du Sud dispose toujours de marchés financiers profonds et liquides, d'institutions solides, de l'économie la plus diversifiée du continent et d'une population jeune.

    Nous faisons partie du continent le plus dynamique du monde. Comme l'a dit Pline l'Ancien:

    «Ex Africa sempre aliquid novi»

    Gagner nécessite un travail acharné, de la concentration, du temps, de la patience et de la résilience.

    La croissance économique et des niveaux d'emploi plus élevés nécessitent un plan.

    Pour citer le premier chapitre de Corinthiens 9 verset 24:

    «Ne savez-vous pas que ceux qui courent dans une course courent tous, mais un seul reçoit le prix? Courez de telle manière que vous puissiez gagner. »

    Quelles sont les conditions dans lesquelles nous devons mettre en œuvre notre plan pour gagner?

    En 2020, la croissance économique mondiale devrait se renforcer à 3,3%. L'inflation mondiale reste contenue. La politique monétaire mondiale est favorable et nous bénéficions de la demande d'actifs des marchés émergents.

    L'Asie (hors Japon) devrait croître de 5,8% en 2020. Le coronavirus est une source d'incertitude pour ces prévisions.

    Avec une croissance de 3,5%, l'Afrique subsaharienne devrait être la deuxième région à la croissance la plus rapide au monde.

    Dans ce contexte, nous prévoyons une croissance de l'économie sud-africaine de 0,9% et une inflation moyenne de 4,5% en 2020.

    Au cours des dix-huit prochains mois, l'économie devrait connaître un certain nombre de démarrages.

    Il s'agit notamment:

  • Les fruits du programme de réformes mené par le président
  • Inflation plus faible
  • La réduction des taux d'intérêt plus tôt cette année
  • Les gains récents des prix des métaux du groupe du platine
  • Le changement imminent du cadre réglementaire de l'électricité
  • Les propositions fiscales que nous présentons aujourd'hui
  • Des problèmes d'électricité persistants freineront toutefois la croissance. Au cours des trois prochaines années, nous prévoyons une croissance en moyenne légèrement supérieure à 1%.

    Par conséquent, un approvisionnement stable en électricité sera notre tâche numéro un.

    L'année dernière, le gouvernement a adopté les idées contenues dans le document Vers une stratégie économique pour l'Afrique du Sud. C'est notre plan, et il contient les piliers fondamentaux et fondamentaux de notre approche:

  • Renforcer le cadre macroéconomique pour garantir la certitude, la transparence et réduire les coûts d'emprunt
  • Concentrer les dépenses sur l'éducation, la santé et le développement social
  • Moderniser les «industries de réseau» et restructurer nos entreprises publiques
  • Ouverture des marchés au commerce avec le reste du continent
  • Mettre en œuvre une stratégie industrielle repensée
  • Réduire le coût de faire des affaires
  • Se concentrer sur les secteurs créateurs d'emplois, tels que l'agriculture et le tourisme
  • Tout cela sous-tend la nécessité d'un État efficace et capable. Nous devons également tirer parti autant que possible du secteur privé.

    Aujourd'hui, nous rendons compte de nos progrès. "Nous allons de l'avant!"

    3.1. POLITIQUE FISCALE PRUDENTE

    3.1.1. APERÇU DU BUDGET POUR 2020/21

    Un cadre macroéconomique sain jette toujours les bases de la croissance.

    Les budgets sont complexes, mais les chiffres sont simples. Les chiffres montrent que nous avons du travail à faire.

    Pour 2020/21, revenu devrait atteindre 1,58 billion de rands, soit 29,2% du PIB.

    Dépense devrait se chiffrer à 1 900 milliards de rands, soit 36% du PIB.

    Cela signifie un déficit budgétaire consolidé de 370,5 milliards de rands, soit 6,8% du PIB en 2020/21.

    La dette nationale brute devrait atteindre 3,56 billions de rands, soit 65,6% du PIB d'ici la fin de 2020/21.

    3.1.2. AJUSTEMENTS FISCAUX

    Pour soutenir la croissance, nous ne proposons aucune augmentation fiscale majeure.

    En fait, il existe un véritable allégement de l'impôt sur le revenu des particuliers.

    Ce budget signifie qu'un enseignant qui gagne en moyenne R460 000 par an verra ses impôts réduits de près de R3 400 par an.

    Les contribuables assidus, qui gagnent en moyenne 65 000 rands par an, verront leur impôt sur le revenu réduit de plus de 1 500 rands par an.

    Notre régime d'impôt sur le revenu est progressif, et les ajustements en témoignent. Une personne qui gagne 10 000 rands par mois paiera 10% de moins en impôt. Celui qui gagne 100 000 rands par mois paiera environ 1,5% de moins.

    Nous proposons également d'élargir l'assiette de l'impôt sur les sociétés. Ces revenus supplémentaires serviront à réduire le taux d'imposition des sociétés dans un proche avenir pour aider nos entreprises à croître.

    Les start-ups vont enflammer l'économie. Le système fiscal les soutient de plusieurs manières, notamment le régime fiscal préférentiel pour les petites entreprises, le seuil d'enregistrement de la TVA et la taxe sur le chiffre d'affaires. Nous les examinerons pour améliorer leur efficacité tout en réduisant les risques de fraude et d'abus.

    Pour soutenir le marché immobilier, le seuil des droits de mutation est ajusté. Les biens d'un montant de 1 million de rands ou moins ne seront plus soumis à des droits de mutation.

    Il y aura un regain d'intérêt pour les activités illicites et criminelles, y compris le non-respect par certaines organisations religieuses d'intérêt public. Les organismes religieux doivent opérer dans les limites strictes de la loi s'ils veulent bénéficier du statut d'exonération fiscale. Le plafond annuel de cotisation au compte d'épargne libre d'impôt s'élève à 36 000 rands.

    Nous avons augmenté les droits d'accise pour suivre l'inflation. À partir d'aujourd'hui:

    Une canette de bière ou de cidre de 340 ml ne coûtera que 8c supplémentaires

    Une bouteille de vin de 750 ml coûtera 14c supplémentaires

    Une bouteille de vin mousseux de 750 ml et un 61c supplémentaire

    Une bouteille de 750 ml de spiritueux, y compris du whisky, du gin ou de la vodka, augmentera de R2,89

    Un paquet de 20 cigarettes sera un 74c supplémentaire

    Un 25 grammes de tabac à pipe coûtera 40c de plus

    Un cigare de 23 grammes coûtera 6,73 R $ supplémentaires

    Je suis à nouveau heureux d'annoncer qu'il n'y a pas d'augmentation du prix de la bière de sorgho.

    Conformément à la politique du ministère de la Santé, nous commencerons à taxer les produits du tabac chauffés, par exemple les pétillantes piquantes. Le taux sera fixé à 75% du taux de cigarettes. Les cigarettes électroniques, ou soi-disant vapes, seront taxées à partir de 2021.

    à lire :  Combien cela coûte-t-il de commencer une pratique médicale?

    Pour tenir compte de l'inflation, la taxe sur le carburant augmente de 25 cents le litre, dont 16 cents pour la taxe générale sur le carburant et 9 cents pour la taxe sur les accidents de la route.

    Malgré cette augmentation, le passif de la RAF devrait dépasser 600 milliards de rands d'ici 2022/23. Nous devons prendre des mesures urgentes pour réduire ce risque pour le budget et trouver un moyen plus équitable de partager ces coûts. Une option consiste à introduire une assurance responsabilité civile obligatoire.

    La taxe sur le carbone et d'autres mesures contribueront à verdir l'économie et rapporteront 1,75 milliard de rands au cours des prochains mois. Cela sera complété par des dépenses plus ciblées sur l'atténuation du changement climatique. Nous restons extrêmement préoccupés par les sacs en plastique sur toute la longueur et la largeur de notre pays. À cet égard, nous avons augmenté la taxe sur les sacs en plastique à 25 cents.

    3.1.3. RÉDUCTION DES DÉPENSES STRUCTURELLEMENT ÉLEVÉES

    Madame la Présidente, nos mesures soutiendront la croissance.

    Mais la viabilité budgétaire doit être au cœur de nos préoccupations.

    Notre Aloe Ferox peut résister à la longue saison sèche car il n'est pas nuisible. Il jette un poids mort afin de diriger des ressources de plus en plus rares vers ce qui est jeune et vital.

    Les dépenses publiques consolidées totales devraient croître à un taux annuel moyen de 5,1%, passant de 1 9500 milliards de rands en 2020/21 à 14,14 milliards de rands en 2022/23. Cela est principalement dû à l'augmentation des coûts du service de la dette. Les dépenses autres que d'intérêt diminuent en moyenne par rapport au MTEF en termes réels.

    En tant qu'étape majeure vers la viabilité budgétaire, nous annonçons aujourd'hui un ajustement net à la baisse des dépenses hors intérêts du budget principal de 156,1 milliards de rands au cours des trois prochaines années par rapport aux projections du budget de 2019.

    La réduction totale est principalement le résultat de l'abaissement des lignes de base du programme et de la masse salariale de 261 milliards de rands. Ceux-ci sont partiellement compensés par des ajouts et des réaffectations de 111 milliards de rands. Plus de la moitié, soit 60 milliards de rands, est destinée à Eskom et South African Airways.

    3.1.4. AJUSTEMENTS DES DÉPENSES DE PROGRAMME

    Permettez-moi de déballer les 261 milliards de rands de réduction des dépenses de base.

    La première partie concerne les ajustements des dépenses de programmes d'environ 100 milliards de rands. Certains d'entre eux ont été annoncés dans le MTBPS.

    Les ajustements sont principalement des subventions conditionnelles pour les provinces et les municipalités.

    Pour les établissements humains, les ajustements s'élèvent à 14,6 milliards de rands par rapport au MTEF. Il y a également des ajustements de R2,8 milliards à la subvention pour les infrastructures municipales.

    Sur trois ans, les dépenses de transport public sont ajustées de 13,2 milliards de rands, principalement sur les dotations à la Passenger Rail Agency d'Afrique du Sud et sur la subvention du réseau de transport public. La planification et la mise en œuvre de réseaux de transports publics intégrés seront par conséquent suspendues dans les municipalités de Buffalo City, Mbombela et Msunduzi.

    Les allocations aux infrastructures éducatives sont ajustées de 5,2 milliards de rands à moyen terme, tandis que la santé est ajustée de 3,9 milliards de rands sur la même période.

    Bien que certaines de ces économies soient bonnes pour le budget, dans de nombreux cas, nous faisons également des sacrifices difficiles et douloureux. Il est donc important que nous dirigions nos ressources limitées vers des zones à fort impact social et ayant les plus grands multiplicateurs économiques.

    Nous entreprendrons des examens des dépenses pour nous assurer d'atteindre cet objectif.

    3.1.5. LA LOI SUR LES SALAIRES

    La deuxième partie concerne des ajustements de la masse salariale d'environ 160 milliards de rands à moyen terme.

    Les fonctionnaires font un travail crucial pour notre pays, souvent dans des conditions difficiles. Le parti au pouvoir croit fermement au rôle essentiel de l'État dans le développement. Pour cette raison, nous avons besoin d'un personnel qualifié, motivé et efficace.

    En collaboration avec les syndicats du secteur public, au cours des 15 dernières années, nous avons cherché à améliorer le sort des fonctionnaires, et nous avons engagé des ressources importantes pour les rémunérer chaque année, même si nous avons essayé d'augmenter leur nombre en reconnaissance de leur charge de travail exigeante.

    Entre 2006/07 et 2011/12, nous avons pu ajouter environ 190 000 employés. Cependant, dans le même temps, les salaires du gouvernement ont également augmenté de manière significative.

    Pour équilibrer les comptes, nous avons ralenti l'embauche et depuis 2011/12, le nombre de fonctionnaires a diminué.

    Madame la Présidente, nous ne pouvons pas continuer ainsi. La taille des salles de classe augmente, les hôpitaux se remplissent et nos communautés deviennent de plus en plus dangereuses.

    Une fois que nous aurons maîtrisé la croissance des salaires, la corruption et le gaspillage, nous concentrerons notre attention sur l'embauche dans des domaines importants tels que l'éducation, la police et les soins de santé. Nous pouvons embaucher de manière stratégique et mieux faire correspondre les compétences aux opportunités.

    L'employeur a déposé un point à l'ordre du jour sur la gestion de la masse salariale de la fonction publique au Conseil de coordination des négociations sur la fonction publique, l'objectif étant de discuter de la maîtrise des coûts dans la phase finale de la mise en œuvre de l'accord salarial actuel.

    Notre objectif est d'économiser 37,8 milliards de rands au cours du prochain exercice.

    Il existe plus d'une façon d'atteindre cet objectif.

    Le travail organisé sait où nous en sommes. Ils ont fait des propositions constructives sur une série de questions.

    3.1.6. DÉPENSES ET CORRUPTION DÉCHETS

    Monsieur le Président, vous avez demandé à votre gouvernement de gérer les dépenses inutiles. Il s'agit d'une étape cruciale pour restaurer la confiance du public dans le gouvernement. Nous devons en avoir plus pour notre argent.

    L’instruction du président exige un mélange dynamique et approprié de quantité, qualité, capacité et capacité dans l’administration de l’État.

    Nous allons de l'avant avec des réformes du système d'approvisionnement en mettant l'accent sur l'optimisation des ressources et en maximisant la qualité et la quantité des services. Le Cabinet a approuvé la publication d'un nouveau projet de loi sur les marchés publics.

    Nous accélérerons la fusion et la consolidation des entités publiques.

    Nous proposerons une nouvelle loi pour arrêter les salaires excessifs dans ces entités publiques.

    Nous devons également faire face de manière décisive au coût excessif élevé de la location des immeubles du gouvernement.

    Nous agissons déjà sur des dépenses stériles et inutiles. L'an dernier, la Chambre a modifié la Loi sur la vérification publique pour habiliter le vérificateur général à:

  • Renvoyer les affaires à un organisme public pour enquête et poursuites
  • Prendre des mesures correctives contraignantes
  • Récupérer de l'argent directement auprès des coupables responsables
  • Afin de montrer la détermination de l'exécutif à faire face aux coûts d'emballement, nous mettrons en œuvre un certain nombre d'étapes.

    Ceux-ci inclus:

  • Abolition du système actuel de subsidence et de voyage
  • Remplacement de la stratégie de téléphone portable
  • Obligation de voyager en classe économique pour tous les vols intérieurs, sauf circonstances exceptionnelles
  • Le ministre Pandor, ministre des Relations internationales et de la Coopération, fait preuve d'un leadership phénoménal dans la construction d'une Afrique meilleure et d'un monde meilleur.

    Son travail libère un énorme rapport qualité-prix des missions à l'étranger de l'Afrique du Sud, entre autres:

  • Clôturer et fusionner certaines missions
  • Abaisser le niveau de représentation
  • Réduire le nombre de fonctionnaires
  • Création d'une académie diplomatique à part entière
  • 3.2. POLITIQUE MONÉTAIRE APPROPRIÉE

    Le jumeau de notre cadre budgétaire est une politique monétaire appropriée.

    Des consultations régulières sur la politique budgétaire et monétaire sont essentielles à la viabilité de nos comptes budgétaires, à la croissance équilibrée de l'économie et à la protection du bien-être de notre population. Nous voudrions réitérer la fourchette cible d'inflation actuelle de 6 à 3% comme cadre de politique monétaire le plus approprié pour un pays comme le nôtre.

    Conformément à cet objectif, les résultats d'inflation modérés de 4,1% pour 2019 et les prévisions d'inflation d'environ 4,5% au cours des prochaines années ont contribué à réduire le coût du capital pour les entreprises, les ménages et le secteur public. La Banque de réserve sud-africaine continuera de s'acquitter de ses fonctions conformément à l'article 224 de la Constitution, qui doit exercer ses fonctions de manière indépendante sans crainte, faveur ou préjudice dans l'intérêt d'une croissance équilibrée et durable de la République.

    à lire :  Une introduction en bourse médicale transforme le droit de la santé en un ...

    Pour que notre Aloe Ferox atteigne son plein potentiel, nous devons faire des choses qui l'aideront à moyen et à long terme – par exemple, en augmentant le sol avec la bonne quantité de fumier organique, en fournissant la bonne quantité de soleil et bonne quantité d'eau. Pour une économie à croissance rapide, nous devons nous assurer que nos enfants sont bien éduqués, que nos gens sont en bonne santé et que notre argent est investi correctement.

    4.1. APPRENTISSAGE, SANTÉ ET DÉVELOPPEMENT SOCIAL

    Par conséquent, les domaines de dépenses les plus importants seront l'apprentissage et la culture, qui reçoivent 396 milliards de rands suivis de 30 milliards de rands pour la santé, et le développement social avec 310 milliards de rands.

    Dans le secteur de l'éducation, les investissements vont à de nouvelles écoles, remplaçant les écoles construites avec des matériaux inappropriés et leur fournissant de l'eau, de l'électricité et des installations sanitaires. En 2020/21, la subvention pour les mathématiques, les sciences et la technologie introduira le codage et la robotique aux apprenants des classes R à 3, comme annoncé par le président.

    Les transferts vers les provinces soutiennent la scolarisation de 13 millions d'enfants et les soins de santé pour 49,1 millions de Sud-Africains. C'est dans ce contexte qu'il est important de faire avancer les consultations sur l'INSA.

    Le président Ramaphosa a été élu président de l'Union africaine. Nous allons commencer les travaux de l'Institut panafricain des sciences spatiales à l'Université de technologie de la péninsule du Cap. Le financement peut provenir du Fonds Africa Renaissance.

    Le Département de l'enseignement supérieur et de la formation réaffectera les fonds existants pour entreprendre une étude de faisabilité pour la création d'une nouvelle université des sciences et de l'innovation à Ekurhuleni.

    Au cours des trois prochaines années, 48,2% des fonds collectés au niveau national sont alloués au gouvernement national, 43% au gouvernement provincial et 8,8% au gouvernement local.

    500 millions de rands ont été provisoirement réservés à la gestion des catastrophes pour répondre à l'impact des récentes inondations et de la sécheresse en cours.

    4.1.1. LE FONDS D'INFRASTRUCTURE

    Honorables membres, Funanani Sikhwivhilu de Limpopo nous a dit que «le développement des infrastructures devrait être une priorité pour le gouvernement» et nous sommes d'accord.

    En fait, les dépenses en capital sont l'élément qui croît le plus rapidement dans les dépenses autres que d'intérêt. Ces dépenses sont complétées par le Fonds pour les infrastructures. Au cours des trois prochaines années, la Banque de développement de l'Afrique australe offrira des mégaprojets de financement mixte d'au moins 200 milliards de rands. Le gouvernement a engagé 10 milliards de rands au cours des trois prochaines années.

    Le public peut désormais trouver des informations sur les projets d'infrastructure sur le portail Internet VulekaMali.

    4.1.2. EMPLOI DES JEUNES

    8,2 millions de jeunes âgés de 15 à 34 ans ne suivent ni études, ni emploi, ni formation. Le gouvernement est déterminé à les aider. Le renforcement des compétences et l'amélioration de l'adéquation des jeunes et des emplois est un axe important de l'intervention présidentielle pour l'emploi des jeunes.

    À ce jour, les projets du Fonds pour l'emploi ont créé plus de 175 000 emplois permanents, aidé 21 000 personnes à effectuer des stages et créé 59 900 emplois à court terme. De ce nombre, 65% sont allés aux jeunes.

    Comme l'a annoncé le président, nous redéfinirons les priorités pour augmenter les dépenses dans ce domaine critique. Nous allons commencer à travailler immédiatement! Je fournirai plus de détails dans la déclaration de politique budgétaire à moyen terme 2020.

    Nous comptons faire de cette intervention un succès retentissant.

    4.1.3. SUBVENTIONS SOCIALES

    Nous sommes une société attentionnée. Nous sommes un gouvernement attentionné. Plus de 18 millions de personnes reçoivent une subvention, ce qui est une bouée de sauvetage pour beaucoup.

    Les subventions réduisent les inégalités et protègent les plus vulnérables de la société.

    Je suis heureux d'annoncer que les subventions sont ajustées comme suit:

  • Augmentation de R80 pour les allocations de vieillesse, d'invalidité et de dépendance à R1860 par mois
  • R80 augmentation de la subvention des anciens combattants à R1880
  • Augmentation de R40 pour l'allocation de placement familial à R1040 par mois
  • La pension alimentaire pour enfants augmentera de R20 à R445 par mois
  • Changer la façon dont nous accordons les subventions sociales a généré environ 1 milliard de rands par an d'économies d'efficacité, qui seront en partie utilisées pour augmenter la subvention quotidienne par enfant.

    4.2. MODERNISATION DES INDUSTRIES DE RÉSEAUX ET RESTRUCTURATION DES ENTREPRISES

    Madame la Présidente, le prochain volet de notre plan consiste à moderniser les industries de réseau et à restructurer les entreprises publiques.

    4.2.1. ÉLECTRICITÉ

    Le gouvernement fera «tout ce qu'il faudra» pour assurer un approvisionnement stable en électricité. Comme je l'ai dit, c'est notre tâche numéro un. Nous avons alloué 30 milliards de rands sur dix ans pour mener à bien la restructuration du secteur de l'électricité.

    Le déficit actuel en électricité s'atténuera alors qu'Eskom terminera la maintenance critique. Le guichet 4 du programme d'énergie renouvelable est en cours d'accélération. La baisse rapide des prix des énergies renouvelables donnera un nouvel élan au guichet 5.

    Les décisions de mettre en œuvre le plan intégré des ressources de 2019 sont finalisées et attendent l'approbation du National Energy Regulator.

    Il sera bientôt possible pour les municipalités financièrement en règle d'acheter de l'électricité à des producteurs d'électricité indépendants.

    4.2.2. AIRWAYS D'AFRIQUE DU SUD

    L'épée SAA de Damoclès est maintenant tombée sur nous.

    SAA a été placée sous sauvetage commercial, ce qui entraînera une restructuration radicale de la compagnie aérienne. À moyen terme, le gouvernement a alloué 16,4 milliards de rands pour régler la dette garantie et les intérêts. Les coûts de restructuration associés seront redéfinis dans le budget.

    C'est l'espoir très sincère de beaucoup que cette intervention conduira à une compagnie aérienne durable qui ne soit pas un fardeau pour le fisc.

    4.2.3. RAIL

    Le Cabinet a approuvé le projet de loi sur la réglementation économique des transports en novembre, ce qui nous amène vers un processus plus équitable pour l'accès des tiers au réseau ferroviaire.

    4.3. OUVRIR NOS MARCHÉS AU COMMERCE AVEC LE RESTE DU CONTINENT

    En 2019, l'Afrique du Sud a signé l'Accord de libre-échange continental africain, qui entre en vigueur le 1er juillet 2020. Cet accord ouvrira de nouveaux marchés, favorisera l'intégration régionale et contribuera à la croissance économique. Aujourd'hui, nous annonçons des mesures complémentaires pour faciliter les transactions financières transfrontalières, qui soutiendront le commerce et l'investissement.

    Nous voulons encourager les Sud-Africains à l'étranger à maintenir leurs liens avec le pays. Nous porterons le montant exonéré de la rémunération étrangère à 1,25 million de rands. Nous éliminerons progressivement le processus d’émigration lourdement administré par le biais de la South Africa Reserve Bank.

    4.4. RÉIMAGINER NOTRE STRATÉGIE INDUSTRIELLE

    Pour mettre en œuvre la stratégie industrielle repensée:

  • Un fonds d'innovation sera capitalisé de 1,2 milliard de rands au cours des trois prochaines années
  • Des incitations aux entreprises industrielles d'une valeur de 18,5 milliards de rands permettront de créer et de conserver environ 56 500 emplois
  • Un montant supplémentaire de 107 millions de rands est réaffecté aux priorités pour la rénovation de 27 parcs industriels dans les cantons et les économies rurales
  • 6,5 milliards de rands sont alloués aux programmes d'incitation pour les petites entreprises, dont 2,2 milliards de rands seront transférés à la Small Enterprise Development Agency
  • En collaboration avec le ministère du Commerce, de l'Industrie et de la Concurrence, nous examinons diverses propositions de l'ITAC concernant la ferraille d'acier et la volaille.

    4.5. RÉDUIRE LE COÛT DE FAIRE DES AFFAIRES

    Madame la Présidente,

    Des mesures sont prises pour remédier au retard de croissance de la productivité en Afrique du Sud et réduire le coût des affaires.

    Par exemple, le BIZPortal fournira un moyen simplifié d'enregistrer une nouvelle entreprise auprès du CIPC, du SRAS, de l'UIF et du Fonds d'indemnisation en une journée.

    La loi modifiant la loi sur la concurrence est entrée en vigueur en juillet 2019, renforçant les pouvoirs de la commission de la concurrence. La Commission a mené des enquêtes dans un certain nombre de secteurs pour renforcer la concurrence.

    L'Afrique du Sud évolue avec la quatrième révolution industrielle. Nous sommes déterminés à ne pas être laissés pour compte. Nous assouplissons les réglementations pour aider notre secteur FinTech florissant.

    à lire :  Quelle quantité d'énergie la moyenne des entreprises utilise-t-elle?

    Le plan d'octroi de licences de spectre a été publié en novembre, ouvrant la voie à la vente aux enchères du spectre à forte demande. L'ICASA sera dotée des capacités appropriées pour cela. Un système de coupons sera introduit pour permettre aux ménages d'acquérir des appareils numériques.

    4.6. SOUTENIR L'AGRICULTURE ET LE TOURISME

    À moyen terme, nous soutiendrons l'agriculture et le tourisme. Le gouvernement a alloué 495,1 millions de rands au Département de l'agriculture, de la réforme agraire et du développement rural pour améliorer le respect de la biosécurité et soutenir les exportations.

    Un montant supplémentaire de 500 millions de rands est repriorisé à moyen terme pour que le département finalise les revendications territoriales.

    Pour soutenir le tourisme, nous nous engagerons avec l'industrie du tourisme sur la formalisation de la taxe touristique.

    4.7. APPLIQUER LA JUSTICE

    Madame la Présidente, la lutte contre la corruption est une priorité de cette administration.

    Le NPA, l'Unité spéciale d'enquête et la Direction des enquêtes prioritaires sur les crimes obtiennent un montant supplémentaire de 2,4 milliards de rands dans ce budget.

    Cela permettra la nomination d'environ 800 enquêteurs et 277 procureurs qui aideront, entre autres, à éliminer l'arriéré d'affaires telles que celles émanant de la commission Zondo.

    Les actions perturbatrices de ceux qui prennent d'assaut des chantiers de construction ou des mines nuisent à la croissance et entraînent des pertes d'emplois. Les communautés devraient dénoncer ces personnes pour permettre aux ministres Cele et Lamola de veiller à ce que la loi suive son cours. J'espère que tous les Sud-Africains se joindront à moi pour condamner cela.

    4.8. INITIATIVES HORS BUDGET POUR FAIRE CROÎTRE L'ÉCONOMIE

    4.8.1. SOUTIEN AUX PRÊTS

    En collaboration avec le secteur financier, un projet pilote du programme Help to Buy a aidé plus de 2 000 familles à acheter leur propre maison. Pour chaque subvention R1 fournie par le gouvernement, le programme attire R8 du secteur privé. En une seule année, le programme Help to Buy a soutenu près de 1 milliard de rands de nouveaux prêts.

    4.8.2. BANQUE D'ÉTAT

    L'année dernière, cette Chambre a adopté une loi qui permettra aux entreprises d'État de demander des licences bancaires. En juillet 2019, j'ai confié au sous-ministre des Finances la responsabilité d'entreprendre le projet de banque d'État. Madame la Présidente, j'ai le plaisir d'informer la Chambre que les options préférées pour la création d'une banque sont maintenant prêtes.

    L'architecture sera celle d'une banque de détail fonctionnant selon des principes commerciaux. La banque d'État sera soumise à la loi sur les banques et disposera d'une structure de capital et de paramètres de performance appropriés pour les investissements et les dépréciations de prêts. Il sera réglementé par l'Autorité prudentielle sur ses propres mérites.

    Nous consoliderons également le système actuellement fragmenté des institutions nationales et provinciales de financement du développement.

    4.8.3. FONDS DE RICHESSE SOUVERAIN

    Monsieur le Président, un fonds souverain est un outil important à long terme pour l'épargne et l'investissement pour les générations futures. Il peut également contribuer au renforcement du cadre budgétaire. Nous devons apprendre à épargner pendant les bonnes périodes, et un Fonds peut jouer un rôle important en tant qu'outil budgétaire anticyclique.

    Aujourd'hui, nous annonçons la création du Fonds souverain sud-africain avec un capital cible d'environ 30 milliards de rands, qui se transforme en environ 2 milliards de dollars américains. Compte tenu des questions juridiques, administratives et procédurales en jeu, un projet de loi pertinent sera soumis au cours de cette législature. Il existe une variété de sources de financement possibles, telles que le produit de l'attribution du spectre, les redevances sur les droits pétroliers, gaziers et minéraux, la vente d'actifs publics non essentiels, les excédents budgétaires futurs et l'argent que nous mettons de côté. Cela nous permettra de continuer à investir dans les générations futures de ce pays d'une manière fiscalement prudente.

    4.9. UN ÉTAT EFFICACE ET CAPABLE

    Le Plan national de développement appelle à un État capable et efficace qui crée un environnement propice au développement du secteur privé.

    Les contribuables méritent de penser que leur argent va à un gouvernement efficace et compétent. Nous remercions tous les Sud-Africains d'avoir payé leurs impôts.

    Le SRAS fait partie intégrante de l'État capable. Nous nous concentrons sur le rétablissement de l'intégrité institutionnelle et la lutte contre les activités criminelles. La semaine dernière, deux personnes ont été condamnées à une peine d’emprisonnement pouvant atteindre 168 ans pour fraude fiscale.

    4.9.1. RENFORCER LES MUNICIPALITÉS

    Pour tous les Sud-Africains, «l'État» est leur municipalité.

    Les allocations au gouvernement local aident les municipalités à fournir des services de base et constituent un puissant outil de redistribution.

    Monsieur le Président, le Trésor national a demandé au public de fournir des conseils pour orienter notre réflexion lors de l'élaboration de ce budget. Aujourd'hui, nous sommes rejoints par Mme Akhona Mgwele de Gauteng qui nous a conseillé de «soutenir un plus grand développement économique local dans les municipalités». Nous sommes d'accord avec elle!

    Je suis donc heureux d'annoncer que le gouvernement local se verra allouer 426 milliards de rands provenant de fonds collectés au niveau national sur le CDMT.

    Le ministre de la Gouvernance coopérative et des affaires traditionnelles et moi-même avons convenu que nos fonctionnaires trouveront des moyens d'utiliser les allocations accordées par le biais de la Subvention pour les infrastructures municipales afin de garantir que les municipalités non seulement construisent de nouvelles infrastructures mais entretiennent également les infrastructures qu'elles possèdent déjà.

    L'O.R. L'aérotropole de Tambo à Ekurhuleni est à un stade avancé de mise en œuvre et l'aéroport King Shaka à eThekwini progresse dans cette direction. Le Cap les rejoindra bientôt. Pendant ce temps, Lanseria a été identifiée comme une ville intelligente potentielle.

    4.9.2. RENFORCER LES PROVINCES

    Les provinces fournissent des soins de santé et de l'éducation et sont en première ligne de la prestation de services. Je tiens à remercier mes collègues des provinces, les MEC pour les finances, pour le travail qu'ils font et les contributions qu'ils ont partagées avec moi sur l'assainissement budgétaire et la croissance économique.

    Toutes ces étapes créent un état capable.

    4.9.3. RENFORCER LA SURVEILLANCE RÉGLEMENTAIRE

    Madame la Présidente, plusieurs entités relèvent du ministère des Finances.

    Le rapport présenté à la Société d'investissement public met en évidence d'importantes leçons, notamment la nécessité de mettre en œuvre et de respecter la gouvernance et les contrôles financiers, et de réduire l'appétit pour le risque.

    Cette Chambre a adopté une loi visant à renforcer le Conseil indépendant de réglementation des auditeurs, et une nouvelle législation est prévue. Nous nommerons sous peu un groupe d'experts indépendants chargé d'examiner les pratiques de la profession d'audit.

    Le système de blanchiment d’argent du pays fait actuellement l’objet d’un examen par les pairs, qui contribuera à renforcer la lutte contre les flux illégitimes et illégaux. La Banque de réserve sud-africaine jouera désormais un rôle plus important dans cette lutte.

    L'Autorité de conduite du secteur financier s'est repositionnée en tant qu'organe de réglementation de la conduite du marché et nous nommerons prochainement un nouveau commissaire.

    Le Trésor national prendra des mesures pour renforcer le processus budgétaire.

    Madame la Présidente

    Gagner n'est pas facile.

    Moins de deux ans avant de gagner la Coupe du monde, les Springboks ont perdu 57 nuls face aux All Blacks. Miss Univers n'a pas remporté sa première tentative de Miss Afrique du Sud.

    Gagner demande de la patience, de la prudence et de la persévérance. Comme nous le dit saint Paul, nous devons courir de manière à gagner.

    Pour paraphraser Charles Dickens, que j'ai cité dans mon premier discours en tant que ministre des Finances, nous allons tirer le meilleur parti possible.

    Monsieur le Président et Vice-président, merci pour votre leadership.

    Un mot de remerciement au sous-ministre des Finances, au directeur général du Trésor national et à son équipe.

    Mes remerciements au Commissaire au SRAS, au Gouverneur de la South African Reserve Bank, à mes collègues du Cabinet et du Comité ministériel sur le budget.

    Ma gratitude aux comités parlementaires qui travaillent sans relâche pour traiter la législation accompagnant le discours.

    Je termine en réfléchissant aux paroles du camarade Bram Fischer du quai:

    «Avec confiance, nous plaidons notre cause devant le monde entier, que nous gagnions ou mourions, la liberté se lèvera en Afrique, comme le soleil des nuages ​​du matin».

    Mudzimu fhatutshedza Afurika

    FIN

    # Budget2020: Le ministre des Finances de l'AS Tito Mboweni parle entièrement …
    4.9 (98%) 32 votes
     

    Julien